périmètre irrigué de Maghnia

Réhabilitation du périmètre irrigué de Maghnia : Plus de 21 000 postes de travail seront créés

Plus de 21.000 postes d’emploi seront générés par le périmètre irrigué de Maghnia, une fois ses 7.000 hectares de superficie réhabilités, a-t-on appris du wali de Tlemcen Ali Benyaiche. Suivant un calcul théorique effectué par les techniciens en charge de ce projet, -dont la superficie a été ramenée de 4.500 ha initialement à 7.000 ha à la faveur de ce projet de réhabilitation-, à raison de trois travailleurs par hectare, le périmètre emploiera 21.000 et même plus, a déclaré le responsable de l’exécutif lors d’une visite de travail à Maghnia.
L’extension des terres irriguées est un atout pour développer l’agriculture grâce aux transferts des eaux des barrages de la région, d’où l’intérêt à accorder à cette opération, a-t-il souligné, mettant en exergue l’importance de ce périmètre qui contribue à l’augmentation des productions agricoles et la création d’emplois. Doté d’une autorisation de programme de 4 milliards DA, ce projet porte sur des travaux de réhabilitation et d’extension de sa superficie et de son système hydraulique, dont 5.000 ha seront équipés, a expliqué le chef de projet de l’entreprise EATH d’Alger qui a lancé les travaux le 19 septembre 2016 pour un délai de 16 mois.
Les travaux portant notamment sur la rénovation des conduites et équipements d’irrigation ont atteint un taux d’avancement de 36%. Des conduites de distribution d’eau d’irrigation totalisant 172 km seront posées sur place, a-t-on fait savoir.
La gestion du périmètre irrigué de Maghnia a été confiée à l’Office national d’irrigation et de drainage (ONID) par la wilaya de Tlemcen dans le but d’augmenter le rendement productif de cette zone agricole appartenant à quelque 580 agriculteurs. Ce périmètre, qui est irrigué depuis le barrage de Hammam Boughrara et des forages, est doté d’une importante canalisation d’irrigation.
Créé en 1974, ce périmètre connaîtra, par ailleurs, l’amélioration de la situation des ressources hydriques l’alimentant, à la faveur de la réalisation des deux stations de dessalement de Honaine et de Souk Tlata de 200.000 mètres cubes d’eau/jour chacune.
Le barrage de Hamam Boughrara et plusieurs forages l’alimenteront en eau, renforçant, ainsi, l’apport du barrage de Beni Bahdel, a-t-on rappelé. Ces eaux seront gérées à partir des infrastructures inhérentes au projet, à savoir des stations de pompage et des réservoirs.
Le réseau d’irrigation est un ensemble formé par des organes, ouvrages et appareils qui assureront le transport, la répartition et la distribution des eaux à chaque exploitation agricole, ainsi que l’évacuation des eaux excédentaires, a indiqué, pour sa part, le représentant de la direction des ressources en eau de la wilaya.