Viande Congelé

Saisie record de viandes congelés à Oran : La chasse à la spéculation est ouverte

Malgré son interdiction depuis le mois d’avril dernier, l’importation de la viande congelée continue à être exercée par certains importateurs. En effet, des milliers de tonnes de ce produit ont été saisies, le week-end passé à Oran par les services de la Gendarmerie nationale, suite à une enquête approfondie. Selon les premiers éléments des investigations, la marchandise est destinée à la spéculation en prévision du mois de Ramadhan.

C’est ce qu’a fait savoir un responsable de ce corps sécuritaire, qui n’a pas indiqué la quantité exacte des viandes saisies. Selon la source, le groupement de Gendarmerie nationale d’Oran avait reçu des informations sur cette affaire avant de procéder, le week-end passé, à des perquisitions au niveau des hangars de chambres froides appartenant à des importateurs activant dans ce domaine à Oran. Les investigations ont démontré que les viandes congelées étaient destinées à la spéculation durant le prochain mois de ramadhan. Au lieu d’assurer un approvisionnement normal des marchés de la région Ouest du pays en viandes importées conformément aux règles en vigueur, ces importateurs ont préféré leur stockage, a-t-on expliqué, signalant le lancement d’une procédure judiciaire en attendant le transfert de ce dossier devant la justice. La saisie est la première du genre à Oran du point de vue quantité, a-t-on également souligné, ajoutant que l’enquête sur cette affaire se poursuit. A rappeler que le Premier ministre Abdelmalek Sellal avait donné, le mois d’avril dernier des instructions pour l’arrêt de l’importation des viandes congelées avec le maintien, dans les limites des besoins exprimés au plan national, de l’importation de viandes bovines fraiches. Une décision saluée par le ministre de l’Habitat de l’Urbanisme et de la Ville, ministre du Commerce par intérim, Abdelmadjid Tebboune qui avait indiqué que les marchés de viandes congelées ont enregistré pendant plusieurs années des dépassements graves et préjudiciables au citoyen notamment en présentant la viande congelée comme fraiche.
« Je ne vois aucun intérêt pour l’économie nationale, ni pour le consommateur de persister dans cette démarche au moment où nos capacités nationales en viandes ovines couvrent la demande. Notre cheptel compte 27 millions de têtes et c’est très suffisant mais nous continuerons d’importer de la viande bovine fraiche dans la limite des besoins locaux », avait affirmé, dans ce sens, Abdelmadjid Tebboune.
D’autre part, il avait dit avoir proposé au Premier ministre de promulguer un décret qui autorise le producteur à vendre directement les produits alimentaires au consommateur dans des espaces précis. Une telle mesure contribuera efficacement à juguler la spéculation et le monopole notamment pour ce qui est des produits alimentaires de large consommation. Selon Tebboune, cette mesure vise à éliminer les intermédiaires qui interviennent dans l’opération commerciale qui augmentent de 4 à 5 fois le prix des produits sur les marchés de détails avant qu’ils n’arrivent au consommateur final. Cette démarche peut être mise en œuvre dans les agglomérations urbaines où les espaces commerciaux ne sont pas suffisants, avait-il expliqué, rassurant que l’État est soucieux de préserver les intérêts des petits commerçants. S’agissant des mesures adoptées par le ministère du Commerce en prévision du mois de Ramadhan, Tebboune avait affirmé qu’il refusait ces stéréotypes de circonstances.
Le travail de contrôle et de dissuasion doit se poursuivre durant toute l’année, avait-t-il insisté, précisant que les mesures prises on celles à mettre en œuvre visent d’abord, et au final, à protéger le consommateur et à préserver son pouvoir d’achat; mais surtout à consolider l’économie nationale. Il avait assuré, à ce propos, que les produits alimentaires seront disponibles durant le mois de Ramadhan et que le pays disposait de stocks de réserves suffisants pour des années.
Ania Nch-Nb