47 ARTISTES ET INTELLECTUELS

Remise de l’ordre de mérite à 47 artistes et intellectuels : L’élite nationale honorée par Bouteflika

Les familles et proches des personnalités,- décorées de l’ordre de mérite présidentiel-, présents lors de cette cérémonie, organisée mercredi soir, à l’Opéra «Boualem Bessaïh» d’Alger, auraient vécu le moment avec beaucoup d’émotions de par les honneurs de l’état rendus aux leurs.

En effet, pas moins de 47 artistes, journalistes, hommes de lettres et intellectuels nationaux, ont été flanqués de la plus haute distinction de la présidence de la République. Il s’agit de l’ordre de mérite national, à travers ses trois rangs «Ahid», «Djadir» et «Achir», remis aux bénéficiaires par le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, au nom du président de la République, Abdelaziz Bouteflika. La cérémonie solennelle s’est déroulée en présence du Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, d’un bon nombre de ministres de son gouvernement, pour n’en citer que Tayeb Louh (Justice), Abdelkader Messahel (AE), Noureddine Bedoui (Intérieur), Azeddine Mihoubi (Culture)…, des représentants du corps diplomatique établi en Algérie, personnalités nationales issues de la sphère intellectuelle et artistique, membres de leurs familles, ainsi que d’autres convives de marque. La remise des titres, consistant en une médaille et d’un diplôme de mérite, a concerné aussi bien des personnalités toujours en vie que d’autres décédées. Ainsi, la médaille de l’ordre de niveau «Ahid» a été décernée, à titre posthume, à 12 célébrités nationales, telles le comédien Hassen Ben Cheikh dit Hassen El Hassani, le chanteur châabi Dahmane El Harrachi, le chanteur chaoui Aissa Merzougui Benrabah dit Aissa El Djermouni, l’auteur-compositeur Maati Bachir… La même distinction a été remise également à l’écrivain-romancier Rachid Boudjedra, même si ce dernier a brillé par son absence à la cérémonie.
En fait, les personnalités décédées ou absentes ont été représentées par une personne de leur famille ou représentant d’une institution publique. Quant à la médaille «Djadir», elle est revenue à 32 écrivains, hommes de lettres, intellectuels, académiciens et artistes. Cette longue liste comprend entre autres, le poète romancier et journaliste Tahar Djaout, le romancier Abdelhamid Benheddouga, le comédien-dramaturge Abdelkader Alloula, le comédien et metteur en scène Azeddine Medjoubi, la chanteuse chaouie Beggar Hadda, le chanteur-compositeur kabyle Cherif Kheddam, le chanteur châabi Hachemi Gerrouabi, le duo comédien Hadj Abderrahmane (l’inspecteur Tahar) et Yahia Benmabrouk (l’apprenti)… etc. Enfin, la médaille de mérite dans sa version «Achir», a été décernée, à titre posthume, à trois artistes, à savoir la chanteuse chaouie Hassina Laouadj, connue sous le nom de Zoulikha, le roi du raï, Hasni Chakroun dit Hasni et l’autre artiste chaoui Ali Naceri dit Katchou.
A souligner qu’à chaque fois qu’une médaille est remise à la personnalité concernée ou à quelqu’in la représentant une pluie d’applaudissement et de youyou s’en suivit.
Autres honneurs rendus au courant de cet événement, tenu dans le contexte de la célébration de la Journée nationale de l’artiste (8 juin), l’émission de deux timbre-poste en hommage aux deux icones de la chanson algérienne que sont Ouarda El Djazairia et Fadéla Dziria. Ce projet a été lancé par Algérie Poste en collaboration avec les ministères de la Culture et de la Poste, des Télécommunications, des technologies et du numérique.
Enfin, et en signe de remerciements, Bouteflika a été honoré par un tableau de peinture/fresque remis par le collectif et reçu en son nom par Bensalah. Cette cérémonie a été clôturée par l’organisation d’un récital musical dirigé par le maestro Kamel Bouabdellah.
Farid G.