SAÏD CHENGRIHA

SAÏD CHENGRIHA, LE CHEF DE L’ÉTAT-MAJOR PAR INTÉRIM : «L’ANP a contrecarré un complot dangereux contre l’Algérie»

Comme son prédécesseur à la tête de l’état-major de l’ANP, Saïd Chengriha persiste et signe sur les menaces, voire, plus grave encore, le complot qui guettent l’Algérie sur le plan sécuritaire. Mais, droit dans ses bottes, le chef de l’E.M. par intérim assure que l’Institution militaire, dont il a hérité les commandes, continuera à préserver le pays et son peuple, dans le respect des prérogatives que lui confère la Constitution.

Nommé le 23 décembre par le président Tebboune pour remplacer le général de Corps d’Armée, Ahmed Gaïd Salah, décédé le même jour, d’un arrêt cardiaque, le général-major Saïd Chengriha, chef d’état-major de l’ANP par intérim, a fait sa première sortie publique. Hier, le chef de l’ANP a présidé, au siège du MDN, une réunion importante regroupant les cadres du ministère de la Défense nationale et de l’E.M. de l’ANP, a-t-on appris d’un communiqué de l’Institution militaire.
Étaient également de la partie, le SG du MDN, les Commandants des Forces, les chefs de Départements du MDN et de l’E.M. ainsi que les Directeurs et chefs de services centraux et les chefs de bureaux.
Comme il fallait s’y attendre, les membres de la hiérarchie de l’ANP ont observé une minute de silence à la mémoire de Ahmed Gaïd Salah, qui a tiré sa révérence, après avoir eu à gérer l’une des crises politiques les plus complexes de l’histoire de l’Algérie, pendant dix longs mois, qui se sont soldés par le recours à la voie constitutionnelle avec l’élection du président Tebboune. D’ailleurs, le nouveau chef de l’E.M. en poste n’a pas raté l’occasion pour rappeler «le rôle primordial» qu’à jouer l’ANP durant cette période des grandes incertitudes, en signe d’hommage au défunt, décédé à l’âge de 79 ans.
Ainsi, dans son discours, le premier depuis sa nomination, devant les hauts cadres de l’Institution militaire, Saïd Chengriha confirme, de propos appuyés, les menaces sur lesquelles son prédécesseur, à la tête de l’E.M. n’a cessé depuis le 22 Février, de mettre en garde le pays et le peuple algérien. «Nous avons traversé, aux côtés de notre peuple, au cours de cette dernière période de notre histoire contemporaine, une étape sensible à travers laquelle notre pays a fait face à un dangereux complot qui visait la stabilité de l’Algérie et les fondements de l’État, ainsi que la neutralisation de ses Institutions constitutionnelles, pour l’entraîner dans le bourbier du chaos et de la violence», dira d’emblée l’homme fort de l’ANP.
Toutefois, et face à ce complot dont il a pris conscience, l’E.M. de l’ANP «a su gérer cette phase avec sagesse et clairvoyance, à travers l’accompagnement et la protection des marches pacifiques, sans qu’aucune goutte de sang ne soit versée, en sus de l’accompagnement des Institutions de l’État de manière à leur permettre d’accomplir leurs missions dans les meilleures conditions, ainsi que la détermination à rester dans la légitimité constitutionnelle et à faire face à quiconque tente de porter atteinte à l’unité nationale».
Et ce ne sont pas là que des paroles dans l’air, semble dire Saïd Chengriha, qui renvoie de ses propos aux élections présidentielles du 12 décembre, dont l’ANP a assuré avec le concours des autres services de sécurité, l’accompagnement sur le plan sécuritaire à l’effet de le faire dérouler dans les meilleurs conditions.
Première sortie post-élection d’Abdelmadjid Tebboune à la tête de l’État, le chef de l’E.M. de l’ANP a tenu à remercier l’ensemble du personnel de l’ANP pour le rôle joué dans cette période difficile et à sa tête le défunt Gaïd Salah, auquel il a tenu à rendres un vibrant hommage en rappelant les honneurs qui lui étaient rendu lors des funérailles grandioses organisées le jour de son enterrement.
«Dans ce sillage, nous réaffirmons que nous resterons mobilisés au service de la patrie et nous ne dévierons jamais de nos engagements constitutionnels quelles que soient les circonstances. Et nous ferons toujours face aux ennemis de la patrie et à quiconque tente de porter atteinte à notre souveraineté nationale», indique à ce propos le chef de l’E.M.
Par ailleurs, abordant la question de promotion aux postes de responsabilité du personnel militaire, Chengriha, assurant avec «sincérité» et «franchise» dans ses propos, dit que cela dépendra des critères de «vénération du travail qui constitue la clé du succès, en plus de la compétence, la capacité, le sérieux, l’intégrité et le dévouement à l’armée et à la patrie».
F. Guellil