tourisme

Renforcement du parc hôtelier d’Alger : 60 projets touristiques à l’horizon 2019

Un total de 60 nouveaux projets touristiques à exploiter en 2019, sont prévus et permettront de renforcer le parc hôtelier de la capitale, a indiqué, le directeur du tourisme d’Alger, Salah Ben Akmoum.

Dans le cadre du plan stratégique d’Alger (2012-2035), la réalisation des 57 projets touristiques retenus se poursuivait à un rythme « excellent » dans le cadre du renforcement du parc hôtelier, d’élargissement de la capacité d’accueil et de création d’emplois a estimé Ben Akmoum. Il a précisé dans ce même cadre d’idée, qu’une commission ministérielle a effectué récemment une visite d’inspection pour s’enquérir de l’état d’avancement des travaux de réalisation des hôtels au niveau de la capitale. Une visite dont l’objectif premier consiste à moderniser les donnes et cerner les entraves qui se dressent devant la finalisation des projets qu’elles soient d’ordre administratif, technique ou financier. Ces établissements, a-t-il rappelé, devront accroître la capacité d’accueil touristique au niveau de la wilaya avec un total de 12 000 lits et créer 9 000 emplois environ à la faveur d’un budget de 130 milliards DA, faisant remarquer que les travaux de réalisation se situaient entre 30 et 70%. La réception est, elle, prévue en 2017/2018 alors que l’exploitation définitive interviendra en 2019, a-t-il encore dit. Par ailleurs, Ben Akmoum a souligné la concrétisation d’un plan directeur d’aménagement touristique dans le but d’établir le « foncier touristique » qui accuse un « grand déficit », relevant que 5 régions ont, d’ores et déjà, été choisies en vue d’une ‘extension touristique dont Sidi Fredj, Zeralda est-ouest, Palm Beach et d’autres au regard de leurs naturels, historiques et culturels. Il a relevé dans ce sens, que la capitale comptait parmi les destinations touristiques les plus prisées d’autant plus qu’elle connaissait depuis peu, d’autres formes de tourisme dont le « tourisme des affaires » et les « conférences » avec un nombre global de 2 millions de touristes cette année. Le même responsable a lancé un appel solennel, à cet effet, à encourager d’avantages l’investissement dans le secteur touristique et à s’ouvrir aux initiatives du secteur privé tout, et ce, en tenant compte du professionnalisme et du rôle de l’État en matière de contrôle et de règlementation. Il y’a lieu de savoir également, qu’ un budget de 60 millions de DA a été dédié à la réalisation d’études sur ces régions outre le plan directeur d’aménagement touristique qui délimitera des parcelles foncières que la wilaya cèdera à l’investisseur conformément à un cahier des charges et ce en 2017. Selon le même responsable, la modernisation du secteur touristique tendait à faire du tourisme une source de revenu à travers la promotion de la destination Algérie. Au titre des projets d’aménagement et d’extension des hôtels, il a rappelé que la wilaya avait retenu des projets de réaménagement et modernisation de 20 établissements hôteliers relevant du secteur public afin d’augmenter leur capacité d’accueil et d’améliorer leurs prestations. Des travaux de réhabilitation sont également en cours en vue d’une adaptation aux critères internationaux pour une livraison dans un délai de 24 mois. Entre autres établissements concernés par l’opération de modernisation et de réhabilitation, figurent les entreprises d’hôtellerie et de gestion touristique publiques de Zeralda et Sidi Fredj ainsi que le centre de thalassothérapie et l’entreprise de gestion hôtelière du Centre et les ‘hôtels Sables d’or, Essafir et Albert 1er.

600 agences touristiques et création de 5 ZET (zone d’extension touristique)
Selon Ben Akmoum, conformément à un cahier de charge précis, durant la saison estivale de 2017, a été octroyé le droit d’exploitation touristique des plages au nombre de 12, situées dans la zone d’extension touristique (ZET) de la capitale dans le cadre de la loi régissant cette opération et définissant les règles générales d’utilisation et d’exploitation touristiques des plages ouvertes à la baignade, a confié. « Le nombre d’agences de tourisme avait augmenté l’année écoulée passant de 400 en 2015 à 600 en 2016, générant 7000 emplois »a-t-il ajouté. Par ailleurs, et dans le but de susciter une compétitivité entre le tourisme thermal, culturel, saharien, côtier et le tourisme dans les montagnes, le même responsable a estimé qu’il est important de diversifier les destinations et les parcours touristiques proposés tant aux touristes étrangers que locaux. Pour conclure, Ben Akmoum a évalué la saison estivale de l’année 2016, en la qualifiant de « réussie à plus d’un point » avec plus de 4,5 millions d’estivants ayant fréquenté les 72 plages ouvertes à la baignade, précisant que pas moins de 4 000 emplois ont été créés par la même occasion.
Djedjiga Hamitouche et APS