Révision du statut professionnel de certaines catégories du secteur de l’Education : Le SATEF pessimiste

Pour le Syndicat autonome des travailleurs du secteur de l’éducation et de la formation (SATEF), les travaux de révision de la situation professionnelle de certaines catégories du secteur de l’Education nationale «avancent à pas de tortue».

Le syndicat fait état d’un manque de volonté de la commission installée à cet effet et qui ne s’est pas réunie depuis le mois de mai dernier. En réponse aux dernières déclarations de la ministre du secteur, Nouria Benghebrit, le président du SATEF, Boualem Amoura, s’est montré peu enthousiaste. Selon le syndicaliste, la commission chargée de procéder à la correction des dysfonctionnements des statuts des travailleurs du secteur a été installée le 7 avril 2015, mais depuis cette installation, précise-t-il, « aucune mesure concrète n’a été prise ». Amoura rappelle qu’à l’époque : Nouria Benghebrit avait déclaré que les travaux allaient s’étaler sur une période de pas moins de 5 ans, et « ces travaux avancent à pas de tortue », a-t-il soutenu. Pour lui, les déclarations de la ministre n’apportent rien de nouveau, sachant que la commission ne s’était pas réunie depuis le mois de mai dernier. Déplorant l’existence de plusieurs dysfonctionnements qui nécessitent une révision urgente, Amoura cite l’exemple des adjoints de l’éducation qui seraient classés à la catégorie 7. « C’est mesquin », dira-t-il à ce propos. En effet, Benghebrit avait affirmé jeudi que le secteur de l’éducation « œuvrerait à corriger les dysfonctionnements contenus dans les statuts des travailleurs de l’Education pour la régularisation de la situation professionnelle de certaines catégories n’ayant pas bénéficié des mesures prévues par ces statuts ».
Répondant à une question orale d’un député de l’APN sur la situation professionnelle des conseillers de l’orientation scolaire et professionnelle, elle a confirmé « l’existence de certains dysfonctionnements dans le statut particulier des travailleurs du secteur», ajoutant que « les négociations menées ces dernières années au niveau de la commission mixte avec le partenaire social ont démontré que ledit statut accordait une importance particulière à une catégorie au détriment d’une autre ».
A cet effet, la ministre a insisté sur le rôle important des conseillers de l’orientation scolaire et professionnelle dans le suivi des élèves souffrant de troubles psychologiques et pédagogiques pour leur permettre de poursuivre leurs études, notamment en vertu de la loi d’orientation relative au secteur qui avait consacré « tout un chapitre » aux missions du conseiller de l’orientation scolaire et professionnelle conformément à la planification éducative. Les statuts des travailleurs de l’éducation définissent les missions de 8 corps de l’Education et 46 grades. Il s’agit du corps de l’enseignement et du personnel de l’éducation, outre les fonctionnaires de l’orientation et de la guidance éducative et professionnelle, les laborantins, le personnel des cantines scolaires, les intendants, le personnel administratif des établissements éducatifs et les inspecteurs.
La loi a limité également le parcours professionnel de chaque catégorie pour la promotion à un grade supérieur, a fait savoir la ministre qui a ajouté que la « promotion est volontaire et non obligatoire », car se faisant sur demande de l’intéressé accompagnée d’un dossier complet qui sera soumis au service compétent. Benghebrit a fait savoir que la promotion « est liée au nombre de postes ouverts».
Les conseillers d’orientation et de guidance scolaire et professionnelle (COGS) peuvent, à l’instar des autres fonctionnaires, être promus au grade de conseiller principal d’orientation et de guidance scolaire et professionnelle, inspecteur d’orientation et de guidance scolaire et professionnelle, puis inspecteur d’éducation nationale d’orientation et de guidance scolaire et professionnelle. Elle a rappelé dans ce contexte, l’ouverture de 10.000 postes budgétaires dans différents grades ayant trait à cette catégorie entre 2014 et 2016 outre un concours et des examens professionnels de recrutement et de promotion professionnelle au profit de 1415 fonctionnaires, tous grades confondus qui concernent cette catégorie.
La promotion a concerné durant cette même période « 55 inspecteurs d’éducation nationale d’orientation et de guidance scolaire et professionnelle, 26 inspecteurs d’orientation et de guidance scolaire et professionnelle, 98 conseillers principaux d’orientation et de guidance scolaire et professionnelle et 236 conseillers d’orientation scolaire et professionnelle, a ajouté Benghebrit.
La ministre a estimé que les chances de promotion de cette catégorie à des grades supérieurs dans l’éducation nationale sont plus nombreuses par rapport à d’autres secteurs. La promotion d’un conseiller d’orientation dans le secteur de l’éducation peut aller jusqu’à la catégorie 17, conformément aux conditions en vigueur contre 14 dans les autres secteurs ».
Ania Nait Chalal