Yémen

Sa voiture blindée a été ciblée par un tir de roquette à Sanaa : L’ex-président du Yemen Ali Abdallah Saleh tué par les Houthis

L’ancien président du Yémen Saleh a été tué, hier, à Sanaa. Une annonce faite d’abord, par ses anciens alliés houthis, devenus ses pires ennemis, puis par les agences internationales. Cette mort survient quarante-huit heures après la décision de l’ex-chef d’État de mettre fin à son alliance avec la rébellion chiite houthie. L’information sur sa mort a été confirmée par une source familiale et par Faïka al-Sayyed, une dirigeante du parti de l’ex-président, le Congrès populaire général (CPG). Selon des sources houthies, la voiture blindée de l’ancien président a été stoppée par un tir de roquette puis l’ex-président a été abattu. Son secrétaire général adjoint au CGP, Yasser al Aouadi, a également été tué, selon plusieurs sources au sein du parti de l’ex-président.Des photos et des vidéos, apparemment filmées par des rebelles, ont circulé sur les réseaux sociaux, juste avant l’annonce des Houthis, montrant ce qui semble être l’ancien président, apparemment sans vie, avec une profonde entaille à l’arrière de la tête. Cette annonce intervient alors que l’ex-président Saleh et les rebelles chiites Houthis ont vu leur alliance, scellée il y a trois ans, voler en éclats au cours de la semaine écoulée. Des combats font rage entre les troupes fidèles à l’ancien président et les Houthis depuis le 29 novembre dans la capitale Sanaa, que les deux parties rebelles contrôlent conjointement depuis 2014 au détriment du gouvernement internationalement reconnu d’Abd Rabbo Mansour Hadi, réfugié à Aden, dans le sud.
R. I.