benghebrit

Redoublement des élèves : Le plan «Marshall» Benghebrit

L’année scolaire 2017/2018 qui vient d’être fraîchement entamée, sera marquée par une grande opération de lutte contre le redoublement des élèves. C’est en tout cas ce qu’a révélé la ministre de l’Education nationale, Nouria Benghebrit, qui a déclaré qu’un plan marshal sera déployé durant toute l’année pour faire face à ce phénomène à travers, notamment la formation des enseignants. S’exprimant, hier, sur les ondes de la radio nationale chaîne III, Benghebrit a indiqué en effet qu’un véritable plan Marshall, entamé l’année dernière, sera déployé durant l’année scolaire 2017-2018 par le ministère de l’Education nationale pour faire face au phénomène du redoublement, qualifiant le taux national de redoublement d’anormalement élevé, en particulier au niveau du collège. Tout en incombant cette situation à l’échec de la formation, la ministre a considéré qu’il ne peut y avoir une école de qualité qu’avec des enseignants formés et de qualité, assurant que la formation spécialisée et la formation continue constitueront l’épine dorsale du secteur. Il s’agira, a-t-elle détaillé, de faire face aux difficultés rencontrées par l’élève à un moment donné et que dans cette perspective, les enseignants seront assistés par des guides méthodologiques élaborés à leur intention leur permettant de prendre en charge de manière spécifique les difficultés de l’élève. S’agissant de l’absentéisme constaté à la reprise des cours parmi le personnel encadrant, l’hôte de la radio a reconnu que 4 216 enseignants n’ont pas rejoint leurs postes sur plus de 500 000 et ce, pour des raisons multiples, soit un taux de seulement 0.7% du total, a-t-elle souligné, tout en notant que 104 000 nouveaux enseignants ont marqué leur présence.
Annonçant la publication, dans deux jours, du planning scolaire lié aux examens et vacances, Benghabrit est revenue sur la question de la surcharge des classes, indiquant que plusieurs mesures sont prévues pour endiguer ce phénomène qui concerne surtout les grandes villes comme Oran, Alger (Est) ou Boumerdès. Elle a fait savoir à ce titre que 102 établissements ont été réceptionnés, cette année, et que d’autres sont en cours de construction. Toujours en ce qui concerne la surcharge des classes, la ministre la tempéré quelque peu affirmant que celle-ci ne concerne qu’un nombre infirme d’établissements, précisant que seul 5.67% d’établissements y sont confrontés particulièrement dans les communes ayant connu une forte vitalité en matière d’habitat.
Par ailleurs, elle a révélé que sur un total de près de 27 000 établissements recensés à travers le territoire national, 53 n’ont pas ouvert leurs portes, soit 0,1% et ce, pour des raisons multiples également, dont le transfert des élèves vers de nouvelles structures conséquemment aux opérations de relogement. Abordant la question du manuel scolaire, elle a fait savoir que plus 65 millions d’ouvrages ont été imprimés, dont 30 nouveaux titres, saluant la décision de l’Office national des publications scolaires (ONPS) de diversifier les créneaux de distribution (établissements scolaires, librairies et salons spécialisés au niveau national).
Rappelant la gratuité du manuel et de la cantine scolaire pour près de 3 millions d’élèves, elle a indiqué que le trousseau scolaire est offert cette année à plus de 1,3 million d’élèves et rappelé que la prime scolaire de 3 000 DA bénéficie à 2,8 millions d’élèves issus de familles nécessiteuses. Interpellée au sujet de la polémique née de la suppression de «Bismillah» de certains manuels scolaires qu’elle qualifie de faux procès, elle a exprimé que celle-ci est obligatoire s’agissant des manuels inhérents à l’éducation religieuse et que par le passé, elle n’existait pas sur tous les livres scolaires.
Ania Nait Chalal- Nb