Lycée

Lycée Mohamed-Seddik-Benyahia (Bouira) en grève depuis plusieurs jours : Le torchon brûle entre le directeur et les enseignants

Les enseignants du lycée Mohamed- Seddik-Benyahia sis au centre-ville de Bouira sont en grève depuis plusieurs jours, en raison d’un différend qui a surgi entre eux et leur directeur d’établissement. Les enseignants grévistes exigent, à travers leur action ‘’musclée’’, le départ du directeur du lycée en raison de son comportement qu’ils qualifient ‘’d’arrogant’’. Les élèves de cet établissement se trouvent donc victimes de ce conflit, car pénalisés en premier, notamment ceux des classes de terminal. Les parents d’élèves, qui se disent ne pas été associés à ce conflit, même si la plupart d’entre eux ‘’ rejoignent la décision des enseignants voulant voir le directeur du lycée démis de ses fonctions’’.
Ces derniers se demandent comment la direction de l’éducation tarde à trancher dans cette affaire et trouver une solution. De son côté, le Cnapeste, qui intervenait rapidement pour le règlement des problèmes des enseignants ne s’est toujours pas manifesté, alors que les enseignants en colère entament leur deuxième semaine de grève. Pour le directeur de l’établissement en question ‘’ce sont nos élèves qui sont pénalisés depuis une semaine, et c’est un comportement déplorable que de les prendre ainsi en otage».
Des sources proches de la direction de l’éducation de la wilaya de Bouira indiquent qu’une commission d’enquête de la DE a été dépêchée dans le lycée Seddik-Benyahia aussitôt alertée. Les responsables concernés de la même direction ‘’ attendent le compte-rendu de ladite commission afin d’agir en conséquence’’, précisent nos sources. Les enseignants en colère diront aussi qu’il n’est pas exclu que les enseignants des autres établissements du secondaire de la ville de Bouira se solidarisent avec eux dès la semaine prochaine, si aucune suite favorable ne sera donnée à leur doléance d’ici là. Voila donc une situation sur laquelle le premier responsable de la direction de l’éducation de la wilaya de Bouira doit se pencher sans délais afin de trouver les solutions qui s’imposent et …remettre la pendules à l’heure. En attendant, ce sont des centaines d’élèves qui continuent d’être pris en otage dans ce conflit qui n’a que trop duré.
Omar Soualah