Algérie Télécom

Modernisation du secteur des télécommunications : AT lance un nouveau programme FTTx

Le lancement d’un nouveau programme FTTx (Fiber to the x) d’Algérie Télécom (AT) a été annoncé, hier, par Adel Khamen, directeur général adjoint au Pôle technique lors d’une djournée de formation au profit des journalistes, organisée à son siège d’Alger, sis à Saint-Maison. Ce projet initié par AT, dans le cadre de la modernisation du secteur des télécommunications en Algérie, consiste à amener la fibre optique au plus près de l’utilisateur.

En effet, le même responsable a expliqué que ce programme touchera 1 million de nouveaux abonnés, en sus d’extension et de rénovation du réseau TDM (Time divising multiplexing) au profit d’autres clients, notamment au niveau des zones où la câblerie est très vétuste.
Précisant à ce titre que «des études vont être réalisées pour la délimitation de la zone et détermination de la topologie, détermination des passages de canalisation et fibre, implantation des équipements composant le nouveau réseau». «Le FTTx peut desservir jusqu’à 16 000 logements, et a une zone de couverture de 6 km», a-t-il précisé. Ajoutant que cette nouvelle technologie offre des services de très haut débit plus rapides que les solutions classiques de type ADSL, tels que la téléphonie, l’accès internet et la télévision haute définition. Le FTTx se divise en quatre grands axes suivant la topologie adoptée: FTTH : Fiber to the home, fibre jusqu’au domicile; FTTB : Fiber to the building, la fibre arrive jusqu’au bâtiment, ce qui permettra d’installer la fibre optique plus près de l’abonné en réutilisant la paire de cuivre pour les derniers mètres; et FTTN (Fiber to the node): la fibre optique est reliée jusqu’au central télécom du fournisseur d’accès; FTTC : Fiber to the curb, la fibre arrive jusqu’au sous-répartiteur de l’abonné; la suite est sous forme d’une paire de cuivre utilisant la technologie VDSL2.
S’agissant du coût de cette technique, aucune information n’a été donnée. Youssef Hamouche, Chargé de communication à AT, dira, à ce sujet, que «les clients auront des surprises, surtout que le débit qu’ils peuvent recevoir est de 100 mégaoctets». Également, Mme Benzine, chef de division marketing et communication chez Algérie Télécom, dira que la tarification sera annoncée lors du lancement officiel de ce projet dans quelques mois. Ainsi, AT veille à ce que cette nouvelle technologie arrive dans tous les foyers algériens, notamment les logements nouvellement acquis, ainsi que les zones industrielles.
Par ailleurs, elle a indiqué que «cette demi-journée a été organisée afin d’initier les journalistes aux nouvelles technologies. Ainsi, ils seront à même de sensibiliser les citoyens». En marge de cette formation, il a été également fait référence au projet de liaison par fibre optique entre Alger et Abuja, la capitale du Nigeria, lancé dans le cadre du Nepad, et dont «la partie algérienne, vers Aïn-Guezzem, a été achevée. Le Mali, le Tchad et, récemment, la Mauritanie se chargeront du tronçon qui mène aux frontières nigérianes». Dans un autre contexte, il y a lieu de savoir que dans le cadre du programme «Moustakbali» pour nos entreprises, pas moins de 1,3 milliard de DA (1 270 023 373,11) ont été dépensés par Algérie Télécom (AT), de 2001 à 2016. Il convient de souligner également que 677 entreprises micro-entreprises ont été recrutées pat AT, durant les six dernières années. 4 181 ODS (offres de services) ont été également attribuées aux micro-entreprises dans divers domaines d’activité en relation avec les TICs. Enfin, près de 2 492 personnes ont été formées par AT. Notons que l’Algérie est le septième pays arabe à introduire cette technologie et l’un des pays pionniers en la matière. Sur le plan africain, l’Algérie occupe le sixième rang parmi les pays utilisant cette technologie.
Djedjiga Hamitouche