Horst Kohler

Sahara Occidental / ONU : Köhler invite le Maroc et le Front Polisario à des pourparlers, début décembre, à Genève

C’est début décembre prochain et à Genève, en Suisse, que Horst Köhler, l’envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies, pour le Sahara occidental, a invité le Maroc et le Front Polisario, à des premiers pourparlers, selon l’APS, en vue de relancer le processus de règlement, à l’arrêt depuis 2012, de la dernière question de décolonisation, en Afrique, inscrite sur l’agenda de l’Institution onusienne et de l’Union africaine (UA). Le médiateur onusien, Hosrt Köhler a tenu à traduire, ce qu’il avait avancé, août dernier, lors de son dernier briefing au Conseil de sécurité (CS), sur les démarches qu’il avait entreprises, dans le cadre de sa mission pour le Sahara occidental, depuis sa nomination, en août 2017. En effet, lors de cette séance, l’ex-président allemand, a informé les membres du Conseil de sécurité, de son intention d’envoyer, en octobre prochain, des invitations, au Maroc et au Front Polisario, pour les convier aux premiers pourparlers, avant la fin de l’année en cours et marquer ainsi la relance du processus des négociations, au point mort depuis 2012, pour le règlement définitif de la dernière question de décolonisation en Afrique, inscrite à l’ONU et à l’UA. à Genève, le responsable onusien, compte, selon ce qu’il avait avancé, aux membres du Conseil de sécurité, août dernier, tenir ces premiers pourparlers, en vue de discuter du cadre général qui va servir de base pour les négociations à venir, qui devraient aborder les questions de fond, selon l’agenda prévisionnel du Conseil de sécurité, pour le mois d’octobre, et la note publiée, vendredi dernier, sur les derniers développements ayant trait au dossier du Sahara occidental. La veille, l’émissaire de l’ONU pour le Sahara occidental a rencontré, en marge des travaux de la 73eme session de l’Assemblée générale de l’ONU qui se poursuivent, des membres de la délégation du Secrétariat du Front Polisario, composée, de Mhamed Khadad, coordinateur du Front Polisario avec la mission des Nations unies pour l’organisation du référendum au Sahara occidental ( MINURSO), Mohamed Salem Ould Salek, ministre des Affaires étrangères de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) et du Dr Sidi Mohamed Oumar, représentant du Front Polisario auprès de l’ONU. à cette occasion, l’ex-président allemand a informé les responsables du Front Polisario des démarches qu’il compte entreprendre, prochainement, en vue de relancer le processus politique avalisé par l’ONU, dont notamment l’envoi des invitations aux deux parties en conflit, sur le Sahara occidental, depuis 1975, le Maroc et le Font Polisario, date de l’invasion militaire du royaume chérifien, des territoires sahraouis. Dans la note précitée, il est indiqué, lit-on, que « l’étape la plus importante » serait celle qui marquera la teneur de la réponse que donneront les destinataires des invitations précitées de Kôhler. Il est à rappeler que la partie sahraouie a affiché sa disponibilité à s’engager, sous l’égide de l’ONU, dans des négociations directes avec le Maroc. Dans sa lettre adressée au Conseil de sécurité, pour ne citer qu’elle, le Front Polisario a exprimé, en effet, sa disponibilité et jeudi dernier, au terme de sa rencontre avec Köhler, au siège de l’ONU, la délégation sahraouie, saluant les efforts déployés par Köhler, a exprimé l’engagement du Front Polisario à coopérer pleinement avec lui. à cette occasion, il a été réaffirmé la disponibilité du front Polisario d’engager des négociations directes avec le Maroc sous les auspices de l’ONU, afin de parvenir à une solution juste, pacifique et durable, au conflit devant assurer le droit incontournable du peuple sahraoui à l’autodétermination, selon le droit international. Par ailleurs, la République sahraouie a exprimé, la semaine passée, sa vive condamnation de la position « d’intransigeance du Royaume du Maroc et ses entraves aux efforts de l’ONU au Sahara occidental », interpelant le Conseil de sécurité à assumer ses responsabilités face à la position marocaine, exprimé par le chef du gouvernement marocain, Saâd Eddine El-othmani, dans son intervention à l’AG de l’ONU, laquelle, a averti la partie sahraouie « peut avoir de graves conséquences sur le processus de paix de l’ONU et sur la sécurité et la paix dans la région » a indiqué un communiqué du ministère de l’information de la RASD.
Karima Bennour