Mohamed Aissa

Ouverture du dialogue entre les imams et leur tutelle : Vers le dénouement

Les dernières déclarations du ministre des Affaires religieuses, Mohamed Aïssa, laissent prévoir que la relation entre son département et les représentants des Imams est moins tendue de ce qu’elle était il y a quelques semaines. Affirmant qu’un dialogue sérieux, franc et civilisé est ouvert avec les représentants de ce corps du secteur afin d’examiner les différentes questions socioprofessionnelles, Mohamed Aïssa a affiché sa volonté de mettre fin à la crise.
S’exprimant, mardi, lors d’un point de presse en marge du coup d’envoi des festivités célébrant Yennayer 2969 à Bouira, Mohamed Aïssa a indiqué que le ministère des Affaires religieuses est une institution publique (…) et doit, de ce fait, dialoguer avec le partenaire social pour examiner les doléances des imams. Le ministre a expliqué, à ce propos, que la dernière rencontre qui l’a regroupée avec les représentants du syndicat des imams était un début de ce dialogue, tout en se refusant de divulguer le contenu débattu.
Je ne peux pas vous révéler le contenu de cette rencontre, car nous sommes en train d’aller ensemble et de façon sérieuse, franche et civilisée vers un dialogue avec le partenaire social, a-t-il dit. Le ministre a rappelé, à cette occasion, que le dialogue avec le syndicat des imams était en cours, signalant que son département pourrait recourir à l’arbitrage des institutions de l’Etat ou du secrétariat général de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA) et ce, dans le cas d’existence de problèmes relatifs aux doléances des imams. Il convient de rappeler que les deux formations syndicales, représentant le corps des Imams, avaient brandi des menaces de grève afin de dénoncer la précarité de leurs conditions de travail, de leur situation sociale, et pour revendiquer, notamment, des augmentations de salaire.
A. N. C.