Prise en charge des voyageurs de la desserte maritime Oran-Alicante suite à un retard

Les voyageurs de la desserte maritime Oran-Alicante (Espagne), dont le départ était prévu vendredi soir, ont été pris en charge. Le navire «Tassili 2» a fait un retard pour des raisons techniques, a-t-on appris samedi auprès de la direction régionale de l’Entreprise de transport maritime des voyageurs (ENTMV) à Oran. Un remboursement de l’ordre de 2.000 DA a été versé à chaque passager en plus de la restauration et des moyens de repos, en attendant leur départ à bord du navire reprogrammé samedi à 18 heures, a indiqué la directrice régionale par intérim de l’ENTMV. Les 1.300 voyageurs avec 300 véhicules ont été pris en charge, alors que 45 passagers qui détenaient des billets ouverts prendront le départ demain ou après demain, a ajouté Zerouali Amaria. Le retard du départ de la desserte Oran-Alicante a suscité la grogne des voyageurs faisant partie de la communauté résidant à l’étranger, qui ont demandé, lors d’une rencontre avec le wali d’Oran, Mouloud Chérifi samedi au niveau du port, une meilleure prise en charge. Le wali, qui avait visité différentes structures du port, a donné des instructions strictes pour que le retour des membres de la communauté algérienne résidant à l’étranger se déroule dans de meilleures conditions, faisant observer, toutefois, que le port enregistre des travaux d’extension, ce qui rend difficile la prise en charge.

L’ONU dénonce les 75 condamnations à mort prononcées par l’Égypte
L’ONU a dénoncé dimanche la confirmation en appel par la justice égyptienne de la condamnation à mort de 75 personnes, dont des dirigeants des Frères musulmans, appelant à revoir un verdict « injuste ». « J’espère que la Cour d’appel égyptienne va revoir son verdict de façon à ce que les principes internationaux de justice soient respectés », a déclaré la Haut-Commissaire des Nations unies pour les droits de l’Homme, Michelle Bachelet, dans un communiqué.
« Le fait que les accusés aient vu leur droits fondamentaux ignorés de manière flagrante fait peser un doute sérieux sur la culpabilité de tous les condamnés », a déclaré Mme Bachelet.
Un tribunal du Caire a confirmé samedi la condamnation à mort de 75 personnes, dont des dirigeants des Frères musulmans, dans l’un des plus grands procès de masse depuis la révolte ayant secoué l’Égypte en 2011.
Au total, 739 personnes étaient jugées samedi, accusées pour la plupart d’avoir tué des policiers ou d’avoir vandalisé des biens publics en août 2013, lors d’émeutes au Caire.

Mission d’inspection des travaux de réalisation de la statue du roi Massinissa à Taguemount-Azouz (Tizi-Ouzou)
Une délégation du Haut-Commissariat à l’Amazighité (HCA) a rendu samedi visite aux artisans chargés de la réalisation de la statue du roi Massinissa, dont l’atelier est situé à Taguemount-Azouz, commune d’Ait Mahmoud, (20 Km au sud-est de Tizi-Ouzou). Conduite par son secrétaire général, Si El Hachemi Assad, la délégation du HCA était notamment accompagnée du maire d’Alger, Abdelhakim Bettache, et de Mohamed El Hadi Hireche, président du Jury du « Concours national pour la réalisation d’une statue MASSINISSA». Dans une brève allocution, Assad a rendu hommage à l’ensemble des acteurs ayant contribué à l’aboutissement de cette idée, soulignant que cette action restera «mémorable dans notre Histoire et celle de cette région (Béni-Douala) qui a beaucoup donné à l’amazighité». L’objectif de cette visite, a-t-on indiqué, par ailleurs, au HCA est de «superviser de l’entame des travaux» et «veiller au respect des orientations du jury du concours concernant les aspects esthétiques et historiques qui devront entourer la réalisation de ce monument». D’une hauteur de trois mètres et d’un coût global de 24 millions de DA, la statue devra être érigée, début de l’année prochaine, à la place Tafourah, dans la commune d’Alger-Centre, qui devra bénéficier de «plusieurs aménagements» à cet effet, a indiqué Abdelhakim Bettache. L’idée d’ériger ce monument en hommage au roi numide «a jailli à l’issue du colloque international organisé à El Khroub, Constantine, en 2014» a souligné Assad, qui a estimé que « sur un plan symbolique, l’idée est d’une grande valeur» et participe de «la vulgarisation de nôtre Histoire».

Nouvelle année de l’Hégire 1440 : Ooredoo présente ses meilleurs vœux au peuple algérien
A l’occasion de la nouvelle année de l’Hégire «Awal Muharram 1440 », Ooredoo, entreprise citoyenne par excellence, présente ses meilleurs vœux de santé, de paix et de prospérité au peuple algérien et à tous les musulmans. Dans son message de félicitations, le directeur général de Ooredoo, Abdullatif Hamad Dafallah a déclaré: « Je tiens en mon nom et au nom de Ooredoo à présenter nos vœux les plus sincères de santé et de bonheur à tous les Algériens et à tous les musulmans pour cette nouvelle année de l’Hégire 1440. En cette heureuse journée, Ooredoo tient à partager les joies des Algériens et réitère son engagement à être toujours plus proche d’eux. » Toujours fidèle à son statut d’acteur majeur engagé au sein de la société algérienne, Ooredoo confirme sa volonté de partager avec le peuple algérien ses heureuses occasions et apporter sa contribution active dans la promotion du secteur de la technologie en Algérie et ce, en mettant des solutions innovantes répondant aux attentes de ses clients et leur permettant de vivre une expérience unique de l’Internet mobile.

Libye : le HCR appelle à agir face aux trafiquants d’êtres humains se faisant passer pour du personnel de l’ONU
Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a appelé samedi les autorités libyennes à agir contre les passeurs et les trafiquants d’êtres humains, notamment ceux qui se font passer pour du personnel onusien. «Des rapports fiables de nos sources et des réfugiés suggèrent que les trafiquants et les passeurs se font passer pour du personnel des Nations unies, y compris du HCR, à différents endroits en Libye», a déploré dans un communiqué l’agence humanitaire onusienne consternée par ces informations. Selon le Haut- Commissariat, «ces criminels» ont été repérés dans des points de débarquement et des centres de trafics où ils utilisent des gilets et d’autres articles affichant des logos similaires à ceux du HCR. Les informations reçues par le HCR proviennent de réfugiés qui ont déclaré avoir été vendus à des trafiquants en Libye et soumis à des abus et à la torture, notamment après avoir été interceptés en mer. L’agence onusienne recueille actuellement plus d’informations et enquête sur ces allégations. En Libye, le HCR et ses partenaires sont présents aux points de débarquement officiels pour fournir une assistance humanitaire et médicale vitale aux réfugiés et aux migrants, notamment de la nourriture, de l’eau et des vêtements.