migrants

Plus de 100 000 migrants arrivés en Europe en traversant la Méditerranée en 2018

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a indiqué mardi que pour la cinquième année consécutive, la barre des 100 000 arrivées de migrants en Europe par la Méditerranée a été franchie le 4 novembre. «Au total, 100 630 personnes étaient arrivées du début janvier à dimanche dernier par la Méditerranée», a déclaré le porte-parole de l’OIM, Joel Millman. Selon lui, la moitié de ces arrivées ont eu lieu en Espagne, avec exactement 49 013 arrivées de migrants et réfugiés sur les côtes ibériques. Les années précédentes, ce seuil avait été dépassé beaucoup plus tôt. En 2017, il avait été atteint en juillet et le nombre était même de 154 825 à cette période, mais inférieur de plus de la moitié à celui de 2016, soit 337 773 arrivées de migrants et réfugiés. «L’année dernière, le nombre des arrivées a été atteint en juillet, tout comme en 2014. En 2015, les arrivées par la Méditerranée, ont franchi la barre des 100 000 en juin alors qu’en 2016, le nombre a été atteint dès février», a précisé Joel Millman.

Facebook reconnaît n’avoir pas suffisamment lutté contre les contenus incitant à la haine en Birmanie
Le réseau social le plus populaire au monde, Facebook, a reconnu que son action a été insuffisante pour lutter contre les contenus incitant à la haine et à la violence en Birmanie, un pays déchiré par les conflits ethniques et sous les projecteurs de la communauté internationale après la tragédie de la minorité musulmane des Rohingyas en août 2017. Un rapport commandé par Facebook sur sa présence en Birmanie montre qu’il n’a pas fait assez pour limiter la diffusion de contenus haineux et empêcher l’incitation à la violence dans le pays, a affirmé Alex Warofka, responsable de la liberté d’expression sur Facebook. «Le rapport conclut qu’avant cette année, nous n’en faisions pas assez pour empêcher que notre plate-forme ne soit utilisée pour semer la division et inciter à la violence en dehors du réseau. Nous sommes d’accord que nous pouvons et devons en faire plus», a-t-il dit. Une enquête indépendante réalisée en août dernier a montré que Facebook n’avait pas tenu compte assez rapidement des nombreuses mises en garde des ONG en Birmanie concernant la diffusion de contenus haineux destinés à alimenter les attaques contre des groupes minoritaires comme les Rohingya.

L’Unesco lance l’Observatoire des journalistes assassinés
L’Unesco vient de lancer l’Observatoire des journalistes assassinés qui répertorie les mesures prises pour punir les crimes commis contre les professionnels des médias, a-t-on appris mardi de cette institution onusienne. Le lancement de cet observatoire a été fait dans le cadre de la Journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre les journalistes, célébrée le 2 novembre, a-t-on précisé.
L’observatoire est une base de données en ligne qui fournit des informations sur l’état d’avancement des enquêtes judiciaires menées sur chaque meurtre de journaliste ou de professionnel des médias recensé par l’Unesco depuis 1993, sur la base des informations fournies par le pays dans lequel le meurtre a été commis. Selon le Rapport de la Directrice générale de l’Unesco, Audrey Azoulay, sur la sécurité des journalistes et le danger d’impunité 2018, un journaliste ou membre des médias est tué tous les quatre jours. «Ces décès fournissent une illustration tragique des risques qu’encourent beaucoup de journalistes dans l’exercice de leurs fonctions et les dernières statistiques de l’Unesco montrent que dans 89 % des cas, les auteurs de ces actes restent impunis», a indiqué cette institution onusienne chargée de la culture, l’éducation, la science et la promotion de la liberté d’expression et la sécurité des journalistes. Pour le moment, l’observatoire compte 1 293 meurtres depuis 1993, dont plus de 80 depuis le début de l’année 2018.

Ooredoo signe un contrat de sponsoring avec le Mouloudia Club d’Oran
Ooredoo a annoncé, hier mercredi 07 novembre 2018, la signature d’un contrat de sponsoring avec le club de la capitale de l’Ouest, le Mouloudia Club Oranais (MCO)
L’accord de sponsoring a été paraphé conjointement par le Directeur général de Ooredoo, Abdullatif Hamad Dafallah et le Président du MCO, Mohamed Belhadj Ahmed lors d’une cérémonie organisée au siège de Ooredoo à Alger en présence de cadres de Ooredoo ainsi que de l’encadrement technique et administratif du MCO. À cette occasion, le Directeur Général de Ooredoo, Abdullatif Hamad Dafallah a déclaré : « En signant ce nouveau contrat avec un prestigieux club comme le Mouloudia Club Oranais, nous franchisons une nouvelle étape dans nos efforts de soutien au sport algérien de manière général et particulièrement le football. Nous sommes fiers de ce partenariat qui nous unit au club phare de l’Ouest algérien, qui a honoré les couleurs nationales par ses consécrations nationales, régionales et internationales. En mon nom et au nom de Ooredoo, je souhaite à nouveau la bienvenue à l’équipe du MC Oran au sein de la famille sportive de Ooredoo et lui souhaite plein succès dans son parcours, Inchallah.» Pour sa part, le Président du Mouloudia Club Oranais M. Mohamed Belhadj Ahmed a déclaré : «Nous sommes heureux de conclure ce partenariat avec Ooredoo, le partenaire par excellence du football algérien que nous remercions pour la confiance placée en notre équipe. Nous sommes convaincus que ce partenariat aura des retombées positives pour les deux parties et garantira un nouveau départ pour notre équipe et nous incitera à réaliser de bons résultats, Inchallah. » Fondé en 1946, le Mouloudia Club Oranais a remporté plusieurs titres aux niveaux régional et national : quatre Championnats d’Algérie, quatre Coupes d’Algérie, deux Coupes Arabes des clubs ainsi que la Super Coupe Arabe. À noter que Ooredoo a été le sponsor officiel du MC Oran de 2010 à 2016 Pour rappel, Ooredoo a récemment signé plusieurs contrats de sponsoring avec de prestigieux clubs algériens à savoir l’ES Sétif, la JS Kabylie et le MC Alger. Ooredoo est également le Sponsor Officiel de l’USM Bel Abbès.

Chiffre du jour : 45 000

Le trafic d’armes tue 45 000 personnes chaque année en Afrique et alimente des conflits régionaux dans l’ouest du continent, selon une étude de Small Arms Survey, évoquant la période 2012-2017. «Dans toute l’Afrique, nous enregistrons 140 000 morts et homicides liés aux conflits armés par an, dont 45 000, soit un tiers des décès violents, sont causés par l’utilisation des armes à feu», a expliqué Matthias Nowak, chercheur à Small Arms Survey, un centre rattaché à l’Institut des hautes études et de développement à Genève, cité par l’AFP. «Les armes et munitions détournées ou volées dans les arsenaux nationaux insuffisamment sécurisés alimentent de nombreux flux illicites d’armes en Afrique de l’Ouest. Les trafiquants s’approvisionnent également grâce à la production artisanale d’armes à feu et à la remise en circulation d’armes légères illégalement détenues», selon ce rapport.