OOREDOO

Ooredoo récompense les Majors de Promotion de l’année universitaire 2016-2017

Valorisant le haut potentiel des universitaires algériens, Ooredoo a accompagné les étudiants de la Faculté d’Electronique et Informatique de l’Université des Sciences et des Technologies Houari Boumediene (USTHB), de l’cole Nationale Polytechnique et ceux de l’Université des Frères Mentouri de Constantine, en offrant des récompenses aux majors de promotion de l’année universitaire 2016-2017. Ooredoo a tenu à être présent aux cérémonies de remise des diplômes organisée le lundi 03 juillet 2017 à l’Université des Frères Mentouri à Constantine et le Mardi 04 juillet 2017 à l’USTHB et à l’École Nationale Polytechnique à Alger, pour féliciter et récompenser les Majors de Promotion de l’année universitaire 2016-2017en Licence et en Master de différentes spécialités techniques, scientifiques et littéraires.
À noter que Ooredoo a déjà entrepris cette initiative en 2016 dans le cadre de la convention de partenariat scellée avec l’USTHB visant dans un cadre global à encourager l’émergence de jeunes porteurs de projets innovants en mettant à leur profit, son expérience et son savoir-faire technologique.
Conscient des enjeux de développement basé sur la connaissance et s’appuyant sur une démarche socialement responsable, Ooredoo poursuit son encouragement du fort potentiel algérien.

Google finance un site d’information fabriqué par des «Robots journalistes»
Google participe à la création d’une rédaction de journalistes composée, en partie, figurez-vous bien, de robots, apprend le site du concepteur du logiciel «Androïd» sur son site web «www.frandroid.com». Le but est de faciliter le travail des médias locaux, sans pour autant remplacer les humains, précise la même source. Avec la montée en puissance des robots, d’aucuns sont taraudés par une problématique omniprésente : les automates peuvent-ils s’approprier le travail des hommes ? La question est pertinente et doit être posée pour un bon nombre de métiers, notamment celui de journaliste, s’interroge la même source. La question a récemment été relancée par le biais de Google. La firme de Mountain View finance en effet-à hauteur de 807 000 dollars-le projet de The Press Association, une agence de presse britannique, indique la version française du site. Ledit projet, baptisé RADAR pour « Reporters and Data and Robots », a pour objectif de créer une rédaction où des humains collaboreront avec des intelligences artificielles pour créer des « histoires captivantes au quotidien ».

L’impact du sommeil sur les accidents de la route en étude au CHU d’Oran
Le service de pneumologie de l’EHU 1er Novembre d’Oran vient de lancer, avec le concours des services de médecine de travail, de la Sûreté de wilaya et de la Gendarmerie, une étude pour définir l’impact de l’apnée du sommeil sur les accidents de la route, selon le chef de ce service médical. En Algérie, les accidents de la circulation causent plus de 4.000 décès pas an, dont une partie non négligeable est imputable à l’apnée du sommeil, a souligné, à l’APS, le Pr Salah Lellou. La prise en charge de l’apnée du sommeil étant une spécialité nouvelle en Algérie, peu de données sont disponibles sur sa prévalence et son impact sur les accidents de la circulation, a-t-il expliqué. L’étude vise à réduire le taux de mortalité dû aux accidents de la route, avec des recommandations dont une éventuelle obligation pour les routiers professionnels de subir des contrôles médicaux pour s’assurer qu’ils ne souffrent pas d’apnée du sommeil. Les études menées dans les pays européens ont montré que la conduite à moitié endormi serait aussi dangereuse que la conduite en état d’ébriété, a noté le Pr Lellou, ajoutant que si les patients sont traités pour l’apnée du sommeil, le risque d’accidents imputable à cette pathologie est considérablement réduit. Dans certains pays, les maladies du sommeil sont à l’origine de 30% des accidents de la circulation, précise encore le même spécialiste, ajoutant que l’objectif du travail de recherche lancé vise, entre autre, à déterminer la part de ces maladies en matière d’accidentologie.

Un atelier de formation pour le renforcement des capacités des jeunes
Un atelier de formation au profit des animateurs du programme Net-Med-Youth s’est ouvert, hier à Alger, avec comme objectif le «renforcement de leurs capacités» pour une «meilleure participation et efficacité» dans la politique publique de la jeunesse. Le projet Net-Med Youth (Réseau-Méditerranée-Jeunesse) est un programme lancé en 2014 par l’Organisation des Nations-Unies pour l’Education, la Science et la Culture (Unesco), en partenariat avec le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS), et financé par l’Union Européenne (UE) impliquant également les départements ministériels concernés par la problématique de la jeunesse. D’une durée de deux jours, l’atelier de formation réunit une vingtaine de jeunes animateurs d’organisations de la société civile algérienne activant au profit de la jeunesse, dont Sidra, Femmes en Communication, Futur pour le Développement (Batna), Insaf (Sétif), SID (Sensibilisation-Intégration-Développement) de Béjaia, etc, a précisé le Coordinateur du projet, Nacim Filali. Visant à promouvoir l’approche Genre, l’atelier, dispensé par une spécialiste de la question, Nadia Bella, tend également à favoriser «les synergies entre les participants et leur connexion en réseau, de sorte à ce qu’ils plaident ensemble en faveur de la jeunesse auprès du ministère de tutelle et du futur Conseil supérieur de la Jeunesse», a-t-il ajouté. À travers cet atelier, il sera également question de «mieux outiller» les bénéficiaires dudit programme pour être «réellement actifs et participants aux différentes actions inscrites dans le cadre de la politique publique nationale de la jeunesse», a-t-il poursuivi. Il a précisé que le projet Net-Med-Youth se décline en 4 domaines de travail: outre le renforcement des capacités techniques des acteurs activant pour la jeunesse, il est question de «l’approfondissement et de la consolidation» du cadre de politique publique de la jeunesse, du «développement de compétences techniques» dans le domaine de la communication, et enfin de la production des connaissances sur la question de la transition des jeunes, entre la formation et l’emploi.

Miss Diamond Algeria sera connue aujourd’hui
Pour la toute première fois en Algérie, le concours Miss Diamond Algeria sera organisé lors d’une soirée spéciale, aujourd’hui, le 8 juillet, à la salle Ibn Khaldoun, à Alger, avec des défilés à l’image des grandes élections de miss. Auparavant, un casting en interne a été préparé pour désigner la représentante pour les concours internationaux. Vu l’excellent classement des Miss Diamond Algeria aux concours internationaux, et du nombre de candidates, Diamond Models Agency a décidé cette année de faire le pas en programmant une véritable élection. L’élection de Miss Diamond Algeria, a pour but d’élire la représentante Algérienne aux élections internationales tel que : Miss Diamond Of The World (Monténégro), Miss Globe International (Turquie), Miss Tourism International (Malaisie), Miss Progress International (Italie) Miss Globale Beauty Queen (Corée du sud) … et bien pleins d’autres élections. Après une présélection sur casting, douze candidates participent à l’élection de Miss Globe Algeria. À la fin de la soirée, la Miss Diamond Algeria sera désignée ainsi que ses deux dauphines. L’élection Miss Diamond Algeria, c’est aussi la présentation d’une collection de mode, et donc un rendez-vous de rencontre entre les jeunes créateurs algériens, la presse, les acheteurs et les clients. C’est à ce moment là que se dessinent les tendances de la saison suivante, et que les grands magasins choisissent ce qui va se vendre dans leurs enseignes.

Tissemsilt : lancement de nouvelles fouilles archéologiques au fort de Taza
Des fouilles, les seizième du genre, ont été lancées au niveau du site archéologique historique du fort de Taza, situé dans la commune de Bordj Emir Abdelkader, dans la wilaya de Tissemsilt, a annoncé le responsable de cette mission. Le professeur en archéologie à l’Université d’Alger 2, Azzedine Bouyahiaoui, chef de cette mission scientifique, a souligné que cette opération est parrainée par le ministère de la Culture, en coordination avec l’association d’archéologie «Taza», les services communaux et de la wilaya de Tissemsilt. La mission est composée de 15 étudiants et des universitaires d’Alger. Ils devront mener sur site de nouvelles fouilles pour mieux connaitre son importance et effectuer des études pour renforcer certaines des parties endommagées. Les objets découverts seront transférés au laboratoire de l’institut d’archéologie de l’université Alger 2 pour faire l’objet de recherches et études approfondies par des étudiants chercheurs de l’institut. M. Bouyahiaoui a précisé que les résultats de l’inventaire général des objets découverts au site archéologique seront prochainement présentés à Tissemsilt. Ces résultats, a-t-il ajouté, seront inclus dans le rapport-bilan des fouilles entrepris au niveau de ce site qui sera adressé au ministère de la Culture. Entamées depuis 2001, les fouilles du site du fort de Taza ont permis la découverte de plusieurs objets archéologiques de valeur, dont des pièces remontant à l’époque des Almohades, notamment des pièces de monnaie, deux lampes en poterie et une autre en céramique datant des 12e et 13e siècles ainsi que des objets en céramique et verre remontant à l’ère romaine.