El Hadi Ould

Ould Ali annonce la couleur : «L’Algérie est prête à accueillir la CAN-2019, si…»

Que de bruit court depuis quelques temps au sujet d’un éventuel retrait au Cameroun l’organisation de la prochaine coupe d’Afrique des nations de 2019 par la Confédération africaine de football. Raisons invoquées : le pays du désormais ex-président de la CAF, Issa Hayatou, accuse un retard monstre en matière de préparation de ce rendez-vous continental dont les éliminatoires débutera en juin prochain.
Evidemment, les observateurs sont unanimes à dire que cette pression exercée par le nouveau patron du football africain, le Malgache Ahmed Ahmed, se veut un prélude à une délocalisation de la compétition vers un autre pays.
Ce serait une manière pour le successeur de Hayatou de prendre sa revanche sur ce dernier qui avait retiré au Madagascar, en janvier dernier, l’organisation de la CAN-2017 des moins de 17 ans. Il s’il y a un pays qui suit de très bien le développement de ce dossier, c’est bien l’Algérie. Notre pays qui a vu sa candidature pour l’organisation de la CAN-2017 prendre un sérieux coup, en étant battu par la Gabon, espère tirer profit de ce ‘’règlement de compte’’ envisagé par Ahmed Ahmed.
En tout cas, le ministre de la Jeunesse et des Sports, El-Hadi Ould Ali, s’est empressé, jeudi, d’annoncer la couleur, en envoyant un message fort au nouveau président du sport-roi en Afrique.
«L’Algérie est prête pour accueillir la CAN-2019 si la CAF venait à retirer l’organisation de cet évènement au Cameroun. Je pense qu’on a tous les atouts pour accueillir cette manifestation footballistique planétaire. Outre les stades du 5-Juillet et de Blida qui répondent parfaitement aux normes de la haute compétition, nous allons, dans les mois à venir, réceptionner deux autres stades d’envergure à Oran et à Tizi-Ouzou, deux véritables bijoux qui seront parmi les meilleurs stades en Algérie et en Afrique», se réjouit le ministre de la tutelle.
Pour le représentant du gouvernement aussi, l’Algérie, un pays connu pour sa ferveur pour le football, devra renouer rapidement avec l’organisation des grandes compétitions internationales, et la CAN en est une, sachant que la dernière fois que notre pays a abrité une phase finale de la coupe d’Afrique, la seule d’ailleurs dans l’histoire de l’Algérie, remonte à 1990. «Ce n’est pas logique d’être privé de l’organisation de la CAN depuis 1990. On ne peut pas attendre encore d’autres années, étant donné que les pays hôtes des CAN de 2021 et 2023 sont déjà connues (Côte d’Ivoire et Guinée, ndlr)».
Hakim S.