Rédha Malek inhumé, hier, au cimetière d’El-Alia : Les adieux et les honneurs de l’Algérie

Grande figure de la vie politique, grand moudjahid et républicain inné, depuis sa tendre jeunesse, Rédha Malek, décédé samedi dernier à l’âge de 86 ans, a été inhumé, hier, au cimetière d’El-Alia d’Alger, en présence d’une foule nombreuse.
Hauts cadres de l’État, du Gouvernement et des Institutions, responsables de partis et citoyens ont tenu à accompagner, à sa dernière demeure, le défunt.
Ancien chef de Gouvernement, chef de file, en compagnie de Krim Belkacem, des négociateurs algériens aux Accords d’Évian, le fondateur de l’ANR (Alliance nationale républicaine) a eu des obsèques officielles dignes de la stature de l’homme, en présence de plusieurs personnalités politiques et de l’État, anciennes et actuelles, et de citoyens très nombreux. Le Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, ainsi que des membres de son Gouvernement ont tenu à être présents pour poser un dernier regard sur la dépouille du défunt. Entre autres, l’on a remarqué la présence de Nouredine Bedoui, Tayeb Louh, Tahar Hadjar et Azeddine Mihoubi, pour n’en citer que ceux-là. Le chef de Cabinet de la présidence de la République, Ahmed Ouyahia, le conseiller et frère du chef de l’État, Saïd Bouteflika, les présidents des deux Chambres parlementaires, Abdelkader Bensalah et Saïd Bouhadja, l’ex-président de l’APN, Larbi Ould-Khelifa, et bien d’autres figures et hauts cadres à la tête des Institutions de l’État ont assisté aux obsèques de l’homme aux valeurs morales et politiques intrinsèques, et qui laisse l’Algérie orpheline de celui qui a consacré sa vie au service de sa Patrie. Côté partis politiques, l’on a constaté la présence du chef du FLN, Djamel Ould-Abbes, du président de l’ANR, Belkacem Sahli, et bien d’autres personnalités du monde entrepreneurial, tels le président du FCE, Ali Haddad, et l’homme d’affaires Issad Rebrab, en plus du SG de l’UGTA, Abdelmadjid Sidi-Saïd. D’autres personnalités de la scène artistique ont marqué également leur présence, comme c’est le cas du grand écrivain et homme de lettres, Ouassini Laredj.
Dans une allocution tenue lors des obsèques du défunt Rédha Malek, Azzeddine Mihoubi, ministre de la Culture, a tenu à rendre hommage à «l’un des hommes les plus voués à l’Algérie qui ont contribué et façonné son l’Histoire». «L’Histoire ne recule pas, mais elle recule, parfois, devant des personnalités de la trempe de Rédha Malek…», dira-t-il, dans un moment plein d’émotion pour exprimer les honneurs et la gratitude de l’État envers le défunt qui a servi son pays dans les pires moments qu’il a traversés. «Il a servi l’Algérie avec dévouement et fidélité et aujourd’hui il nous quitte grand comme qu’il a vécu grand», a-t-il ajouté, reprenant un passage de l’hommage rendu à Rédha Malek par le président de la République. Désormais, le défunt Rédha Malek repose aux côtés de bien de compagnons, qui, tout comme lui, ont voué corps et âme à l’Algérie.
Hamid Mecheri