Bouira

Réseaux d’eau potable et de gaz à Bouira : Les villageois de Maâlla réclament le raccordement de leurs localités

Des dizaines de citoyens issus de quelques villages enclavés de la commune de Maâlla (Ouest de Bouira) ont fermé mercredi le siège municipal en guise de protestation contre ce qu’il qualifie de «dégradation» de leurs conditions de vie, et pour réclamer notamment le raccordement de leurs localités aux réseaux de gaz d’eau potable, a-t-on constaté.

Venus des localités de Boukhadem, Ouled Cherif, El Kalaâ, Lemssega et Ouled Salem, les citoyens protestataires ont fermé le portail principal de la mairie à l’aide de cadenas empêchant l’entrée des employés. «Nous sommes en colère, car nos villages sont dépourvus de toutes les commodités de vie, nous n’avons ni gaz, ni eau potable, ni électrification rurale», s’est plaint un groupe de jeunes. Les manifestants réclament aussi l’électrification rurale ainsi que l’éclairage public. «Nos villages ne disposent pas d’éclairage public», se sont-ils encore plaints. La plupart des routes, réalisées il y a quelques années pour désenclaver les villages de cette région montagneuse se trouvent dans «un état piteux et elles nécessitent une réhabilitation», ont relevé les protestataires. «Nos routes sont dégradées, nous demandons des aménagements pour nos routes pour nos rues aussi», ont-ils insisté.
Dans une déclaration à l’APS, le président de l’Assemblée populaire communale (APC), Mohamed Belkadi, a qualifié de «légitimes» les revendications des citoyens, mais, a-t-il expliqué elles «nécessitent plus de temps et d’argent, car il s’agit d’habitation éparses, ce qui rend difficile le raccordement de chaque foyer aux réseaux du gaz et d’eau potable». Pour ce qui est du transport scolaire, l’APC s’est engagée à l’assurer gratuitement aux écoliers.
«Notre commune est très pauvre, nous n’avons pas assez de moyens financiers pour prendre en charge toutes ses préoccupations qui nécessitent des sommes colossales, donc nous souhaitons que la wilaya nous apporte des solutions aux problèmes d’eau potable et de gaz», a souligné M. Belkadi. Malgré que la commune de Maâlla jouit du grand barrage de Koudiet Acerdoune d’une capacité de 640 millions de m3, le chef-lieu de la municipalité ainsi que les villages environnants souffrent à ce jour d’un manque criard en matière d’alimentation en eau potable provenant de l’unique source dont elle dispose.
«J’ai soulevé ce problème plusieurs fois au wali de Bouira, Limani Mustapha.
Ce dernier a demandé des solutions urgentes aux services concernés. Nous attendons des réactions sur le terrain», a conclu M. Belkadi.