Cherouati

Souad Cherouati et ses déboires avec la FAN : On achève bien les Champions !

Dans un appel du cœur lancé sur son compte facebook, Souad Cherouati, une championne algérienne attitrée en natation, témoigne de ses déboires avec la Fédération algérienne de natation.

De surcroit, la veille même de son départ à Budapest pour participer aux Championnat du monde de natation qui se dérouleront du 14 au 30 juillet. Dans son message, la seule athlète dans sa discipline à avoir réalisé les minimas de qualification, depuis avril dernier, à cette compétition de haut niveau, est victime de ce l’on croit être «son succès sportif». Sinon, comment expliquer une négligence manifeste de la part d’une entité sportive, sensée accompagner, sur les plans moral et matériel, ceux-là mêmes qui font la fierté du Sport national, et au-delà, du pays. Dans son ultime recours, la nageuse raconte avoir été «refusée» par la FAN d’une prise en charge de son stage de préparation des mondiaux durant Ramadan passé, ce qui lui aurait été de bonne augure pour son parcours. Le président de cette fédération, Hakim Boughadou, a argué du manque de financements, pour l’inviter à acheter à ses frais le billet de voyage à Budapest. Mieux encore, on lui a signifié qu’elle ne pourrait atteindre la course finale comme pour justifier l’injustifiable. Le seul peu-de-considération qu’on lui a accordé a fait qu’elle a passé un stage de préparation à Alger dans de «mauvaises conditions» lorsqu’encore son périple désastreux s’est achevé par une intoxication alimentaire durant son séjour à l’hôtel. N’est ce pas là une entreprise de sape envers la meilleure athlète algérienne, tous sports confondus, aux derniers Jeux islamiques avec à la clé trois breloques d’or ? Et comme dans une ultime action pour achever sa victime, toujours selon sa livraison des faits, on ne s’est même pas inquiété de son sort, que cinq jours plus tard.
Alors qu’elle devait se rendre à la capitale hongroise lundi dernier, deux jours plus tôt, la FAN lui a procuré un billet d’avion, devant rallier Alger à Budapest, soit 24 heures de voyage, alors qu’il était possible selon elle de faire escale, via Toulouse-Budapest. Pire, elle a été laissée pour compte seule à l’aéroport d’Alger. C’est dire combien le mépris atteint son paroxysme au lieu et place d’encourager une athlète qui a honoré l’Algérie. Ce n’est pas fini, à la grande surprise de la nageuse, deux autres athlètes (Amel Melih et Nazim Benkhoudja) qu’elle dit, pourtant, «non-qualifiés» à cette compétition ont bénéficié d’une prise en charge de 10 jours à Budapest.
Autrement, au moment où la FAN lui exige d’arracher les minimas, d’autres jouissent de largesses et de «favoritisme», a-t-elle dénoncé une injustice et une mauvaise gestion de la part de la FAN. Souad Cherouati demande surtout que cesse le «harcèlement continu» à l’encontre de sa personne qui ne fait que la «déstabiliser» dans sa carrière. Enfin, l’athlète émérite s’en remet à la solidarité des Algériens et des Algériennes et se dit compter sur Dieu. Une consécration à la hauteur des sacrifices de Souad, c’est tout le mal qu’on lui souhaite.
F. Guellil