campagne de vaccination rougeole-rubéole

Prolongement de la campagne de vaccination rougeole-rubéole : L’Association nationale des parents d’élèves rassurée

Ayant fait l’objet d’une grande polémique, la campagne de vaccination contre la rougeole et la rubéole des enfants de 6 à 14 ans, prévue initialement du 6 au 15 mars, devra se poursuivre dans les établissements de santé de proximité. Cette décision du ministère de la Santé a été approuvée par le président de l’association nationale des parents d’élèves, Khaled Ahmed. Selon lui, « il n y a pas lieu d’avoir peur, les parents ne devraient pas s’inquiéter ». Les vacances marquant la fin du deuxième trimestre seront entamées aujourd’hui et n’ayant pas pu achever à temps la vaccination (R-R) des élèves dans les établissements scolaire, puisque 14% seulement de la population ciblée a été vaccinée, le ministère de la Santé a décidé, donc, que celle-ci soit poursuivie dans les ESP. Pour l’association nationale des parents d’élèves, présidée par Khaled Ahmed, qui a demandé à ce que cette campagne soit même prolongée après les vacances dans les écoles, c’est une « bonne chose », puisqu’il s’agit de la volonté d’éradiquer des maladies dangereuses. Contacté, hier, Khaled Ahmed a estimé que le vaccin doit être fait avec ou sans le consentement des concernés, puisque, argue-t-il, c’est une recommandation de l’OMS et que pas moins de 150 pays l’ont suivie. « Ce n’est pas un choix, on doit le faire », a-t-il dit. Toujours dans le même contexte, il a souligné que l’association des parents d’élèves fait confiance au ministère de la santé et encourage et motive, de ce fait, les élèves à aller se faire vacciner que se soit dans les écoles ou dans les dispensaires. Concernant la grande polémique dont a fait l’objet cette campagne de vaccination, le président de l’association des parents d’élèves a soutenu que ceux qui ont été derrière « n’ont aucun lien avec le domaine de la santé ». « Des rumeurs ont circulé comme quoi le vaccin était périmé, mais aucune preuve n’a été donnée », a-t-il fait remarquer, regrettant que ceci avait crée de la discorde et a semé la peur chez les parents. Khaled Ahmed, a expliqué, notamment, que le formulaire que les parents devaient remplir ne devaient en aucun cas être une source d’inquiétude. « C’est une formalité appliquée dans tous les pays développés pour responsabiliser les parents et rien d’autre », a-t-il noté. Rappelant que l’Algérie avait déjà organisé des campagnes de vaccination contre la rougeole et la rubéole en 2007 puis en 2013, notre interlocuteur a fait savoir que l’association des parents d’élèves organise des campagnes de sensibilisation à travers des communiqués, des interventions dans les médias et même des journées d’études pour souligner la nécessité de ce vaccin qui vise à éradiquer ces maladies dangereuses. A rappeler que le ministre de la Santé Abdelmalek Boudiaf avait démenti l’hospitalisation d’élèves ayant été vaccinés au R-R. Le ministère de la Santé n’a enregistré depuis le lancement de la campagne de vaccination contre la rougeole et la rubéole, aucune admission d’un ou d’une élève à l’hôpital après avoir reçu une dose du vaccin R-R qui permet de les prémunir contre ces maladies à l’avenir, avait-il déclaré. Il avait rassuré les parents d’élèves concernant la qualité et l’innocuité des vaccins inscrits dans le calendrier vaccinal national, précisant que l’Etat ne peut en aucune manière, acheter un médicament pouvant représenter un danger pour la santé publique. Il avait dénoncé également les auteurs de ces rumeurs tout en appelant tous les parents d’élèves à ne pas être influencés par ces rumeurs qui seront abandonnées dans les tous prochains jours et à permettre à leurs enfants de se faire vacciner.

Ania Nait Chalal-Nait Baha