Oscars 2016 : ça chauffe entre Jean-Jacques Annaud et Jia Zhangke

Le réalisateur de Mountains May Depart compte bien faire campagne pour représenter la Chine aux Oscars à la place du Dernier Loup. Comme chaque année, l’Académie des Oscars sélectionne cinq longs métrages pour concourir dans la catégorie du Meilleur film étranger parmi une soixantaine de propositions venues de tous les horizons. Il y a deux semaines, Xavier Castano, l’un des producteurs du Dernier Loup, apprenait que le film Jean-Jacques Annaud (produit par la Chine) représenterait l’Empire du Milieu dans la course aux Oscars. Une nouvelle qui ne fait visiblement pas l’unanimité.Reparti bredouille de la dernière compétition cannoise où il présentait son nouveau film Mountains May Depart, Jia Zhang-ke (A Touch of Sin, Still Life) a profité de sa présence dans la section Special Presentation du Festival de Toronto pour partager son amertume avec la presse : « J’ai eu vent des rumeurs comme quoi Le Dernier Loup représenterait la Chine. Cela me semblerait injuste. Le choix définitif se fera le 1er octobre » a-t-il confié au South China Morning Post, avant d’ajouter que ses producteurs étaient en plein lobbying pour que Mountains May Depart soit soumis à l’Académie à la place du Dernier Loup. >>>Mountains May Depart : un mélo dopé par son ambitionSelon le Hollywood Reporter, Wand Weimin, l’un des producteurs de Jean-Jacques Annaud, ne s’est pas gêné pour riposter en attaquant l’œuvre de Jia Zhang-ke sur un réseau social chinois : « Ses films sont si sombres et « profonds » qu’ils ne m’intéressent pas. Je n’ai jamais réussi à en voir un jusqu’au bout ». Une déclaration qui aurait déterré la hache de guerre entre les pro-Annaud et les pro-Zhangke sur l’internet chinois.Outre un ennemi dans le cinéma chinois, si Jean-Jacques Annaud obtient le sésame des Oscars, le réalisateur gagnera également le droit d’être le deuxième Français consécutif à y représenter la Chine. L’an dernier, les Chinois avaient retenu Le Promeneur d’Oiseaux, de Philippe Muyl, finalement snobé par l’Académie. Jean-Jaques Annaud : « Il faut savoir réveiller le spectateur »Epopée animalière, western oriental, réflexion écolo et récit initiatique (oui, on aime beaucoup ça ici), blockbuster de 40 millions de dollars tourné en langue mandarine, Le Dernier Loup a fait un véritable carton au box-office chinois lors de sa sortie en février dernier, rapportant quelques 110,5 millions de dollars à la production. Il faut dire que Jean-Jacques Annaud y adapte Le Totem du Loup, best-seller écoulé à plus de 20 millions d’exemplaires en Chine. Le dernier long de Jia Zhang-ke, cinéaste presque systématiquement censuré dans son pays, n’est, quant à lui, resté à l’affiche que quelques jours et dans un nombre limité de salles à Shanghai afin de pouvoir être éligible à l’Oscar du meilleur film étranger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués par *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>