moh-6

Phosphates-Afrique du Sud : Partie perdue pour le Maroc

Alors que la justice sud africaine va se prononcer en faveur de la non spoliation des produits et ressources naturelles du Sahara occidental, suivant ainsi l’arrêt de la Cour de justice de l’UE (CJUE), l’office marocain des phosphates, l’OCP, qui a perdu la partie a décidé d’abandonner sa défense du cargo de phosphates sahraouis immobilisé en Afrique du Sud.
Le peuple sahraoui a ainsi gagné une victoire de 5 millions de dollars avant que le procès sur la propriété du minerai de phosphate n’ait même débuté. Pour rappel le 1er mai 2017, le vraquier NM Cherry Blossom a été arraisonné à Port Elizabeth, en route pour la Nouvelle-Zélande, avec à son bord 55 000 tonnes de phosphate du Sahara occidental occupé. L’ONU a conclu que toute exploitation des ressources au Sahara occidental est illégale si les Sahraouis n’y consentent pas. De même, la Cour de justice de l’UE a, le 21 décembre 2016, jugé que le commerce avec le territoire est illégal sans un tel consentement. Cependant, le Maroc, occupe illégalement une partie du Sahara occidental depuis 1975, exploite et exporte le phosphate du Sahara occidental. En 2016, le Maroc a gagné plus de 200 millions de dollars sur les exportations de minerai du territoire. Le deuxième plus grand pays importateur est la Nouvelle-Zélande, où deux coopératives agricoles importent du territoire occupé. Le 15 juin, la Haute Cour en Afrique du Sud a estimé que l’affaire pouvait aller au procès. Le tribunal a conclu que l’affaire jugerait de la propriété de la cargaison. Cependant, l’OCP marocain, propriété du souverain marocain, qui avait défendu ses droits présumés à la cargaison pendant le processus, a déclaré le 13 juillet 2017 qu’il ne poursuivrait pas ses démarches. Il envisage ainsi la perte de 5 millions de dollars de marchandises. La valeur équivaut à environ 15% de l’ensemble de l’aide humanitaire multilatérale donnée aux réfugiés du Sahara occidental qui ont fui la brutale occupation marocaine. «Le fait que le Maroc a démissionné montre la faiblesse des cartes qu’il détient. Sur la base du droit international, le Maroc n’a pas de légitimité à exploiter le territoire qu’il maintient sous occupation. Il n’a certainement aucun intérêt à risquer que ses arguments politiques soient confrontés à un Tribunal indépendant», a déclaré Davide Contini de Western Sahara Ressource Watch. «C’est une étape remarquable pour le peuple sahraoui et, espérons-le, cela pourrait être la première étape de l’arrêt des exportations répréhensibles. Aucune exportation de phosphate ne devrait avoir lieu depuis le territoire tant que les Sahraouis ne peuvent exprimer leur consentement, tel que requis en droit international. Nous espérons que cela envoie également un signal aux importateurs en Nouvelle-Zélande et ailleurs. Ils doivent trouver des phosphates sur des terres qui ne sont pas volées», a déclaré Contini. Le vraquier géant est maintenant retenu depuis 73 jours. Depuis le 1er mai, un seul navire de phosphate a quitté le Sahara occidental occupé, le Common Sprit, qui est arrivé en Nouvelle-Zélande. Pour la petite histoire Mohamed VI, en villégiature en France a décidé de poursuivre « ses vacances » en Afrique du Sud précisément ou il va tenter d’intercéder auprès des dirigeants sud-africains. Ce qui ne fera qu’irriter davantage la justice sud-africaine très sourcilleuse sur son indépendance. En réalité Mohamed VI parti en vacances faisant fi du soulèvement au Rif, veut faire croire qu’il sert la diplomatie marocaine.
M. Bendib