Programme CapDel

Programme CapDel : Atelier de présentation du diagnostic territorial d’El-Khroub

Un atelier regroupant différents acteurs a été organisé, dimanche, dans la commune d’El-Khroub (wilaya de Constantine), en vue de présenter le diagnostic territorial participatif de cette collectivité locale dans le cadre du programme CapDel pour le développement local et la démocratie participative. Avec pour objectif d’exposer ce diagnostic aux différents acteurs qui ont participé à son élaboration, mais aussi «d’aboutir à une vision commune et partagée des potentialités que renferme la commune pilote d’El-Khroub», les travaux de cet atelier ont été présidés par le directeur national du projet, chargé d’études et de synthèse au cabinet du ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales et l’Aménagement du territoire, Mohamed Dahmani, en présence des autorités locales. Ce diagnostic, portant sur les atouts et les contraintes territoriales de la commune, a été présenté par un expert technique du centre national des études et d’analyses pour la population et le développement (Ceneap), réalisé sur la base de données officielle ainsi que sur la perception d’acteurs locaux tels que société civile, élus locaux et associations notamment, «afin de se rapprocher au maximum de la réalité de la commune». Selon le responsable de la communication du programme CapDel, Abdelmalek Touati, un comité de développement local Ad hoc composé d’élus, de représentants de l’administration, de citoyens, d’associations et d’opérateurs économiques a été créé dans ce contexte, en vue de rédiger des recommandations et enrichir, par leurs remarques, cette mouture. En se basant, par ailleurs, sur le diagnostic établi ainsi que sur les recommandations issues de cet atelier local, qui a eu lieu au centre culturel M’Hamed Yazid d’El-Khroub, les acteurs du programme CapDel, mettront en place, une fois la mouture présentée et enrichie, «une méthodologie innovante et participative» en vue d’élaborer le plan communal de développement de la commune, a-t-on indiqué. Un second atelier sera organisé, lundi, et sera consacrée, a-t-on appris, au lancement du processus de participation des citoyens dans la gestion de leur commune, à travers une première étape qui consiste à l’élaboration d’un projet de Charte communale de participation citoyenne qui fixera les valeurs et les principes sur lesquels repose la participation des citoyens et définira l’étendue, les cadres et les modalités de son exercice. Le programme CapDel a pour principal objectif d’améliorer la participation citoyenne dans la planification locale concertée, avec pour finalité la création de véritables ‘’pivots’’ du développement local, en sus de la mise en place une gouvernance locale participative et transparente pour répondre aux besoins des citoyens. Initié au titre d’une coopération triangulaire entre le gouvernement algérien, l’Union européenne (UE) et le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), ce programme ambitieux a été lancé le 16 janvier 2017 à Alger. Doté d’un financement du gouvernement algérien à hauteur de 2 970 000 dollars, de l’UE avec 7 700 000 euros, en sus d’une contribution de 200 000 dollars du PNUD, le programme CapDel cible 10 communes pilotes à savoir, El-Khroub (Constantine), Babar (Khenchela), Djemila (Sétif), Massaad (Djelfa), Ghazaouat (Tlemcen) et Djanet (Illizi), Timimoune (Adrar), Ouled-Ben-Abdelkader (Chlef), Beni Maouche (Béjaïa) et Tigzirt (Tizi-Ouzou).