REBRAB

Rebrab fait encore des siennes

Pour beaucoup de cadres de la direction générale de l’entreprise OXXO, filiale du groupe Cevital, appartenant à l’homme d’affaire Issad Rebrab, il n y a qu’un choix à faire : Rejoindre leurs postes dans le nouveau siège de l’entreprise à Bordj Bou-Arreridj ou perdre leurs emplois. En effet, nous apprenons de source interne, que le patron de Cevital a décidé de délocaliser la direction générale d’OXXO vers la wilaya de Bordj Bou Arreridj où est situé le complexe industriel. Une note adressée il y a deux semaines environ, invite les cadres de la DG à rejoindre «sous huitaine» leur nouveau site de travail.Seulement, au-delà des désagréments que va causer cet éloignement aux employés concernés qui travaillent depuis 2013 à Said Hamdine (Alger), aucune mesure d’accompagnement (logement, augmentation de salaires, primes…) n’a été proposée. Pour les cadres concernés, c’est une sorte de «licenciement déguisé», confie l’un d’entre eux.
Rebrab, qui n’en est pas à un écart près concernant le traitement réservé à ses employés, avait déjà mis à la porte une centaine de travailleurs de Numilog, qui lui appartient, pour activités syndicales. Avec cet oligarque l’ère du féodalisme éculé a encore de « beaux jours devant elle.

Graves dérapages médiatiques en Tunisie
Il s’agit des effets collatéraux de l’attentat perpétré à Akouda (nord de Sousse) contre des agents de la Garde nationale, faisant un mort et un blessé grave, d’une part, et de l’arrêté conjoint entre le ministre de l’Industrie et des Petites et moyennes entreprises et du ministre du Commerce autorisant l’utilisation des sacs en plastique pour emballer le ciment, d’autre part. Dans le premier cas, quelques minutes après l’attentat et l’élimination des trois terroristes qui ont commis ce crime, certains médias, sans aucune réserve et sans prendre les précautions d’usage, se sont empressés de publier la photo d’un soi-disant quatrième terroriste qui aurait joué le rôle de logisticien. Une présentatrice du journal à la télévision El Wtaniya 1 a même pavoisé d’avoir réalisé un scoop. Les réseaux sociaux et le reste des médias ont relayé la chaîne pour traiter le pauvre citoyen de tous les noms. Certains sont allés jusqu’à demander sa pendaison sur les lieux. Après les vérifications d’usage effectuées par la police, ce pauvre travailleur journaliser, serveur dans un café à Sahloul (Sousse), se trouvait sur les lieux en train de faire du stop, un rituel qu’il accomplissait chaque jour pour rentrer chez lui à Sidi Bou Ali après avoir terminé son travail de nuit. Il était, comme on dit, par malchance au mauvais moment et au mauvais endroit.

Air Algérie dans le rouge
Après avoir décidé de fermer ses quelque trente agences à l’étranger qui grèvent son budget, Air Algérie, envisagerait sérieusement de mettre ses effectifs au chômage technique, avons-nous appris de bonnes sources. Au sein des différentes filiales de la compagnie aérienne, qui subit de plein fouet la fermeture des frontières depuis le mois d’avril dernier, on ne parle que des «congés sans solde» ces derniers jours qui seraient décidés bientôt. En effet, mis à part les travailleurs de la filiale maintenance qui assurent le minimum syndical, et un peu moins ceux du Catering, Air Algérie est pratiquement en mode «Off». Le «crash» financier du pavillon national est en effet historique au même titre que toutes les compagnies aériennes du monde entier d’ailleurs.

Bernard de La Villardière parle de son reportage en Algérie
Dans son passage à l’émission-radio de Philippe Vandel, sur Europe 1, le présentateur de « Enquête Exclusive » consacrée à l’Algérie, Bernard de La Villardière a donné quelques informations sur les coulisses du tournage en Algérie, tout en maintenant le suspense sur les images du Doc. Ainsi pour tourner le reportage « Algérie, le pays de toutes les révoltes » Arnault Leveure, le rédacteur en chef de la société Patrick Spica productions qui a produit le reportage pour M6 et qui était également invité à l’émission de Europe 1, a expliqué que le tournage a duré deux ans dans les quatre coins de l’Algérie. Le journaliste français a ainsi parlé des difficultés de tourner en Algérie, ce qui a nécessité l’apport d’un fixeur algérien, qui possède les autorisations nécessaires pour tourner à l’intérieur du pays. Bernard de La Villardière a également indiqué qu’aucun journaliste français n’a pu obtenir de visa pour tourner en Algérie. Selon le site Patrick Spica productions, le réalisateur de ce reportage en Algérie est Dahmane Ziane.

Une franco-algérienne à la tête de Renault Portugal
La franco-algérienne Zineb Ghout, ancienne directrice marketing de Renault Algérie, a été nommée directrice générale de Renault au Portugal. Elle occupait jusque-là le poste de directeur marketing pour Renault Portugal et Espagne depuis juin 2017. Cette franco-algérienne a débuté sa carrière chez Renault en 2003 comme chef de produit junior pour les pays internationaux. Quatre ans après, en 2007, le constructeur lui propose une mission à l’international… en Algérie. Arrivée chez Renault Algérie en 2005 où elle avait occupé le poste de coordinatrice marketing avant de prendre en charge le service approvisionnements, et le réseau en 2007, Mme Ghout a ensuite dirigé le département du Service Prix-produit Renault & Dacia de 2009 à 2011. Pendant 8 ans, elle participera au développement de la marque, avec des ventes passant de 25 547 à 111 378 unités annuelles, entre son arrivée et son départ.

Rebondissement dans l’affaire du fuel défectueux vendu au Liban
Les personnes placées en état d’arrestation dans le cadre du dossier du fuel non conforme aux normes livré à Électricité du Liban, qui a défrayé la chronique ces derniers mois, ont été libérées sur la base d’une décision de la Chambre d’accusation du Mont-Liban. Selon l’Agence nationale d’information (Ani, officielle), ces personnes, dont l’Ani ne précise pas l’identité, ont payé des cautions allant entre 5 et 20 millions de livres libanaises et ont été interdites de quitter le territoire libanais, selon cette décision du président de la Chambre d’accusation, le juge Rabih Houssami. Selon la chaîne locale OTV, proche du Courant patriotique libre, neuf personnes ont été libérées en raison de la fin de leur période de détention provisoire prévue par la loi, indiquant que l’un d’eux serait porteur du coronavirus.

Des pays épargnés par le coronavirus
Une dizaine de pays du monde ont en point commun de n’avoir officiellement recensé aucun malade du Covid-19, tandis que ce 18 septembre le coronavirus a déjà contaminé plus de 30 millions de personnes à travers la planète, selon les données de l’université John Hopkins. D’après les données officielles de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), 11 pays sont actuellement épargnés par la pandémie, où personne ou presque n’a été infecté par le Covid-19. Ils n’affichent aucune donnée concernant le virus apparu en décembre 2019 en Chine. Selon les données mises à disposition par l’OMS et l’ECDC, il s’agit pour la plupart d’États insulaires presque tous situés dans les régions les plus reculées de l’océan Pacifique et qui ne se trouvent pas sur les voies de transport aérien et maritime les plus fréquentées. Ceux fermés au monde et pouvant avoir des cas de virus, mais refusant de communiquer ou de comptabiliser les indicateurs de la pandémie sont également concernés, comme la Corée du Nord, selon des observateurs.

Mis aux poings
« L’impératif d’accorder tout l’intérêt à l’organisation des chaînes télévisées privées, la codification des spots publicitaires liés à la communication ainsi que l’organisation des activités de publicité s’inscrivent en droite ligne de la réforme du secteur audiovisuel », Ammar Belhimer, ministre de la Communication, Porte-parole du Gouvernement.

Le chantier à venir est tout simplement gargantuesque.

« Le prochain amendement constitutionnel consacrera la souveraineté populaire et l’unité nationale », Fillali Ghouini, président du Mouvement El Islah.

Ainsi soit-il.