Stevie Wonder

Pour sauver l’aide internationale des coupes de Trump : Stevie Wonder en tête d’affiche

Le musicien américain sera l’une des stars d’un concert de soutien à la lutte contre la pauvreté dans le monde, prévu le 23 septembre à New York, alors que le président américain veut sabrer l’aide de son pays. Green Day, Pharrell Williams ou encore The Chainsmokers sont également mobilisés.
Alors que le président américain, Donald Trump, prévoit de sabrer l’aide internationale américaine, Stevie Wonder sera la principale tête d’affiche d’un concert new-yorkais de soutien à la lutte contre la pauvreté dans le monde. D’autres stars du monde la musique, comme Pharrell Williams, le groupe de rock Green Day (qui a déjà sorti une chanson anti-Trump), le duo de DJ The Chainsmokers ainsi que The Killers seront, eux aussi, mobilisés le 23 septembre pour le Global Citizen Festival, en plein cœur de New York, à Central Park. Un festival avec une portée politique importante, qui arrive «à un moment crucial» selon Stevie Wonder. «Quand nous nous engageons pour des questions de vie ou de mort, nous montrons un amour divin», a ajouté le chanteur aveugle. Depuis 2012, le rassemblement attire les artistes parmi les plus célèbres, et coïncide avec la tenue de l’Assemblée générale des Nations unies, une grand-messe durant laquelle, une semaine durant, les puissants du monde entier descendent au siège de l’ONU non loin de là.

Une initiative exportée en Allemagne et en Inde
Pour le directeur du festival, Hugh Evans, l’édition de cette année est spéciale après l’élection surprise de Donald Trump et le vote en faveur de la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union Européenne, tandis que la France et les Pays-Bas ont eux rejeté le populisme lors de leurs élections respectives. «C’est maintenant qu’il faut tracer une ligne rouge pour montrer que l’aide internationale, ça compte, que l’investissement dans l’éducation ça compte, et qu’investir dans la nourriture et la faim c’est important», a déclaré Hugh Evans à l’AFP.
Le festival – qui s’est également exporté en Allemagne et en Inde — est gratuit pour les fans. Mais à une seule condition: ceux-ci doivent faire une «bonne action», comme par exemple écrire une lettre à leur gouvernement, pour pouvoir obtenir leur billet d’entrée. Hugh Evans en est convaincu: «De la même manière que nous avons divisé par deux la pauvreté ces 30 dernières années – pendant ma vie — nous pouvons l’éradiquer complètement dans les 30 prochaines années».
Mais l’arrivée de Donald Trump a complètement bousculé la donne, selon Hugh Evans. Le directeur de ce festival, résolument engagé, estime qu’il sera très compliqué que l’ONU arrive à atteindre ses objectifs d’éradication de la malnutrition, de l’accès universel à l’eau potable ou d’offrir aux filles les mêmes chances qu’aux garçons en matière d’éducation d’ici à 2030.
D’autant plus si les États-Unis procèdent aux coupes envisagées par le nouveau président dans l’aide internationale.