Mise en page 1

Ooredoo reçoit le 1er prix pour le programme «Hommage à Warda» de l’ENTV

Le programme «Hommage à Warda» de la Télévision algérienne, sponsorisé par Ooredoo et réalisé à l’occasion du 5e anniversaire de la disparition de la regrettée Warda El-Djazaïria, a remporté le premier Prix de la variété au 18e Festival de l’Union des Radios & Télévisions des États arabes (ASBU) qui s’est tenu récemment en Tunisie.
L’émission devait être diffusée sur A3 et Canal Algérie, dans la soirée d’hier et sur la chaîne terrestre, aujourd’hui, le 17 mai, correspondant à l’anniversaire de la disparition de la diva de la chanson arabe, et sera l’occasion de réunir de nombreux artistes qui reprendront son riche répertoire musical et de revenir sur son parcours artistique exceptionnel. L’émission «Hommage à Warda », réalisée par Rostom Benaceur et présentée par Mohcen Bouzertit, a connu un franc succès en se classant à la première place dans la catégorie Emissions de variétés lors de ce Festival. Le sponsoring de ce programme par Ooredoo vient en continuité de son partenariat avec la regrettée Warda El-Djazaïria qui avait débuté en 2011 dans le sillage duquel plusieurs projets et campagnes de communication ont été concrétisés. En 2011, Ooredoo a réalisé, en collaboration avec la chanteuse, la campagne télévisuelle «L’Impossible machiH’na” suivie en 2012 par la campagne «MazalWakfin» célébrant le Cinquantenaire de l’Indépendance de l’Algérie. Cette dernière a connu un énorme succès aussi bien en Algérie qu’à l’étranger en décrochant, en décembre de la même année, le Prix de la meilleure campagne marketing de la région Mena aux 7es CommsMEA Awards à Dubaï (Émirats arabes unis). Après sa disparition, Ooredoo a lancé en 2012 un vidéo-clip hommage à la diva algérienne, avec les artistes Khaled et Baaziz. Aussi, Ooredoo a été le partenaire du dernier vidéo-clip de la chanteuse «Eyyam», réalisé à titre posthume et projeté en avant-première mondiale à Alger en mai 2013. À travers ce nouveau partenariat, Ooredoo réitère sa fierté de poursuivre ses actions dédiées à la mémoire de Warda qui continue de susciter l’admiration de millions de fans à travers le monde.

Ericsson lance la solution “Dynamic Orchestration” au TM Forum live, à Nice
Du 15 au 18 mai, Ericsson est présent à Nice et y présente ses dernières innovations. La Compagnie lance sa solution Dynamic Orchestration, favorisant, ainsi l’introduction rapide et l’automatisation en boucle fermée des services sur les réseaux aussi bien physiques que virtuels.
Ce lancement représente une avancée stratégique dans l’ambition de l’entreprise de mener la transformation IT de ses clients. Flexible et modulaire, la solution “Dynamic Orchestration” permet la gestion des technologies existantes, tout en facilitant l’intégration et le contrôle de capacités de virtualisation. Combinant une automatisation Zero-Touch (sans intervention), une fourniture rapide et une garantie de service axée sur des principes directeurs, la solution “Dynamic Orchestration” d’Ericsson aide les opérateurs à accélérer la mise sur le marché de services novateurs et différenciés et à en améliorer la qualité. Cette solution avant-gardiste a été développée grâce à un travail de collaboration entre Ericsson et Verizon. Elle est présentée à l’occasion du congrès “TM Forum Live !” qui se tient à Nice du 15 au 18 mai.

La pollution, causée par les constructeurs auto, fait 38 000 morts en 2015
Les émissions d’oxyde d’azote produites par les véhicules au diesel au-delà des limites affichées par les constructeurs automobiles ont causé la mort prématurée de quelque 38 000 dans le monde en 2015, selon une étude parue, lundi, dans la revue Nature. Environ 80% de ces décès ont eu lieu dans trois régions: l’Union européenne (UE), la Chine et l’Inde, écrivent les chercheurs. Les oxydes d’azote (NOx), en particulier le dioxyde d’azote (NO2), sont des gaz d’échappement nocifs pour le système respiratoire. Le dioxyde d’azote (NO2) contribue en outre à la formation d’ozone, un autre polluant, lors de journées chaudes et ensoleillées. Depuis 2015, des constructeurs automobiles ont utilisé des dispositifs destinés à minimiser le niveau réel des émissions, qui sont bien plus élevés lors de tests sur route qu’en laboratoire. La pollution provoquée par les émissions de NOx des véhicules diesel en circulation a été à l’origine de 107 600 décès prématurés dans le monde en 2015, indique l’étude réalisée par l’ONG ICCT (Conseil international pour des transports propres) en collaboration avec l’Université du Colorado, l’Institut de l’Environnement de Stockholm et l’Institut international pour l’analyse des systèmes appliqués, basé aux Etats-Unis. Sur ce total, 38 000 sont imputables aux «émissions générées en excès» par rapport à celles prévues par les tests effectués en laboratoire, précisent les chercheurs. Les émissions de NOx ont été les plus meurtrières en Chine, avec 31 400 morts prématurées, dont 10 700 attribuées aux émissions en excès. L’Union européenne a enregistré 28 500 morts, dont 11 500 dues aux émissions en excès, et l’Inde 26 700, dont 9 400 attribuées au dépassement par rapport aux valeurs limites affichées par les constructeurs.

Un journaliste pigiste de l’AFP tué par balle
Le journaliste mexicain Javier Valdez, pigiste de l’AFP dans l’État de Sinaloa et correspondant du quotidien La Jornada et de l’hebdomadaire Riodoce, a été tué lundi par balle, dans la ville de Culiacan (nord-ouest), a annoncé une source judiciaire. «Ça s’est passé devant les bureaux de Riodoce (…) Il a été attaqué à l’arme à feu», a précisé cette même source citée par l’AFP, ajoutant que «les experts légistes viennent d’arriver sur place». Il s’agit du cinquième journaliste tué au Mexique cette année. Javier Valdez, 50 ans, travaillait depuis plus de dix ans pour l’AFP dans l’État de Sinaloa, fief du cartel de Joaquin «El Chapo» Guzman, actuellement incarcéré aux États-Unis. Il avait publié plusieurs ouvrages d’investigations sur le narcotrafic, dont un ultime livre l’an dernier intitulé «Narcoperiodismo, la prensa en medio del crimen y la denuncia» («Narcojournalisme, la presse entre le crime et la dénonciation»). Avec ce nouveau meurtre, le bilan des journalistes assassinés depuis le début d’année au Mexique monte à cinq, après une année, 2016, marquée par le chiffre record de 11 reporters exécutés. Le mois de mars a été particulièrement sombre avec trois journalistes abattus et un autre blessé grièvement. Face au manque de sécurité, le quotidien Diario Norte, basé à Ciudad Juarez, a cessé de paraître. Le Mexique figure au 3e rang des pays les plus dangereux pour les journalistes après la Syrie et l’Afghanistan, selon Reporters sans frontières (RSF)