Drogue

Recensement de 600.000 toxicomanes en 2016

Le recensement de 600.000 toxicomanes en 2016 en Algérie interpelle davantage et appelle à la vigilance et à la lutte contre le fléau de la drogue, a indiqué jeudi lors d’une rencontre à Ain Témouchent le président de l’Instance nationale de promotion de la santé et de développement de la recherche, Mustapha Khiati. Animant une journée de sensibilisation sur la lutte contre la toxicomanie, organisée par la section de wilaya de l’instance au centre universitaire «Belhadj Bouchaib», M. Khiati a indiqué que l’étude menée dernièrement par l’Office national de lutte contre la toxicomaine et la drogue fait état de 600.000 toxicomanes à travers le pays recensés en 2016. «Il faut intensifier les efforts à tous les niveaux pour lutter contre le danger de la toxicomanie», a-t-il insisté, soulignant que la lutte contre la drogue est devenue l’affaire de tous. «La violence en milieux scolaire et familial a une relation directe avec l’addiction», a soutenu le professeur Khiati, ajoutant qu’une stratégie doit être mise au point par tous les acteurs de la société civile, parents d’élèves, afin de faire face à ce fléau. Les services de la Gendarmerie nationale d’Aïn Témouchent ont saisi plus de 12 quintaux de résine de cannabis et 5.415 comprimés psychotropes l’année écoulée, a révélé le représentant du groupement territorial de ce corps de sécurité, le commandant Tarik Hendi lors de cette journée de sensibilisation. «La drogue conventionnelle n’est pas le seul danger pour les jeunes», a-t-il souligné, ajoutant qu’«il faut mettre en place une stratégie de lutte contre la cybercriminalité, d’où la vigilance des parents.»
Cette rencontre a été organisée en collaboration avec l’établissement public de santé de proximité d’Ain Témouchent avec la participation de représentants de la gendarmerie et de la sûreté nationales en présence d’étudiants et de lycéens.

Une pétition lancée en ligne demandant de qualifier la colonisation de «crime contre l’humanité»
Une pétition vient d’être lancée en ligne demandant de qualifier la colonisation de «crime contre l’humanité», estimant le débat installé au lendemain de la déclaration d’Emmanuel Macron d’»indigne» et une «insulte» à l’endroit des anciens colonisés. «La domination d’un peuple par un autre, est une atteinte à la dignité, un crime contre l’humanité» a affirmé la pétition lancée mercredi par Claudy Siar, présentateur à RFI, producteur audiovisuel et animateur de «The Voice Afrique francophone». «Si la colonisation n’est pas un crime contre l’humanité alors le pillage des richesses d’un peuple, même inexploitées, n’est pas un crime. Si la colonisation n’est pas un crime contre l’humanité alors la torture n’est pas un crime. Si la colonisation n’est pas un crime contre l’humanité alors le viol n’est pas un crime», explique le texte de la pétition (https://www.change.org/p/colonisation-crimecontrelhumanité) qui a déjà atteint près e 2400 signatures et dont la finalité est de la transmettre aux Nations unies. Pour l’auteur du texte, les personnes «autorisées» à s’exprimer dans les médias français sur le fait colonial se focalisent sur l’Algérie où «comment les colons français d’Algérie pouvaient-ils légitimement croire que cette terre était la leur sans fraterniser avec les autochtones», s’est-il interrogé, appelant les Etats «nés du crime colonial» de légiférer et d’adopter un texte qualifiant la colonisation de «crime contre l’humanité». La pétition demande également d’instaurer une journée officielle de recueillement à la mémoire de toutes les victimes de la colonisation.

Incendie à l’usine de fabrication de câbles à Mesra à Mostaganem
Un incendie s’est déclaré mercredi soir à une chaîne de fonte de cuivre au fourneau d’une usine privée de fabrication de câbles en cuivre à Mesra (Mostaganem), a-t-on appris jeudi du chargé d’information à la direction de la protection civile. Cet incendie est du à l’écoulement de 15 tonnes de cuivre fondu du fourneau à une température de 1.200 degrés, a indiqué le lieutenant Mohamed Belkerd. Aucune perte humaine n’est à déplorer, a-t-on ajouté signalant seulement quelques câbles du fourneau endommagés. Grâce à l’intervention rapide des agents de la protection civile et de la sécurité interne et des travailleurs de l’usine, le feu a été maîtrisé en un temps court. Plus de 30 sapeurs pompiers ont été mobilisés pour cette opération, ainsi que cinq (5) camions d’extinction et deux ambulances

Rahmouna Rouni honorée par la Société des consuls généraux à New York
Mme Rahmouna Rouni, Consultante et experte en qualité des produits pharmaceutiques, a été récompensée par la Société des consuls généraux à New York (SOFC) pour ses œuvres et ses contributions notables dans le domaine de la recherche scientifique et de la santé. Mme Rouni qui pilote et supervise d’importants projets dans l’industrie pharmaceutique pour le compte de plusieurs compagnies américaines, s’est vu décerner le certificat de reconnaissance de la SOFC, plus grand corps consulaire du monde comprenant 115 consulats généraux. La SOFC a également récompensé à l’occasion de la Journée internationale de la femme une quinzaine de femmes qui se sont distinguées dans leur domaine d’activité, au cours d’une cérémonie qui s’est déroulée en présence des représentants du corps consulaire accrédités à New York ainsi que des officiels et des représentants des autorités locales.
La Consule générale d’Algérie à New York, Mme Sabria Boukadoum, qui a décerné le certificat de reconnaissance de la SOFC à la lauréate algérienne a salué « le dévouement de Mme Rouni et son engagement en faveur du travail communautaire ». Elle a tenu à souligner « l’attachement de la lauréate algérienne à son pays d’origine pour lequel elle a, toujours, fait preuve d’une grande disponibilité à mettre à profit son expérience et à partager son savoir ». La consultante algérienne a mené plusieurs programmes et actions en sa qualité de membre fondateur de la Fondation Algéro-Americaine (AAF) et de membre actif dans d’autres fondations américaines, régionales et internationales. C’est ainsi que Mme Rouni était à la tête d’une délégation médicale composée d’éminents médecins algériens et américains, qui s’est déplacée en Algérie en 2016, pour effectuer des chirurgies aux profit de nourrissants atteints de la maladie de «Spina-Bifida».

Secousse tellurique de magnitude 3,1 à Oran
Une secousse tellurique de magnitude 3,1 degrés sur l’échelle ouverte de Richter a été enregistrée jeudi à 14h51 dans la wilaya d’Oran, indique le Centre de recherche en astronomie astrophysique et géophysique (CRAAG). L’épicentre de la secousse a été localisé à 24 km au nord-ouest d’Oran, précise la même source.

L’homme de Néandertal se soignait déjà à l’«aspirine»
L’homme de Néandertal, notre cousin disparu, se soignait déjà à l’«aspirine» il y a 48.000 ans, en mangeant du peuplier qui libère une substance aux propriétés anti-inflammatoires et antalgiques, selon une étude publiée mercredi. Cette découverte a été réalisée par une équipe internationale de chercheurs qui a étudié le tartre dentaire de quatre fossiles d’hommes de Néandertal. Retrouvés en Belgique (grotte de Spy) et en Espagne (site d’El Sidron), ils ont entre 42.000 et 50.000 ans. La plaque dentaire est un véritable attrape-tout: elle capture les micro-organismes de la bouche, les agents pathogènes de l’appareil respiratoire et digestif mais aussi de petits morceaux de nourriture coincés dans les dents. Lorsqu’elle se minéralise sur les dents, elle se transforme en tartre. «L’analyse génétique de l’ADN +enfermé+ dans la plaque dentaire représente une fenêtre unique sur le mode de vie de l’homme de Néandertal», souligne Laura Weyrich, de l’Université d’Adélaïde (Australie), principal auteur de l’étude publiée dans la revue Nature.
Le tartre donne des informations sur le régime alimentaire de ces hommes préhistoriques, leur état de santé, l’impact de l’environnement sur leur comportement, ajoute-t-elle.

Plus de 2 000 infractions commerciales relevées à Alger en février dernier
Les services de la direction du Commerce de la wilaya d’Alger ont relevé en février dernier plus de 2.000 infractions commerciales, a-t-on appris, jeudi, auprès d’une source de la direction. Les agents de contrôle relevant de la direction ont enregistré, en février dernier, 2.096 infractions commerciales, dont plus de 700 liées au défaut d’affichage des prix, tandis que le nombre d’infractions liées aux produits présentant un risque alimentaire pour le consommateur a atteint 463, précise-t-on encore de même source. Les autres infractions concernent, entres autres, la réglementation des prix, le commerce illégal, la sécurité des produits, la garantie du respect de la libre concurrence, et l’assainissement du commerce extérieur. Le nombre d’interventions effectuées par les agents du contrôle relevant de la direction du Commerce de la wilaya d’Alger pendant le mois écoulé, a atteint 19 019, débouchant sur 135 propositions de fermeture de locaux commerciaux en infraction vis-à-vis des lois et règlements régissant le secteur. Le nombre d’interventions enregistrées concernant le contrôle des pratiques commerciales a atteint 11 900 contre plus de 7 000 concernant la répression de la fraude. Pour ce qui est du bilan financier lié à l’activité de contrôle de la Direction du commerce au cours de la période sus indiquée, la valeur de la marchandise saisie, a été estimée à plus de 3 millions de DA, contre plus de 81 millions de DA pour les marchandises non facturées et près de 400 000 DA pour les infractions liése à la pratique de prix illégaux. Il est à signaler que la wilaya d’Alger compte 78 marchés de détail, 46 marchés de proximité, ainsi que 4 zones d’activité, réparties à El-Djorf (Bab Ezzouar), El-Hamiz, Gué de Constantine et Jolie Vue.