coronap3

L’ÉTAT, SEUL, NE PEUT TOUT FAIRE : L’engagement de tous vaincra le Covid-19

La dangérosité du coronavirus, la vitesse de sa propagation et ses statistiques macabres à travers le monde, ont fini par dresser tous les pays de la planète. Jusqu’alors inconnu, le virus fait maintenant des milliers de victimes de par le monde, et autant de personnes infectées provoquant des psychoses dans les populations. Les barrières se dressent là où une véritable guerre sanitaire est déclarée contre cet ennemi invisible. En Algérie, après avoir pris à la légère les risques de cette pandémie, il semble que le déclic a eu lieu. Les Algériens ont pris conscience que l’État, seul, ne peut pas tout faire, et qu’il fallait l’éveil de toute la société pour ériger un véritable rempart contre l’avancée de ce virus. Jusqu’à ce jour, 12 personnes ont été foudroyées par la maladie et 90 cas ont été confirmés. Peu ou beaucoup, et nul ne sait combien faut-il encore de morts pour que le virus soit vaincu. Entre temps la propagation s’accélère malgré les mesures draconiennes prises par les hautes autorités du pays et les responsables sanitaires. Mais cela semblait insuffisant par le manque d’engagement et le respect du dispositif de prévention en vigueur par les citoyens. Partout, on évoque ce virus mystérieux, et le fléau continue son expansion et tue rapidement. Les Chinois ont pu déterminer la nature du mal après analyse des échantillons, la maladie qui se propage a pour origine le coronavirus, le plus mortel des autres virus répertoriés. Ce fut un coup de massue pour le gouvernement Djerad qui s’apprêtait à mettre en œuvre son Plan d’action pour la relance de l’économie du pays. Aujourd’hui, le pays est pratiquement isolé, ses frontières aériennes, maritimes est terrestres sont fermées jusqu’à nouvel ordre, sur le plan interne, l’heure est au confinement et l’interdiction des regroupements et les déplacements inutiles sont préscrits. Un dispositif important a été déployé pour freiner la propagation du virus qui, à l’heure actuelle, a touché 17 wilayas sur un ensemble de 48 que compte le pays. Avec ce dispositif sanitaire renforcé, les Algériens ont enfin pris conscience de la menace qui pèse sur leurs vies et surtout devant le décompte macabre de la maladie à travers le monde.
Aussi, les prédictions alarmistes des internautes sur les réseaux sociaux ont engendré entre autre une sorte de psychose qui s’est emparée de la population où une frénésie des achats des produits alimentaires a été constatée ces derniers jours. En cette fin de semaine, le président de la République a pris de nouvelles mesures pour stopper la diffusion du virus, et a salué la prise de conscience des Algériens concernant cette maladie, tout en les exhortant de ne pas céder à la panique, car la situation est sous contrôle.
Aujourd’hui, force est de constater que les Algériens ont réappris les mesures d’hygiène élémentaires qui tendaient à disparaître. Le Hirak, du vendredi, n’a pas eu lieu et la raison a fini par l’emporter, les opérateurs économiques ont mis la main à la poche et prêtent main à l’État. La société civile se mobilise et organise des opérations d’assainissements et de désinfection des lieux publics. Le coronavirus a créé une sorte de front national commun. L’action citoyenne, la solidarité nationale doivent nous amener, chacun à son niveau et à sa manière, à contribuer moralement et financièrement à la lutte contre cette maladie. La première conséquence positive de solidarité nationale face à ce malheur, c’est le respect des mesures de préventions en évitant tout regroupement.
Mâalem Abdelyakine