Auto-west

Plus de 100 000 visiteurs au Salon de l’automobile d’Oran

Plus de 100 000 visiteurs ont été enregistrés à la 18ème édition du Salon de l’automobile et des motocycles de l’Ouest (AutoWest-2018), a-t-on appris des organisateurs de cette manifestation, clôturée samedi au terme d’une semaine d’activités au Centre des conventions d’Oran (CCO). « L’affluence de cette édition illustre l’intérêt croissant revêtu par ce salon de dimension régionale », a indiqué Abdelkader Rezzoug, commissaire de l’évènement, tenu sous le slogan « L’industrie automobile en Algérie : diversification et développement. » « AutoWest-2018″ s’achève sur un bilan « largement positif », a-t-il apprécié, saluant la participation de « la majorité des marques assemblées en Algérie, avec une diversité des modèles exposés ». Pour Abdelkader Rezzoug, le succès de ce salon est le reflet d’une « nouvelle dynamique dans le marché de l’automobile national », et montre aussi que « la disponibilité des véhicules exposés est une réalité pour le client algérien, avec des délais allant de la livraison immédiate à 15 jours tout au plus ». Plus de 40 marques étaient présentes à ce rendez-vous, accueilli sur une surface globale de près de 12 000 mètres carrés, en plus des organismes bancaires et d’assurance, des sociétés spécialisées dans les pièces de rechange, les lubrifiants et consommables. Cette édition a été aussi marquée par la présentation de l’ultime prototype d’un pick-up mono-cabine de la marque algérienne « Oryx » dont la production nationale sera lancée dès 2019. L’autre nouveauté réside aussi dans l’exposition de véhicules anciens par un club de collectionneurs oranais qui a permis aux jeunes générations de découvrir l’histoire de l’automobile en Algérie. Le Salon « Autowest » est organisé chaque année à Oran par la société « Somex International Plus », basée à Alger, qui promet « davantage de marques et de disponibilité » lors de la prochaine édition.

Égypte : découverte d’une tombe de plus de 4 400 ans à Saqqara
Une tombe datant de plus de 4 400 ans a été découverte sur le site de Saqqara, près du Caire, par une mission archéologique égyptienne, ont annoncé samedi les autorités. La tombe du prêtre nommé « Wahtye » date de la Ve dynastie (entre 2 500 et 2 300 avant J.-C.), pendant le règne de Néferirkarê, selon le ministère des Antiquités. La tombe est « exceptionnellement bien conservée, colorée avec des sculptures à l’intérieur. Elle appartient à un prêtre de rang élevé », a indiqué samedi le ministre des Antiquités, Khaled el-Enany devant la presse.
La tombe contient notamment des « scènes montrant le propriétaire de la tombe avec sa mère, sa femme et sa famille, de même qu’un certain nombre de niches avec de grandes statues colorées du défunt et sa famille », précise le ministère dans un communiqué. Les niches sont au nombre de 18 et les statues de 24, selon la même source qui précise en outre que la partie basse de la tombe contient 26 niches plus petites.
En novembre, sur le même site de Saqqara, les autorités égyptiennes avaient révélé la découverte de sept tombes, dont quatre datant de plus de 6 000 ans, par la même mission archéologique égyptienne. Les archéologues avaient notamment mis au jour des scarabées et des chats momifiés.
Le site de Saqqara, au sud du Caire, est une vaste nécropole qui abrite notamment la célèbre pyramide à degrés du pharaon Djéser, la première de l’ère pharaonique. Ce monument, construit vers 2 700 avant J.-C par l’architecte Imhotep, est considéré comme l’un des plus anciens monuments à la surface du globe.

Constantine célèbre en grandes pompes, ses retrouvailles avec le chanteur du malouf Mohamed Cherif Zaârour
Le palais de la culture Mohamed Laid Al Khalifa de Constantine a célébré samedi soir le chanteur du malouf constantinois Mohamed Cherif Zaârour ,lui qui n’est plus retourné dans sa ville natale depuis 15 ans. Cet hommage, rendu par les autorités et les artistes de la wilaya au célèbre chanteur, a donné lieu à un agréable moment de musique malouf conjuguant reconnaissance et nostalgie. L’hommage a débuté par un spectacle musical exécuté par des jeunes chanteurs membres de l’association ‘’ Bayt El Malouf’’ principale initiatrice de cet évènement. Puis ce fut le tour de l’orchestre régional de Constantine sous la baguette du maestro Samir Boukredera d’investir la scène de la salle spectacle du palais de la culture où, tour à tour, se sont succédés les artistes Toufik Touati, Malek Chelouk, Abbès Righi, Riadh Khelfa , Kamel Bouda, Chamseddine Djebassi, Adel Meghouache et Hacène Meghouache pour interpréter de grands classiques de cette musique savante. Mohamed Cherif Zaârour a eu le privilège de clôturer le spectacle et de confirmer toute l’étendue de son talent profitant de son passage sur scène pour remercier, non sans émotion, toutes les personnes ayant concouru à cet hommage. ‘’ Les mots me manquent pour exprimer ce que je ressens aujourd’hui’’ a-t -il indiqué à la presse à la fin du spectacle, affirmant ‘’ que cet hommage est la preuve que l’exil de l’artiste ne signifie pas forcément pour lui de tomber dans l’oubli ‘’. Mohamed Cherif Zaârour a été honoré par les autorités de la wilaya, et des associations musicales ‘’ Bayt el malouf’’ et ‘’Derb El Haouzi’’.

Des dessins inédits du couturier Yves Saint Laurent aux enchères mercredi à Paris
Cent dessins inédits du couturier Yves saint Laurent, jamais montrés ni exposés, destinés à un projet d’édition au début des années 60, seront mis aux enchères mercredi à Paris, a annoncé la maison Cornette de Saint Cyr. Provenant de la collection et de la succession de l’éditeur parisien Jacques Damase. Ces dessins devaient illustrer un livre pour enfants, «Un Diable à Paris», qui n’a finalement pas été édité. «Rencontrant Yves Saint Laurent par l’entremise de Roger Vivier (le chausseur de la haute couture parisienne), Jacques Damase lui commandera ces dessins exceptionnels restés dans sa collection» précise la maison de ventes qui a estimé les planches entre 300 et 1 500 euros. Dans l’esprit des dessins de Cocteau, Yves Saint Laurent a représenté des personnages mi-homme mi-animal, à tête de taureau ou avec des ailes de papillon, et des figures masquées représentant autant de diables et diablotins. L’ensemble est exposé du 14 au 18 décembre, de 11H00 à 18H00, en accès libre.

Émigration clandestine : un réseau de «passeurs» démantelé à Mostaganem
Le Groupement territorial de la Gendarmerie nationale de Mostaganem a annoncé, vendredi, le démantèlement d’un réseau de «passeurs» spécialisé dans l’organisation de migrations illégales en mer à destination de l’autre rive de la Méditerranée. Quatre individus âgés de 27 à 39 ans ont été arrêtés jeudi soir dans le cadre de cette opération de lutte contre l’émigration clandestine, a précisé la cellule de communication du Groupement. La perquisition des domiciles des prévenus, ordonnée par le magistrat compétent, a donné lieu à la saisie d’une embarcation de pêche, d’un moteur et de neuf bidons de 30 litres chacun remplis de carburant, a-t-on indiqué de même source. Plusieurs tentatives d’émigration clandestine ont été mise en échec depuis le début du mois en cours à Mostaganem, a-t-on fait savoir en signalant l’arrestation de 29 personnes durant cette même période.