Grippe

Neuf personnes tuées par la grippe saisonnière : L’alerte rouge levée !

Dans un communiqué rendu public, hier, le ministère de la Santé dresse le bilan des personnes décédées suite à la grippe saisonnière qui s’élèvent à neuf âmes depuis le début de la saison hivernale.

Fallait-il attendre tout ce temps pour communiquer à ce sujet ? En effet, la cacophonie s’est emparée de l’espace médiatique national ces derniers jours autour de la grippe saisonnière. Néanmoins, sans en connaître l’origine exacte, l’on attribue parfois, et à chaque signalement d’une personne décédée, à l’autre grippe sévère, qu’est le virus H1N1. Or, la règle voudrait que le ministère de la Santé fasse preuve de plus de célérité et de minutie dans la communication, à l’effet de dissiper les malentendus au sujet d’une maladie, certes saisonnière, mais qui aurait pu être plus dangereuse que le virus grippal. Et si c’était une épidémie grave par exemple ? Dans ce cas de figure, toute erreur ou retard dans la gestion de la crise sont payés en conséquence au prix de vies humaines. Dans son communiqué, le ministère explique que les neuf personnes décédées «étaient soit des femmes enceintes soit majoritairement des personnes souffrant d’une maladie chronique et aucune n’avait été vaccinée contre la grippe saisonnière», a-t-on indiqué. Au total, quelque 23 personnes ayant contracté le virus saisonnier ont été recensées à travers le territoire national parmi lesquelles figurent les 9 cas décédés. S’il est vrai que le virus de la grippe n’est pas nouveau dans le pays, auquel les personnes vulnérables y sont souvent les plus exposées, il n’en demeure pas moins que la vigilance doit être de mise. Car, toute négligence de la menace aussi minime soit-elle pourrait s’avérer au final fatale pour les personnes âgées, les femmes enceintes et les patients ayant des maladies chroniques. D’ailleurs, le ministère de la Santé rappelle encore une fois l’importance pour ces catégories de personnes sensibles de se faire vacciner. «Le moyen le plus efficace de se protéger de la grippe saisonnière et de ses complications est la vaccination qui est fortement recommandée pour les femmes enceintes, les personnes âgées de plus de 65 ans et les personnes souffrant d’une maladie chronique quel que soit leur âge», a indiqué le département dirigé par Mokhtar Hasbellaoui. Mieux, «cette vaccination est d’autant plus importante que le pic saisonnier de la grippe n’est pas encore atteint», a averti le ministère de la Santé. S’agissant du vaccin en lui-même, le ministère assure de la disponibilité au niveau des structures de la santé de proximité et des pharmacies, pour un produit, de surcroît, remboursable par la sécurité sociale. Enfin, sur le plan préventif, la même source rappelle l’importance de se prémunir contre ce virus. Il s’agit d’un certain nombre de recommandations anodines qui passent par le lavage fréquent des mains au savon ainsi que l’utilisation du papier-mouchoir etc…
Farid G.

GRIPPE H1N1
Premier cas de décès à Médéa
Un premier cas de décès de grippe saisonnière (H1N1) a été enregistré au niveau de la wilaya de Médéa, a appris l’APS hier auprès du directeur de la santé qui assure que le constat de décès par cette pathologie a été confirmé par l’institut Pasteur. Selon Mohamed Cheggouri, ce décès par la grippe saisonnière (H1N1) (type A) est le premier signalé dans la wilaya de Médéa, depuis le début de l’épidémie de grippe, précisant que les conclusions finales du laboratoire de référence relevant de l’institut national Pasteur confirment le décès par le virus H1N1 d’un patient, qui souffrait d’une pneumopathie. Les raisons exactes du décès de ce patient, âgé de 48, survenu il y a quelques jours, n’ont pu être établies qu’après analyses du laboratoire de référence de l’institut Pasteur, qui a confirmé ainsi ce premier cas de décès par grippe saisonnière, a-t-il ajouté. La direction locale de la santé est dans l’attente de confirmation d’un autre cas de décès, une femme en l’occurrence, morte, lundi, suite à des complications d’une pneumopathie, a indiqué Cheggouri, affirmant que les prélèvements effectués sur la patiente ont été transmis pour confirmation à l’institut Pasteur.