Air

Mauvaise appréciation de l’aviation chinoise et santé financière de la compagnie : Zaâlane à la rescousse d’Air Algérie

La polémique sur le récent constat établi par l’aviation civile chinoise, qui a donné une mauvaise appréciation des prestations de la Compagnie aérienne nationale, a fait réagir, hier, le ministre des Travaux publics et des Transports. Contrairement à ce qu’aurait conclu l’autorité aérienne de la Chine, le ministre Zaâlane a tenu des déclarations allant dans le sens de rassurer et l’opinion nationale de façon générale et les voyageurs clients d’Air Algérie en particulier. «Notre compagnie ne connaît aucun problème en matière de critères de sécurité. Air Algérie offre des services de grande qualité à ces voyageurs et elle continue de le faire à travers les différents pays d’Europe sans aucune contrainte», a répondu Abdelghani Zaâlane aux questions de la presse nationale, en marge d’une visite l’ayant conduit hier dans la wilaya de Bouira. En effet, jeudi dernier, le site Flight Global a révélé que Air Algérie, aux côtés d’autres Compagnies aériennes, a été privée de «nouveaux vols réguliers, des vols affrétés et de demandes de nouvelles destinations». La même source évoque un motif en lien avec la carence en matière de performances et des prestations offertes aux passagers par la Compagnie nationale. Des raisons sommes toutes qui ont motivé la décision chinoise de ne pas délivrer l’autorisation à Air Algérie d’augmenter sa cadence de vol vers ce pays. Sur un autre volet, le ministre revient sur la situation financière de cette entreprise publique et rassure au sujet de ses capacités à surpasser ses propres difficultés. «La situation financière d’Air Algérie n’est pas difficile», a-t-il déclaré en indiquant que le staff de la compagnie est en mesure de résoudre les carences posées. Mieux, ses dirigeants, sont «en train d’élaborer un plan pour améliorer davantage la situation de l’entreprise» a-t-il rassuré. «Le staff d’Air Algérie, ses travailleurs et ses partenaires peuvent surmonter facilement la situation actuelle qui n’est pas difficile, et qui ne peut pas freiner le cours de ses services», a-t-il répondu face aux appréhensions mises en avant ces derniers mois au sujet de l’avenir de la vieille Compagnie aérienne nationale. En avouant implicitement les difficultés qu’elle traverse, Zaâlane tente de minimiser l’impact sur l’activité de l’entreprise et appelle à «laisser la Compagnie nationale Air Algérie travailler et régler ses contraintes par ses propres responsables, sans créer de la polémique autour de ce sujet, dont certaines parties veulent en profiter pour faire du bruit». S’agissant justement de la qualité du service et des prestations fournies pendant les vols d’Air Algérie, «notre compagnie continue de transporter ses voyageurs en été et en période de vacances de façon normale, donc on doit la laisser travailler», a-t-il rassuré davantage.
R. N.