Snategs grève

SNATEGS : La grève reprend aujourd’hui

Le syndicat national des travailleurs d’électricité et de gaz (SNATEGS) devra entamer, aujourd’hui, une nouvelle série de grève. Devant l’absence totale de réaction de la part de la direction générale de SONELGAZ mais aussi de la tutelle ministérielle, quant aux revendications soulevées, les travailleurs montent davantage d’un cran. Comme annoncé il y a quelques jours, le SNATEGS revient donc à la charge à partir d’aujourd’hui. Le syndicat a, en effet, appelé, après l’organisation d’un rassemblement le 1er mai dernier à Oran, à l’organisation d’une nouvelle grève de trois jours sur tout le territoire national. Cette action intervient suite au mutisme dans lequel reste plongée la direction générale de SONELGAZ, explique Chawki Fertas, un représentant du SNATEGS. Selon notre interlocuteur, cette politique de « je m’enfoutisme » engagée par les responsables a pour objectif de décourager les contestataires et d’affaiblir la grogne des travailleurs. Toutefois, cela ne risque pas de se produire, assure Chawki Fertas, puisque le syndicat ne compte pas baisser les bras et prévoit d’aller vers le durcissement de ses actions et ce jusqu’à la satisfaction totale de sa plateforme de revendication. Le syndicaliste a saisi l’occasion pour dénoncer, par ailleurs, la répression que subissent les travailleurs à chaque sortie dans la rue. Les contestataires ont, à chaque fois, été confrontés aux forces de l’ordre, rappelant, à ce titre, le rassemblement organisé à Oran à l’occasion de la journée internationale des travailleurs et qui a été marqué par un déploiement renforcé de la police pour empêcher l’organisation de ce mouvement. Précédemment, les travailleurs de SONELGAZ ont organisé 6 jours de grèves, à savoir du 21 au 23 mars et du 11 au 13 avril derniers. Ces débrayages étaient accompagnés par 4 rassemblements généraux dans les wilayas de Bejaia, Tizi Ouzou, Alger et Oran. D’autres sit-in régionaux ont été organisés à Tebessa, Oum El Bouagui, Mila, et Sétif devant les directions de SONELGAZ pour exiger la levée sans conditions des sanctions, et l’arrêt immé- diat des intimidations et pressions exercées sur les travailleurs visant leur asservissement et leur humiliation. Outre le respect des libertés syndicales, il convient de rappeler que le syndicat des travailleurs d’électricité et de gaz, affilié à la confédération géné- rale des travailleurs en Algérie revendique, notamment, l’augmentation des salaires à 50%, la promotion automatique après 3 ans de travail, la fixation des primes de risques pour les travailleurs exécutifs et les agents de sécurité et des primes d’encouragement pour tous les travailleurs sans distinction. La plateforme contient au total 36 points.

Ania Nch-Nb