Ould Abbes

Ould Abbès en campagne à Bouira : « Aucun projet ne sera gelé dans cette wilaya »

Le secrétaire général du Front de libération nationale (FLN) a animé, hier à Bouira, un meeting populaire dans le cadre de la campagne électorale pour les élections législatives du 4 mai prochain. La salle des spectacles de la Maison de la culture du chef-lieu de cette wilaya était trop exiguë pour contenir les quelques trois milles personnes, venues suivre le discours de l’homme fort du FLN, qui a entamé sa dissertation aussitôt arrivé. «Je défie tous les partis politiques de rassembler autant de militants (allusion au nombre des personnes présentes dans la salle, ndlr). Nous n’avons même pas besoin de faire une campagne électorale pour rafler la mise à Bouira, et je suis certain que nous allons fêter notre victoire le 5 mai prochain, dès la proclamation des résultats», s’est targué d’annoncer d’emblée le successeur d’Amar Saâdani. Ould Abbès dira que le choix porté sur les Aurès et le Djurdjura pour entamer sa campagne électorale n’est pas fortuit, car «ces deux régions sont connues pour leur engagement durant la guerre de Libération nationale, mais aussi dans la lutte contre le terrorisme à l’époque de la décennie noire», a rappelé l’ex-ministre de la Solidarité nationale. Abordant le programme électoral concocté à l’effet de convaincre les citoyens d’aller voter, l’hôte de Bouira indiquera que «le FLN n’a pas besoin de faire des promesses électorales dans le vide, comme le font d’autres partis. Mais, il dispose d’un projet», a-t-il tenté de se distinguer des autres formations politiques. Et, à lui de poursuivre que sa formation politique «défend depuis 1954 les acquis du pays. Le FLN a toujours protégé les couches défavorisées en prônant la gratuité de l’éducation, de l’enseignement supérieur et des soins». Concernant la liste des candidats présentée par le parti dans cette wilaya, et en réponse aux contestations qui suivent, assez souvent, l’annonce des noms des postulants retenus dans la course, le SG de l’ex-parti unique a tenté de tempérer les ardeurs. En effet, il a avoué que c’est lui en personne qui a donné des instructions pour choisir des candidats parmi la frange juvénile. Un choix qu’il dit, encore une fois, «assumer pleinement». Sur un autre volet et situation économique oblige, Ould Abbès a réitéré la position de son parti qui va en droite ligne avec la politique du gouvernement. En rappelant le contexte financier difficile traversé par le pays depuis l’été 2014, le premier responsable du parti au pouvoir, n’a pas manqué de défendre le plan d’action adopté par l’Exécutif national à l’effet d’atténuer le choc pétrolier. «Il ne s’agit pas d’austérité, mais d’une gestion prudente et rationnelle du budget de l’État», comme message destiné à rassurer les citoyens quant à la «préservation» du pouvoir d’achat. Il en veut pour preuve le fait qu’«aucun projet inscrit dans votre wilaya ne sera gelé. Nous allons même défendre le projet de la réalisation de 6 000 logements inscrits dans le cadre de l’habitat rural», a-t-il promis. À rappeler qu’au lendemain de la crise pétrolière, le gouvernement a décidé de geler tous les projets au niveau national qui n’ont pas été notifiés par un ODS (Ordre de service). Enfin, et en guise de conclusion, Ould Abbès a appelé les électeurs à voter en masse le 4 mai prochain, surtout que ces législatives, constituent pour lui, «un important tournant dans la gestion des affaires du pays».
Omar Soualah