Oran

Oran : La direction de transports veut mettre fin à tout dépassement

L’administration des transports de la wilaya d’Oran est « déterminée » à lutter contre tout dépassement, a affirmé mercredi le directeur des transports de la wilaya.

Lors d’une conférence de presse organisée au siège de la direction des transports de la wilaya, Saïd Sadat a fait allusion au caillassage, mercredi, de deux autobus de l’ETUSO assurant la desserte Oran–Hassi Bounif. « Un retrait définitif de l’agrément sera prononcé contre tout transporteur privé qui commet le moindre acte à l’encontre de l’ETUSO. Il ne pourra plus travailler dans le secteur des transports », a mis en garde le même responsable qui a rappelé les objectifs du projet d’affrètement d’une centaine d’autobus. « Ce projet, étalé dans le temps, contribuerait à la modernisation du transport dans la wilaya d’Oran en prévision des Jeux méditerranéen de 2021 et devant aboutir à l’interopérabilité avec un même billet pour le bus, le train, le tramway et plus tard le métro », a-t-il expliqué. Il s’agit d’un projet à caractère social permettant une meilleure prise en charge des déplacements des populations initié suite à un diagnostic de la situation du transport, a-t-il ajouté. « Les mesures répressives n’ont donné aucun résultat car nous avons uniquement deux inspecteurs sur tout le territoire de la wilaya, et la commission technique qui juge une fois par mois les infractions est dépassée, compte tenu de leur ampleur », a-t-il fait observer. M. Sadat a également fait savoir qu’un groupe de travail a été désigné pour examiner les chevauchements des lignes nouvellement créées et les anciennes, à l’issue d’une réunion ayant regroupé, mardi, les représentants des syndicats qui ont initié un mouvement de contestation, à savoir l’Union nationale des transporteurs privés (UNAT) et le Syndicat national des transporteurs et des taxis (SNTT-UGTA) et ceux de l’opérateur public ETUSO et de l’administration des transports, soulignant que la directive était d’éviter la double ligne sur le même itinéraire.
« Sur quatre lignes désignées, nous avons retiré celle qui assure la desserte d’Aïn El-Turck, car c’est celle qui a exacerbé la tension et était à l’origine des remous, même si elle a besoin d’être renforcée », a-t-il déclaré. Comme mesure d’apaisement, une concession a été faite sur cette ligne avec l’espoir de préparer la saison estivale et de revoir les choses, a-t-il ajouté.
Au sujet de propositions de révision des lignes, il a indiqué que le comité technique a accepté deux lignes (16 et A) seulement sur six proposées par l’ETUSO. La première assure la liaison Hai Ellouz (ex les Amandiers) à la gare ferroviaire et la seconde Hai El-Othmania (ex Maraval) à Oran-ville, ajoutant que le comité est à pied d’œuvre pour « trancher » définitivement pour le reste des lignes.
Une plainte a été déposée au sujet de deux autobus appartenant à l’ETUSO caillassés mercredi à Hassi-Bounif et du blocage de l’activité du transport à haï « Emir Abdelkader » (ex Saint-Remy), une agglomération relevant de la commune de Sidi-Chahmi, a-t-on appris du même responsable.
Une convention portant affrètement de 100 autobus, signée par l’Entreprise de transport urbain (ETO) avec une entreprise privée, a fait l’objet dernièrement à Oran de contestation des transporteurs privés.