Tribunal d'Oran

Oran : 20 ans de réclusion pour le meurtre d’un ressortissant camérounais

Le tribunal criminel de première instance d’Oran a prononcé dimanche trois peines de 20 ans de prison ferme et une autre à deux ans contre quatre prévenus, tous membres de la même famille accusés du meurtre d’un ressortissant africain. Auparavant, dans son réquisitoire, le représentant du ministère public a requis la peine capitale contre un accusé, 5 ans de prison ferme contre un autre prévenu et l’application de la loi contre trois autres accusés. L’affaire remonte au mois de novembre 2016. Selon l’arrêt de renvoi, D.H, 45 ans, s’est rendu à la brigade de la Gendarmerie de Tafraoui pour annoncer avoir assisté à la séquestration et au meurtre d’un subsaharien, A.M.A, âgé de 32 ans, commis quatre mois auparavant par son oncle et ses deux cousins dans leur ferme, sise dans la localité de Tafraoui. Le témoin avait également avoué avoir participé à ce crime, après avoir aidé son cousin à se débarrasser du corps, en le jetant au bord de la route. Le cadavre en état de décomposition avancée a été découvert au bord de la route entre Tafraoui et Oued Tlélat. Interpellés, le père et ses deux fils, âgés respectivement de 66 ans, 29 ans et 36 ans, ont nié les faits, indiquant que c’était un coup monté par D.H en raison d’un litige familial sur un terrain et le vol d’une pompe à eau. Dans leurs plaidoiries, les avocats de la défense ont demandé l’acquittement de leurs clients, mettant en avant l’absence de preuves, affirmant que même l’autopsie pratiquée sur le corps du défunt n’a pas pu prouver le meurtre. Après délibérations, le tribunal criminel a déclaré tous les accusés coupables, condamnant les quatre membres de la famille à 20 ans de réclusion criminelle.

Une femme mortellement blessée à l’arme blanche, sa fille grièvement blessée à Mostaganem
Une femme a trouvé la mort et sa fille a été grièvement blessée dans une agression à l’arme blanche perpétrée à Hai El Houria de la ville de Mostaganem, a-t-on appris dimanche auprès des services de la Sûreté de wilaya. Les premiers éléments de l’enquête, diligentée par la brigade criminelle de la Sûreté de wilaya, ont révélé que l’agression a été commise, samedi à l’arme blanche, par une personne habituée à se rendre chez cette famille. Les mêmes services de la Sûreté ont aussitôt identifié l’auteur et saisi l’arme blanche — un grand couteau – sur le théâtre du crime. L’assassin a été ensuite appréhendé, a-t-on ajouté de même source. Les deux victimes, grièvement blessées à l’abdomen et au niveau de plusieurs parties du corps, ont été évacuées vers le service des UMC de l’hôpital «Ernesto Che Guevara» du chef-lieu de wilaya. La mère, âgée de 40 ans, a succombé à ses blessures, tandis que sa fille (17 ans) se trouve actuellement en soins intensifs.

Saisie d’une quantité de comprimés psychotropes et de kif traité dans trois wilayas
Les forces de police ont saisi une quantité de 1200 comprimés psychotropes à Tipasa et 120 comprimés à Khemis Meliana (Aïn Defla) ainsi que 2Kg de kif traité et des armes blanches prohibées, a indiqué dimanche un communiqué des services de la Sûreté nationale. Agissant sur la base d’informations faisant état d’un individu trafiquant de psychotropes, la brigade mobile de la police judiciaire de Fouka a arrêté, suite a un plan d’action, le mis en cause en possession d’une quantité de 1 200 comprimés psychotropes. Par ailleurs, les éléments de la police judiciaire de la Sûreté de wilaya de Aïn Defla ont arrêté, à Khemiss Meliana, un individu ayant des antécédents trafiquant de psychotropes et de kif traité. Ils ont saisi une quantité de 126 comprimés psychotropes et 3 armes blanches prohibées de grandes tailles. À la wilaya de Jijel, les éléments de la Sûreté nationale ont arrêté un individu à bord d’un autobus au niveau d’un point de contrôle et suite à une fouille, ils ont saisi 2kg de kif traité que ce dernier cachait parfaitement. La DGSN a réitéré «sa détermination à lutter contre les trafiquants de psychotropes et a protéger la société des dangers de ce fléau», a conclu le communiqué.

Philippines : un maire tué en pleine cérémonie à la mairie
Un maire de Tanuan, au sud de la capitale des Philippines Manille, a été tué lundi en pleine cérémonie à la mairie, a annoncé la police. La cérémonie hebdomadaire de lever de rideau se déroulait normalement à la mairie de Tanuan quand le maire, Antonio Halili, a été tué d’une balle dans la poitrine par un tireur embusqué qui se trouvait à bonne distance. Selon le chef de la police locale Renato Mercado, le meurtrier se trouvait à environ 150 mètres de sa victime. Dans les instants qui ont suivi, les témoins terrifiés se sont mis à crier tandis que les gardes du corps du maire ouvraient le feu, selon des images vidéo du meurtre. Le tireur a réussi à s’enfuir et le décès du maire a été prononcé à l’hôpital.

Deux morts et deux blessés dans un accident de la circulation à Constantine
Deux personnes sont décédées et deux autres ont été blessées dans un accident de la circulation survenu dans la nuit de samedi à dimanche sur la route nationale RN79, dans son segment relevant de la wilaya de Constantine, non loin de la cité des fonctionnaires, a-t-on appris dimanche auprès des services de la Protection civile.
Il s’agit d’une collision entre deux véhicules de tourisme qui a provoqué la mort sur place de deux personnes et occasionné des blessures à deux autres, dont un se trouve dans un état grave, a précisé la même source. Les victimes blessées ont été évacuées par les éléments de l’unité secondaire du quartier Sissaoui Slimane vers le service des urgences du centre hospitalo-universitaire Benbadis (CHU), au chef-lieu de wilaya, pour recevoir les soins médicaux nécessaires, tandis que les dépouilles des personnes décédées ont été acheminées vers la morgue du même établissement de santé, a ajouté la même source.
Une enquête a été ouverte par les services de sécurité territorialement compétents afin de déterminer les circonstances exactes de ce drame, a-t-on signalé de même source.

Ooredoo lance sa caravane estivale d’animation
Cet été, Ooredoo va à la rencontre de ses clients sur les plages et lance sa caravane estivale « Beach Foot Club » avec un riche programme de divertissements, de jeux et de loisirs en bord de mer.
Axée autour de la thématique du football, cette caravane dont le lancement coïncide avec la Coupe du monde 2018 sillonnera jusqu’au 15 août 2018 les principales plages du pays à travers 11 wilayas côtières. Il s’agit de la région Centre : Tipasa (Le Port et Chenoua Plage), Alger (El Kettani et Les Sablettes) et Tizi- Ouzou (Azzefoun). De la région Est : Béjaïa (Tighremt, Boulimat et La Brise de Mer), Jijel (Kotama et Port Boudis), Skikda (Larbi Ben M’hidi ) et Annaba (Rizi Ameur et Seraïdi). Et de la région Ouest : Mostaganem (Salamandre), Oran (Aïn Turck et Les Andalouses), Aïn-Témouchent (Madagh 1) et Tlemcen (Marsa Ben Mhidi ex-Port Say). Sur place, les estivants profiteront des activités sportives diverses au Beach Foot Club et vivront de belles soirées animées au Village Night. À chaque escale, Ooredoo met en place des dispositifs de loisirs et d’animations au profit des estivants tels que des parcours techniques, des jeux de tir de précision, un Baby-Foot Humain, offrant aux estivants l’opportunité de vivre leur passion pour le foot dans un cadre familial et convivial et gagner, dans des jeux-concours, pleins de cadeaux aux couleurs de Ooredoo. Aussi, les estivants pourront découvrir les offres Ooredoo notamment, la Sahla box et profiter pleinement de l’Internet Ooredoo à travers les multiples offres proposées au niveau de l’espace vente installé à cette occasion. À travers cette opération de proximité, Ooredoo se rapproche davantage de ses clients et partage avec eux la passion de la Coupe dumonde et les plaisirs des vacances de l’été dans la joie et le fair-play.