13.9 C
Alger
26 février 2024
lecourrier-dalgerie.com
ACTUALITÉ

Règelement de la crise libyenne : Haftar à Alger pour accélérer le processus

Abdelkader Messahel, ministre des Affaires maghrébines, de l’Union africaine et de la Ligue des États arabes, s’est entretenu, à Alger, avec le maréchal libyen, Khalifa Haftar, en visite de travail en Algérie, dans le cadre des efforts de la médiation conduite par l’Algérie pour un règlement durable et définitif de la crise libyenne.
Les entretiens de Haftar à Alger portent “exclusivement sur les développements de la situation politico-sécuritaire que connaît la Libye et les moyens à même d’encourager le rétablissement rapide de la stabilité et de la sécurité dans ce pays», a-t-on indiqué de source diplomatique. Cette précision est d’importance et vise à contrecarrer d’avance toute spéculation hasardeuse du Maréchal libyen et notamment celle d’un site qui se spécialise ces derniers jours dans les reprises des attaques contre notre pays relayant systématiquement la propagande et l’intox de ces sponsors, dont le Maroc. La visite de Haftar à Alger est d’autant plus importante qu’elle met en relief les efforts de l’Algérie pour pousser les parties libyennes à parvenir à un «accord consensuel” pour le règlement de la crise libyenne alors que la victoire d’Alep risque de pousser les fuyards de Daech et les terroristes soutenus par les monarchies du Golfe à se réfugier en Libye. C’est pourquoi l’Algerie avec constance travaille inlassablement en faveur de la solution politique au conflit en Libye, dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord politique conclu par les parties libyennes le 17 décembre 2015, à travers le dialogue inclusif inter-libyen et la réconciliation nationale, seuls à même de préserver l’unité et l’intégrité territoriale de la Libye, sa souveraineté et sa cohésion nationale, et de mettre ainsi fin définitivement à la crise qui affecte durement le peuple libyen comme ne cesse de le souligner les responsables algériens. Ramtane Lamamra a rappelé depuis Oran à l’ouverture du séminaire de haut niveau sur la paix et la sécurité que l’approche de l’Algérie «vise à promouvoir en Libye, à soutenir le processus de médiation conduit par les Nations unies et à travers l’initiative des pays voisins de la Libye que l’Algérie a lancée en 2014. Pour rappel, le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a appelé les Libyens qui ne sont pas encore engagés dans l’Accord politique libyen à s’y joindre, “dans un esprit de réconciliation, d’inclusion et de droits de l’Homme», appelant ceux qui ne sont pas actuellement engagés dans le processus à «se joindre aux efforts visant à trouver une solution consensuelle à la crise en cours».
«Le chemin vers la paix est long et exige beaucoup de travail et d’engagement. Beaucoup a été réalisé au cours de la dernière année», a reconnu le secrétaire général de l’ONU, citant la formation du Conseil de la présidence qui fonctionne depuis Tripoli, l’augmentation de la production de pétrole ainsi que les progrès notables accomplis contre le terrorisme dans l’ensemble du pays.
M. B.

Related posts

ÉLECTIONS LOCALES : Le RND appelle à un vote massif

courrier

CITÉ UNIVERSITAIRE D’OULED FAYET II : Le décès d’une étudiante est dû à un court-circuit électrique

courrier

Transfert : Mahrez signe au Al-Ahli Djeddah pour quatre saisons

courrier

Le procès Sonatrach 1 débute au tribunal d’Alger : bataille procédurale entre avocats et parquet

courrier

PROPAGATION DE LA COVID-19 : Les walis appelés à l’action urgente

courrier

FINANCES PUBLIQUES : Est-ce la fin de la gabegie ?

courrier