Nouri

Pour résorber le déficit en hébergement : Réception de 100 établissements hôteliers en 2017

Pour résorber le déficit béant en matière d’infrastructures hôtelières, le gouvernement a pris des mesures pour booster les investissements dans le secteur du tourisme. Ainsi, plusieurs infrastructures et complexes hôteliers ont vu le jour, mais le déficit en matière d’hébergement se pose toujours avec acuité. L’effort se poursuit toujours et de nouveaux établissements hôteliers verront le jour au courant de l’année 2017. L’annonce a été faite par le ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Abdelwahab Nouri, jeudi passé lors de l’inauguration de la 18eme édition du Salon international du tourisme et des voyages (SITEV).
En tout et pour tout, 100 nouveaux établissements hôteliers devront être réceptionnés en 2017, en vue de combler le déficit en matière d’hébergement. Même avec la réception de ces 100 nouveaux hôtels, d’ici la fin de l’année en cours, le déficit ne sera pas comblé. Accompagné par La ministre du Tourisme et de l’Artisanat tunisienne, Selma Elloumi-Rekik lors de l’inauguration de le 18e édition du Sitev, qui a ouvert ses portes du 19 au 22 du mois en cours, Abdelwahab Nouri parle de 584 projets touristiques en cours de réalisation, sur un total de plus de 1.670 projets accrédités jusqu’à présent, par son secteur. Le ministre de Tourisme parle de programme ambitieux qui permettra de «contribuer au développement économique du pays», sans préciser l’échéance pour la livraison de ces projets. L’Algérie qui recèle un énorme potentiel pour l’industrie touristique demeure une destination inconnue pour le touriste étranger. D’où pour Abdelawahab Nouri la nécessité de «consentir davantage d’efforts afin de promouvoir la destination Algérie, en permettant aux touristes étrangers de découvrir les richesses naturelles et touristiques de notre pays».

Formation de la main-d’œuvre qualifiée pour promouvoir la destination Algérie
Un des points noirs qui entrave le développement du secteur touristique en Algérie est le manque de main- d’œuvre qualifiée qui puisse assurer un service de qualité. La réussite d’une telle politique est tributaire de la formation d’une main-d’œuvre qualifiée dans tous les créneaux de l’activité touristique. Le ministre a insisté sur la prise en charge de l’artisanat qui «recèle d’importants atouts et potentialités qui la qualifient à être un sérieux concurrent pour les grands pays touristiques». Pour rappeler les efforts consentis par l’état en direction des du secteur de l’Artisanat, Abdelwahab Nouri a cité, «le fonds de soutien aux artisans, qui existe toujours, d’autant que le secteur de l’artisanat contribue, avec plus de 270 milliards de dinars/an, dans le PIB national». S’agissant de l’opération de réhabilitation des hôtels publics lancée par son secteur, le ministre du Tourisme a indiqué, dans ce sens, qu’un milliard de dollars est alloué pour la modernisation de plus de 65 hôtels publics au niveau national. Abdelawahab Nouri a évoqué, à cette occasion, un sérieux problème soulevé par un bon nombre de propriétaires d’établissements touristiques, à savoir le manque de facilitation d’octroi de visa aux touristes étrangers qui pénalise leurs activités. à cet effet, le ministre a rappelé «qu’un groupe de travail installé au niveau du Premier ministère et qui compte le ministre d’état, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, les ministres de l’Intérieur et des collectivités locales et du Tourisme, était en passe de chercher les moyens à même de faciliter les procédures d’entée en Algérie, aux touristes étrangers, au niveau des consulats et ambassades algériennes à l’étranger».
Hacène Nait Amara