L’été en musique : Djamel Laroussi et Karim Albert Kook assurent le show

Le public algérois avait rendez-vous dimanche soir avec deux grands noms algériens du blues, du jazz et de la world music lors d’une soirée artistique animée, entre autres, par Djamel Laroussi et Karim Albert Kook.

Se produisant pour le compte du 4ème Festival international « l’été en musique » qui se tient à l’Office Ryad el Feth à Alger, depuis le 16 août, Djamel Laroussi a ouvert cette soirée, qui a vu défiler sur scène six formations différentes de divers horizons musicaux. Très apprécié par le public, Djamel Laroussi a entamé son tour de scène avec du gnawi, avant de troquer son goumbri pour une guitare, et interpréter ses succès comme « étoile filante » en assurant, comme à son habitude, le show avec sa virtuosité à la guitare, mais aussi avec une session percussion, qui a ravi le public très nombreux à la salle Ibn Zaydoun. Avec son show très dynamique et ses musiciens de haut niveau, l’artiste a offert à son public un moment de magie vite écourté pour cause de densité du programme. Avec son blues et rock très puissant, le bluesman algérien Karim Albert Kook a fait découvrir au public, avec un simple trio batterie, guitare et basse, la puissance et la perfection technique des spectacles à l’américaine. Sa voix rauque idéale pour cette musique et sa dextérité à la guitare ont permis à Karim Albert Kook, qui a déjà fait le tour des scènes européennes en plus d’une tournée aux Etats-Unis, qui lui a permis de côtoyer les plus grands bluesman à l’instar de BB King. Après une dizaine d’années d’absence des scènes algériennes, le bluesman a interprété de grands classiques de blues américain comme « Got my mojo working » ou « Dust my broom », avant de revenir à son dernier album « Barbès city limit blues » avant de quitter la scène au grand dam de ses fans, qui ont regretté son absence de la scène algérienne et une apparition si courte. Dans un registre complètement différent, le rappeur sénégalais Didier Awadi, initialement programmé pour le 28 août, avait lui aussi réussi à séduire le public avec son rap accompagné d’une véritable orchestration musicale alliant le hip-hop, le reggae et de rythmes et sonorité africaines. Cette soirée a également été marquée par le passage sur scène de la jeune troupe « Targuit » fondée en 2012 autour d’un métissage entre le jazz, la musique contemporaine et la musique traditionnelle algérienne, ainsi que par celui de la chanteuse « Iness » et de la troupe « Tarbaât » qui a revisité des classiques de la chanson kabyle et du chaâbi. Cependant, les spectateurs comme les artistes à l’affiche ont regretté de voir une programmation aussi « chargée, modifiée à la dernière minute, ne permettant pas plus de 40 minutes de scène à chaque artiste », alors que ces têtes d’affiches devraient « animer des concerts entiers et à l’esplanade », pour en faire profiter un maximum de mélomanes, de l’avis de plusieurs spectateurs.
Inauguré le 16 août, le Festival culturel international « l’été en musique » se poursuivra jusqu’au 30 du mois en cours, avec encore une vingtaine d’artistes à l’affiche dont Souad Asla, les groupes « El Dey » et « Frreklane », le rappeur français « La fouine » et la diva du raï Chebba Zahouania.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués par *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>