louiza-hanoune

Lois sur le travail et la santé : Hanoune envisage de bloquer les textes à la prochaine législature

La secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT), Louisa Hanoune, a affirmé, hier à Alger, au courant d’une rencontre avec la presse nationale, que ses députés se sont distingués durant leurs mandats précédents par leur persévérance quant à la défense des acquis socioprofessionnels des travailleurs. Une position qu’elle estime «loin de toute magouille et accointance avec les milieux de l’agent sale». Une occasion pour la cheftaine du Parti des travailleurs de réaffirmer l’engagement du PT à défendre la cause des travailleurs et, à surtout, «arrêter la décadence» socioprofessionnelle dans laquelle ils se trouvent devant le «rouleau compresseur des capitalistes». À cet effet, elle a affirmé que si sa formation politique gagnerait assez de sièges au sein du Parlement national et aurait une majorité confortable, elle oeuvrerait à annuler l’adoption des nouvelles lois sur le travail et la santé. Des lois, selon Hanoune, qui portent préjudice à la gratuité des soins et visent à «détruire» les acquis des travailleurs, lorsqu’encore elles «instaurent l’esclavagisme » et «un capitalisme prédateur ». Et à Hanoune de dénoncer des parties qui visent à maintenir «le statu quo et la prédation politique». «Pourquoi faire sortir au peuple ces lois moyenâgeuses maintenant? Il devient clair pour le PT. Ceux qui ont fait en sorte d’évoquer cette loi de travail en cette période électorale veulent pousser le peuple au boycott et à l’abstention», at- elle affirmé, avant d’ajouter qu’«un futur parlement avec la même composante détruirait tous les acquis nationaux pour les travailleurs». En outre, Hanoune a fait savoir que parmi les nouveaux défis pour ses «prochains députés», c’est la révision du système fiscal actuel. Un système qu’elle juge «injuste». Autre chose, ces élus vont aussi s’attaquer aux privilèges et facilitations octroyés à «certains» investisseurs, qui, de son avis, n’ont donné aucune valeur ajoutée à l’économie et n’ont créé aucune richesse. Quant à la crise financière traversée par le pays, Hanoune estime qu’elle n’est pas fatale. Elle pense que d’autres sources de financements en dehors des recettes du pétrole «existent». Dans ce sillage, elle appelle à un retour aux plans d’investissements gouvernementaux à même de «renforcer» le droit des travailleurs et créer de nouveaux postes d’emplois pour les jeunes, en plus de revigorer le pouvoir d’achat du citoyen. La première responsable du PT dit aussi oeuvrer pour préserver l’université algérienne des «tentations de déstabilisation», qui visent, d’après elle, à les faire substituer par des universités privées. Sur les résultats des législatives du 4 mai prochain, Hanoune affirme que «personne ne pourra se prononcer sur l’issue de ces élections. Toute la vérité sera révélée après ce rendez-vous électoral», en lâchant : «le génie des peuples peut s’avérer parfois extraordinaire ». Au lendemain de l’annonce du début de la campagne électorale pour le 9 avril par le ministère de l’Intérieur, Hanoune a dit mener une campagne pour éclairer une situation politique ambigüe et aussi « lancer des réformes profondes et réelles sur les niveaux politiques et économiques ». Une campagne qui s’adresse à la « conscience et au commun des Algériens sans régionalisme et sans distinction ». L’un des axes sur lesquels compte s’attaquer le PT au sein du futur parlement est les lois sur le mandat électoral et l’immunité parlementaire. Selon Hanoune, « dans notre pays existent des lois qui sont audessus de la constitution ellemême et cela est dangereux, car l’immunité parlementaire doit être utilisée par le député pour exercer pleinement son droit à contrôler l’exercice de gouvernement et non pas pour des intérêts personnels et pour être épargné de toutes poursuites judiciaires et de bénéficier d’impunité. L’État doit redéfinir clairement le mandat parlementaire ». Hanoune a noté que le Parlement n’a pas suffisamment de mécanismes de contrôle pour vérifier les déclarations de patrimoine des députés. Évoquant les législative du 4 mai prochain, Hanoune a estimé cette période d’élections d’ « une période charnière » et d’ « un tournant » pouvant mener soit au meilleur, soit au pire. « Nous aspirons de nouvaux horizons, vers le meilleur et pour changer le cours des choses et de créer une nouvelle balance de force en imposant la souveraineté du peuple » a-telle déclaré. Dans les préparatifs du PT pour les législatives prochaines, Hanoune a révélé que le parti a déposé des recours auprès des tribunaux administratifs après le refus de 6 listes électorales sur les 42 présentées par le parti. Par contre, Hanoune a appelé les ministres au gouvernement qui sont inscrit sur des listes électorales à présenter leurs démissions ou prendre un congé pour éviter l’utilisation des moyens d’État dans leurs campagnes, ce qui est immoral et pourrait être une cause dans l’abstention de la part des citoyens.

Hamid Mecheri