Saisie

Saisie de plus de 13 tonnes de produits impropres à la consommation à Alger

Plus de 13 tonnes de produits alimentaires impropres à la consommation ont été saisis à travers les différents locaux et centre commerciaux durant les vingt premiers jours du mois de Ramadhan par les agents de contrôle et de répression de la fraude à la Direction du commerce d’Alger, a affirmé, jeudi, Dehar Layachi. Dans le cadre des opérations de contrôle de la qualité et de répression des fraudes menées par les agents de la direction du commerce de la wilaya d’Alger, près de 13,5 tonnes de produits alimentaires ont été saisis », a déclaré à l’APS le représentant de la direction du commerce d’Alger, précisant que « cette quantité est constituée principalement de viande rouge et blanche impropres à la consommation outre une quantité de viande blanche sans traçabilité ». Les actions de contrôle de la qualité et répression des fraudes se sont soldées par l’établissement de 4 379 procès-verbaux de poursuites judicaires à l’encontre des commerçants contrevenants, a-t-il indiqué, soulignant que 13 713 interventions de contrôle ont été opérées dans des locaux de vente de détail et de gros, ainsi qu’au niveau des unités de production. Le même responsable a fait état de 181 propositions de fermeture pour infractions des lois régissant l’activité commerciale. La valeur des marchandises non facturées exposées à la vente à travers les différents espaces commerciaux à Alger a dépassé 75 millions de DA, au cours des 20 premiers jours du mois de Ramadhan, tandis que la valeur financière forfaitaire des saisies sus- citée (13,5 tonnes de produits alimentaires) est de plus de 3 millions DA. Plus de cinq tonnes de produits impropres à la consommation, principalement des viandes rouge et blanche avait été saisies au cours des 10 premiers jours du mois de Ramadhan à travers divers espaces commerciaux à Alger. Pour rappel, la direction du commerce de la wilaya d’Alger a mobilisé, à l’occasion du mois de Ramadhan, 332 brigades de contrôle de la qualité et de répression de la fraude, à travers l’ensemble des marchés de proximité et grandes surfaces de la capitale dans le cadre de la Protection du consommateur et l’organisation et la régulation du marché.

La terre a tremblé à Batna
Un tremblement de terre d’une magnitude de 3,7 sur l’échelle de Richter a eu lieu, vendredi à 03h15 (heure locale) dans la wilaya Batna, indique le Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG) dans un communiqué. L’épicentre de la secousse a été localisé à 8 km au nord-est de la commune de Sefiane à l’ouest de la wilaya de Batna, précise la même source.

Un test sanguin pour prédire une naissance prématurée
Des chercheurs américains et danois ont annoncé jeudi avoir mis au point un test sanguin peu coûteux qui permet de prédire à 80%si une femme enceinte donnera naissance à un bébé prématuré et permettra de réduire le nombre des décès et les complications, selon une étude. Bien que d’autres recherches soient nécessaires avant que le test ne soit prêt à être utilisé à grande échelle, les experts affirment qu’il a le potentiel de « réduire le nombre de décès et de complications » dus aux 15 millions de naissances prématurées par an dans le monde entier. Le test peut également être utilisé pour estimer la date d’accouchement de la mère « de manière aussi fiable et moins coûteuse que l’échographie », indique le rapport paru dans la revue Science. Le test mesure l’activité des gènes maternels, placentaires et fœtaux, évaluant les niveaux d’ARN (molécule constituée d’un enchaînement de Ribonucléotides) sans cellules, qui sont des molécules messagères qui transportent les instructions génétiques du corps. « Nous avons constaté qu’une poignée de gènes sont très prédictifs concernant des femmes à risque pour un accouchement prématuré », a déclaré Mads Melbye, co-auteur principal, professeur invité à l’Université de Stanford et P-DG du Statens Serum Institut à Copenhague.

La cocaïne en pleine «résurgence» en Europe
La « disponibilité » et la « pureté » de la cocaïne se sont accrues en Europe, où la production de drogues s’est intensifiée, s’inquiète l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT) dans son rapport annuel publié jeudi. « Nous observons actuellement en Europe un accroissement de la production et de la disponibilité des drogues », constate Dimitris Avramopoulos, commissaire européen pour la Migration, les Affaires intérieures et la Citoyenneté, cité en préambule du rapport, soulignant que « le marché des drogues illicites est très dynamique et flexible, et dès lors d’autant plus dangereux ». Si le cannabis reste la drogue la plus consommée en Europe, avec 17,2 millions de consommateurs âgés de 15 à 34 ans, l’OEDT tire la sonnette d’alarme cette année sur la « résurgence » de la cocaïne.

Plus d’un million d’enfants toujours privés d’école au Mali
Au moins 750 écoles ont été fermées depuis le début de la crise sécuritaire au Mali, privant plus d’un million d’enfants de scolarité, a déploré jeudi le Fonds onusien pour l’enfance (UNICEF). Dans les zones touchées par la crise, cela affecte près de 150.000 enfants, chose qui aggrave le problème global des enfants non scolarisés dont 22% vivent dans les régions touchées par l’insécurité, relève l’UNICEF dans un communiqué. Ainsi, dans les régions septentrionales du pays, comme à Tombouctou, Gao, Ménaka, Taoudéni et Kidal, mais aussi dans les provinces centrales de Mopti et de Ségou, « se rendre parfois à l’école relève du défi quotidien ». « Presque six ans après le début de la crise au Nord du Mali, cela continue d’avoir un impact sur les enfants, notamment sur l’éducation », a déclaré la Représentante de l’UNICEF dans ce pays, Lucia Elimi, citée dans le communiqué. Selon elle, plus d’un million d’enfants en âge d’aller à l’école ne sont pas scolarisés. « Certaines écoles ont été attaquées, certaines l’ont été sous la pression. On a eu des cas où les enseignants ont fui pour ne pas être directement ciblés », a-t-elle ajouté.