Frontière

Selon le New York Times, ils lui ont fait éviter une récession économique : « Les Algériens et les Russes ont sauvé la Tunisie de l’asphyxie ! »

Dans un article, rédigé sous la plume de Patrick Scott, le quotidien américain à grand tirage, le New York Times, dans son édition du 15 mai, a fait une curieuse enquête sur le tourisme en Méditerranée, de manière générale, et en Tunisie, particulièrement ; une Tunisie pratiquement en récession depuis l’attentat terroriste de Sousse, qui avait pour effet immédiat de rétrécir le volume des visiteurs étrangers, et de ce fait, de tarir une importante rentrée en devises. Selon le New York Times, « les visiteurs de l’Algérie et de la Russie sont arrivés en nombre record en 2016 et ont aidé à sauver les hôtels de la Tunisie dès la seconde année, qui menaçait d’être mortelle pour le pays.» Deux exemples-types sont pris parmi la population de visiteurs. Un russe, Simon Marsov, consultant de gestion de 25 ans de Moscou, qui s’est rendu à la station balnéaire de Sousse, en Tunisie, sur les bords de la Méditerranée, parce qu’il voulait faire « l’expérience d’un endroit étranger et à bon marché ». Puis un Algérien, Lalioui Faouzi, un dentiste de 26 ans originaire d’Alger, qui a déclaré au quotidien américain qu’il faisait onze heures de route à la fin de l’été pour rejoindre Hammamet, une autre station sur la côte-est de la Tunisie, « car les hôtels étaient moins chers que ceux de l’Algérie, les plages plus vivantes et il n’avait pas besoin de visa d’entrée ».
Pour le quotidien américain, ce sont surtout ces deux pays, l’Algérie et la Russie, qui ont sauvé le tourisme tunisien, première plus importante rentrée d’argent pour le pays, de la faillite, car les Européens occidentaux ont continué à fuir en grande partie le petit pays nord-africain à la suite de deux massacres de touristes en 2015. En 2016, les rentrées en devises en Tunisie ont reculé de plus de 10%, selon des chiffres officiels communiqués par le ministère du Tourisme, mais la balance est demeurée plus ou moins stable et n’a pas viré pour autant au rouge. Malgré ces déboires, la Tunisie garde toujours la côte, puisque le dernier rapport publié début 2016 par la Banque Africaine de développement, et intitulée Africa Tourism Monitor, concernant la situation et les perspectives du tourisme dans le continent africain, la Tunisie garde un bon classement dans les cinq pays les plus visités et les plus attractifs du continent avec l’Egypte, l’Afrique du Sud, le Maroc et le Zimbabwe. Enquête d’autant plus paradoxale que l’Algérie, qui sauve de la récession touristique ses voisins, se plaint d’un flagrant manque à gagner à un moment où la chute des prix de pétrole fait perdre au pays des rentrées d’argent essentielles. Il était pourtant dans les plans de l’état de se tourner, et vite, vers le tourisme domestique, et séduire les Algériens par des destinations séduisantes, au littoral comme au Sahara, avec des prix abordables et des conditions adéquates.
F. O.