Ansej

Promoteurs ANSEJ et CNAC antérieurs à mars 2011 : Les intérêts en retard effacés

Le gouvernement a pris la décision de supprimer les intérêts financiers découlant des crédits bancaires au profit des promoteurs ANSEJ et CNAC. Cette décision concerne les opérateurs économiques qui ont crée des entreprises avant mars 2011. Outre l’effacement des agios en trait avec la dette bancaire contractée, les promoteurs se verront bénéficier d’un échéancier de remboursement de leurs dus. Pour ce faire, une convention de retraitement des créances ainsi que des agios réservés éligibles à l’efficacement, nés des crédits accordés aux promoteurs Ansej antérieurement au mois de mars 2011, a été signée, hier à Alger, entre les banques publiques, l’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (Ansej) et la Caisse nationale d’assurance chômage (Cnac). Cette convention a été signée par le président de l’Association professionnelle des banques et des établissements financiers (ABEF), Boualem Djebbar et le directeur général par intérim du Fonds de caution mutuelle de garantie risque/crédits jeunes promoteurs et d’autre part, Mme Djaider, directrice par intérim de l’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (Ansej) en présence des ministres des Finances, Abderrahmane Raouia, et celui du Travail, de l’Emploi et la Sécurité sociale, Mourad Zemali. Elle a été également signée par les responsables des cinq banques publiques concernées.
Il s’agit de la Banque de l’Agriculture et du Développement rural (BADR), le Crédit populaire d’Algérie (CPA), la Banque nationale d’Algérie (BNA), Banque de développement local (BDL) et la Banque extérieure d’Algérie (BEA). S’exprimant à l’issue de la cérémonie de signature de la convention, le ministre des Finances a fait savoir que «la convention signée consiste à effacer les agios des entreprises Cnac et Ansej qui étaient sous le régime d’avant 2011», rappelant que depuis cette date le régime a été changé et que les jeunes promoteurs bénéficient d’avantages. «Ceux qui étaient avant le régime de 2011 ont eu des difficultés financières. Cette convention va permettre d’effacer les agios qui sont les intérêts en retard et va permettre aussi un rééchelonnement de la dette bancaire», a indiqué Raouia. De son côté, le ministre du Travail, l’Emploi et la Sécurité sociale, Mourad Zemali, a indiqué que «la signature de cette convention entre dans le cadre de l’accompagnement de post-création» soulignant qu’il s’agit des entreprises qui activaient avant 2011 et n’avaient pas les mêmes avantages que cellesnées après 2011. Ainsi, cette convention va permettre aux micro-entreprises d’avoir une «deuxième chance et redémarrer leur activité avec l’effacement des agios», a ajouté Zemali. Le nombre des entreprises qui vont bénéficier de l’effacement des agios n’est pas encore défini. «Pour le moment, on ne peut pas savoir le chiffre exact des entreprises concernées puisqu’il s’agit d’un acte volontaire», a t-il expliqué. Pour sa part, le président de l’ABEF, Boualem Djebbar a expliqué que cette convention» s’inscrit dans le cadre du traitement de difficultés rencontrées lors du remboursement des crédits octroyés aux micro-entreprises avant mars 2011, et qui n’ont pas bénéficié des mêmes avantages que les jeunes promoteurs ont eus après cette date.
R. N.