Partenariat entre Peugeot Algérie et Axa assurance Algérie

Partenariat entre Peugeot Algérie et Axa assurance Algérie

Pour un service de qualité et afin de donner le meilleur à leurs clients Peugeot Algérie et AXA assurance Algérie ont signé un protocole d’accord portant sur plusieurs services et avantages aux détenteurs de véhicules Peugeot. Ce partenariat qui a été conclu en janvier dernier par M. Yves Peyrot des Gachons, Président Directeur Général de Peugeot Algérie et M. Pierre Vasserot Directeur Général d’AXA Assurance Algérie entre ce moisci en vigueur. Il porte sur la souscription des polices d’assurance et la réparation directe au niveau des ateliers de Peugeot Algérie selon la formule dite du « tiers payant » À l’achat de son véhicule chez Peugeot Algérie, le client pourra contracter sur place et sans avoir à se déplacer, une police d’assurance auprès d’AXA Assurance Algérie, lui garantissant entre-autre un service inédit de tiers payant, qui est une formule assurancielle, présentant de multiples avantages. Ainsi, en cas de survenance d’un sinistre, le véhicule sera entièrement pris en charge pour la réparation dans les ateliers de carrosserie du réseau de Peugeot Algérie, présents sur tout le territoire national. L’expertise du véhicule sera réalisée sur place, permettant de supprimer tout déplacement inutile et limitant ainsi la durée d’immobilisation du véhicule. La réparation sera réalisée avec des pièces d’origine, par un personnel qualifié et formé par Peugeot Algérie, selon les normes et standards du constructeur. Tout ceci garantira une sécurité irréprochable pour le client. Dernier avantage du tiers payant et non des moindre, aucun frais ne sera à avancer, puisque c’est AXA qui règlera directement la réparation. Ce partenariat ainsi construit entre Peugeot Algérie et AXA ASSURANCE Algérie démontre une volonté stratégique et commune, de ces deux grandes marques, de s’investir durablement sur le marché algérien et de donner le meilleur aux citoyens Algériens.

Un Britannique risque la prison pour avoir tué deux papillons rares
Un collectionneur britannique a été reconnu coupable par un tribunal de Bristol d’avoir tué deux spécimens du papillon le plus rare du pays, le Grand bleu, espèce protégée et très en vogue à l’époque victorienne. Les juges ont reconnu Philip Cullen, 57 ans, coupable d’ »avoir tué, capturé et possédé des Grands Bleus ». « C’est un cas unique, il n’y a jamais eu de poursuites pour capture et meurtre dans le passé », a relevé le procureur Kevin Withey, jeudi 16 mars. Le délinquant risque une peine de prison. Le verdict sera rendu le 7 avril. Cullen a été repéré en train d’attraper des Maculinea arion (ou azurés du serpolet) dans deux sites protégés du Gloucestershire puis du Somerset (sudouest) le jour suivant. La police a perquisitionné son domicile à Bristol en février 2016 et retrouvé un grand nombre de papillons morts, dont deux Grands bleus. Les enquêteurs avaient retrouvé la trace du collectionneur sur e-Bay, où il négociait les papillons. Il a affirmé les avoir achetés dans des fermes d’élevage en Europe. Répertoriés dès 1795, les Grands Bleus ont disparu du Royaume Uni en 1979 puis ont été réintroduits de Suède en 1983 sur une dizaine de sites protégés. D’après l’ONG Butterfly Conservation, il existe un marché noir du Grand bleu. Retouchés de façon à passer pour remonter à l’époque victorienne, ils se négocient entre 200 et 300 livres (230 et 350 euros) pièce.

Saisie de 500 kg de Kif traité à Ghazaou et à Tlemcen
Les douaniers de Ghazaouet ont opéré, dernièrement, la saisie de 500 kilogrammes de kif traité, a-t-on appris, hier, auprès de la direction régionale des Douanes de Tlemcen. La fouille d’un camion au lieudit « station de Nedroma » à Ghazaouet a permis de découvrir cette quantité de drogue soigneusement dissimulée, selon un communiqué de cette direction dont une copie a été remise à l’APS. Cette saisie s’est soldée également par l’arrestation du propriétaire du camion qui a été présenté aux instances judicaires, selon la même source. La valeur de la marchandise saisie et du moyen de transport est estimée à 31,5 millions de DA et de l’amende à 315 millions de DA.

Tchad : Le principal parti d’opposition refuse la visite de Marine Le Pen
L’U n i o n nationale pour le développement et le renouveau (UNDR), principal parti tchadien de l’opposition, s’est «catégoriquement opposé », samedi, à la prochaine visite à N’Djamena de la candidate d’extrême droite à l’élection présidentielle française, Marine Le Pen. «L’Union nationale pour le développement et le renouveau (UNDR) s’oppose catégoriquement à la visite annoncée de Mme Marine Le Pen, candidate de l’extrême droite raciste et xénophobe à l’élection présidentielle en France», a écrit ce parti dans un communiqué. Marine Le Pen rendra visite aux soldats de la force française Barkhane, au Tchad, en milieu de semaine prochaine, ont annoncé vendredi des sources concordantes. «Le Tchad ne doit pas montrer une quelconque sympathie pour cette candidature sous le prétexte de visiter la force Barkhane et rencontrer les autorités tchadiennes», a ajouté l’UNDR. L’UNDR est présidée par Saleh Kebzabo, qui a contesté la réélection du président tchadien Idriss Deby Itno pour un cinquième mandat il y a un an. M. Déby, au pouvoir depuis 1990, avait été réélu avec près de 60% des voix, loin devant M. Kebzabo, deuxième avec 12,77% des voix. Au total, quelque 4.000 Français sont engagés dans l’opération Barkhane qui mène des opérations contre le terrorisme dans cinq pays du Sahel (Mauritanie, Mali, Niger, Tchad et Burkina Faso), selon l’état-major français.

Le Hamas condamne à mort deux vendeurs de drogue, une 1ère à Gaza
La justice militaire du Hamas a condamné à mort, dimanche, deux Palestiniens pour trafic de drogue, un événement sans précédent dans l’enclave sous blocus israélien depuis que le mouvement islamiste y a pris le pouvoir il y a 10 ans. Jusqu’à présent les condamnations à mort prononcées par des tribunaux du Hamas visaient des Palestiniens accusés de « collaboration » avec Israël ou de meurtres. « Dimanche, la justice militaire à Gaza a prononcé la peine capitale pour commerce de produits stupéfiants à l’encontre de deux civils originaires de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza », selon un communiqué du ministère de l’Intérieur du Hamas. Le texte ajoute qu’un troisième accusé a été condamné à la prison assortie de travaux forcés. Selon le Centre palestinien des droits de l’Homme (PCHR), qui dénonce le fait que des civils aient été jugés par un tribunal militaire, « R. M., 40 ans, a été condamné à être fusillé, tandis que Z. T., 26 ans, a été condamné en son absence à la pendaison ».