Mobilis soumissionne pour une licence mobile au Mali : Houda Feraoun affiche son optimisme

Alors que l’opérateur de téléphonie mobile Mobilis, vient de soumissionner pour obtenir une licence 4ème génération au Mali, la ministre de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique, Houda-Imane Feraoun a exprimé, hier, son optimisme en affirmant que celui-ci est en mesure de relever le défi à l’international. Malgré la rude concurrence auquel est confronté l’opérateur, la ministre a affirmé que celui-ci a «fait la meilleure offre possible». «Après avoir obtenu l’autorisation du Conseil des participations de l’État, nous avons ficelé le dossier dans le but de remporter le marché de cette licence 4ème génération au Mali», a déclaré Houda Feraoun, lors de son passage dans l’émission l’Invité de la Rédaction précisant que « Mobilis a prévu de se déployer plus massivement au Mali pour des raisons de proximité». « On a de l’ambition, on a les capacités techniques, managériales et de maîtrise pour travailler dans ce sens. Nous avons aussi les moyens financiers propres pour investir dans des pays», a-t- elle ajouté. Affirmant que ce choix d’aller vers l’international permettra à l’Algérie de créer de la richesse, la ministre a, en outre, précisé que les pays qui activent dans le marché malien, en l’occurrence la France et le Maroc ne sont pas dans leurs pays et ne font pas peur à l’Algérie. «Quand on va à l’étranger c’est pour générer des bénéfices, améliorer l’expérience et faire rentrer de la devise, c’est pour rendre l’entreprise plus forte et cette force va se répercuter sur le national », a encore soutenu la ministre en réponse aux pessimistes qui véhiculent des idées remettant en cause la capacité de l’opérateur à couvrir un pays voisin.
« Il faut croire que Mobilis aujourd’hui a une expérience très importante. Déployer de la fibre on sait le faire, déployer des BTS on sait le faire, il faut voir notre dimension à l’international », a-t-elle rajouté. En ce qui concerne la présence de Mobilis en Espagne, la première responsable du secteur des TIC affirme que «le projet est en phase finale. Le câble déployé a atterri sur les côtes espagnoles. Les derniers aménagements devraient intervenir au début du mois d’octobre prochain pour une connexion au réseau urbain de Valence».

Une meilleure connexion avant la fin de l’année
En ce qui concerne les premiers tests pour la mise en service des deux câbles sous-marins en fibre optique pour l’optimisation de la connexion internet en Algérie, la ministre a fait savoir que ces derniers commenceront durant le dernier trimestre 2018. « Nous allons commencer les tests pour la mise en service des deux câbles sous-marins en fibre optique pour l’optimisation de la connexion internet au dernier trimestre 2018, alors que la mise en service d’un des deux câbles interviendra en décembre 2018 ou janvier 2019», a déclaré l’hôte de la Radio algérienne, précisant qu’en parallèle, le réseau inter-wilaya devrait être achevé d’ici la fin de l’année en cours. Elle a précisé qu’Algérie Telecom a investi dans deux câbles sous-marins pour l’amélioration de la connexion internet, le premier reliera Oran à Valence (Espagne) alors que le deuxième reliera la station de Annaba à l’infrastructure internationale Medex (États-Unis), « ce qui permettra aux Algériens de disposer d’un meilleur débit internet mieux sécurisé ». S’exprimant au sujet de l’obligation faite aux commerçants de se doter de Terminaux de payement électronique (TPE), Houda Feraoun a indiqué qu’elle demandera la prorogation du délai jusqu’à fin 2019 de manière à permettre aux commerçants d’acquérir les TPE fabriqués en Algérie par l’ENIE de Sidi Bel-Abbès, au lieu de les importer de l’étranger.
Lamia Boufassa