El-Qods

L’esplanade des Mosquées à El-Qods rouverte par les autorités d’occupation israéliennes

L’accès à l’esplanade des Mosquées à El-Qods, interdit depuis vendredi aux fidèles par les autorités d’occupation israéliennes, a été autorisé, hier, ont rapporté des médias. L’occupant israélien avait fermé vendredi l’esplanade, sur laquelle se trouvent notamment la mosquée Al-Aqsa et le Dôme du Rocher, interdisant aux fidèles d’y prier. Cette décision est une première depuis 1969. Le gouvernement d’union nationale palestinien s’est déclaré samedi «profondément préoccupé» par la fermeture par l’occupant israélien de l’esplanade des Mosquées dans la ville d’El-Qods occupée. Le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a mis en garde vendredi contre une flambée de violence entre Israéliens et Palestiniens, après une attaque israélienne survenue dans le complexe de la mosquée Al-Aqsa à El-Qods-Est occupée. En outre, l’Organisation de la coopération islamique (OCI) a vigoureusement condamné samedi la fermeture par l’occupant israélien de l’esplanade des mosquées à El-Qods occupée, y voyant un «crime» contre les lieux saints.

Décès de la première femme «Nobel» de mathématiques
La première femme «Nobel» en mathématiques, l’iranienne Maryam Mirzakhani, est décédée à 40 ans d’un cancer aux Etats-Unis, ont annoncé samedi un proche et des médias iraniens. Première femme lauréate de la médaille Fields, la plus prestigieuse récompense dans cette discipline, Maryam Mirzakhani est décédée «d’un cancer dans un hôpital américain», selon des médias iraniens. «Une lumière s’est éteinte aujourd’hui. Cela me brise le coeur… partie bien trop tôt», a écrit Firouz Michael Naderi, scientifique américano-iranien et ancien de la Nasa, sur Twitter et Instagram au petit matin samedi. «Un génie? Oui, mais aussi une fille, une mère et une épouse», a-t-il poursuivi dans un autre message accompagné d’une photo en noir et blanc de Maryam Mirzakhani, regard clair fixé vers l’objectif. Née en 1977, Maryam Mirzakhani était devenue en 2014 la première femme lauréate de la plus prestigieuse récompense en mathématiques, la médaille Fields, considérée comme le «prix Nobel» de la discipline. Professeur à l’université américaine de Stanford, cette spécialiste de la géométrie des formes inhabituelles avait découvert de nouvelles façons de calculer les volumes d’objets avec des surfaces hyperboliques, comme par exemple une selle de cheval. «Dotée d’une parfaite connaissance d’un éventail très divers de techniques mathématiques et de cultures mathématiques disparates, elle maîtrise une rare combinaison de capacités techniques, d’ambition audacieuse et une profonde curiosité», écrivait le Congrès international des mathématiciens (ICM) en annonçant sa récompense. «C’est un grand honneur et je serai heureuse si cela encourage de jeunes femmes scientifiques et mathématiciennes», avait alors déclaré Maryam Mirzakhani. «Je suis convaincue que de nombreuses autres femmes recevront ce type de récompense dans les prochaines années.» La médaille Fields est attribuée depuis 1936 à des mathématiciens de moins de 40 ans.
Enfant, Maryam Mirzakhani rêvait d’être écrivain mais la fièvre des chiffres et des équations la prend au collège, pour ne plus la quitter.

Huit morts suite à une dispute générale dans un stade à Dakar
Huit personnes sont mortes samedi soir à Dakar, dans un mouvement de foule survenu à la suite d’échauffourées entre supporters dans un stade où se déroulait la finale de la Coupe de la Ligue sénégalaise de football, a indiqué le ministre des Sports, Matar Ba.
Une jeune fille figure parmi les victimes, a précisé M. Ba. Au moins 60 personnes ont été blessées dans la bousculade et ont été évacuées vers des hôpitaux de la capitale sénégalaise, a ajouté le ministre, qui a promis de «prendre des mesures fortes pour qu’un tel événement ne se reproduiseplus jamais au Sénégal». De nombreux camions de pompiers, ainsi que des ambulances, restaient déployés autour du stade tard dans la nuit de samedi pour prendre en charge des victimes. Le stade Demba-Diop était plein à craquer de spectateurs venus soutenir les deux équipes locales, US Ouakam et le Stade de Mbour, pour cette finale. Selon l’agence de presse sénégalaise (APS), des coups et des jets de projectiles sont survenus «à la fin de la période de prolongations» de la rencontre, le score affichant 2 buts à 1 en faveur du Stade de Mbour. La police a utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser les supporters, qui avaient entièrement rempli le stade, souligne l’agence. La foule a alors été prise de panique, et des personnes ont été écrasées dans le mouvement, conduisant au drame.

Le CRA lance une opération de don de sang au profit des malades
Pour venir en aide aux personnes malades, le CRA (Croissant-Rouge algérien) lancera, demain, une opération de collecte de don de sang. Ce geste de solidarité sera organisé en collaboration avec l’Agence du Sang et l’entreprise de gestion portuaire, Djazair Port World, à partir de 10 heures, au niveau du port international d’Alger, apprend-t-on d’un communiqué rendu public hier.

Un mort dans l’incendie de 17 bateaux à Java
Dix-sept bateaux en bois ont pris feu samedi dans le district de Pati situé dans la province indonésienne de Java central (ouest), faisant un mort et deux blessés, a annoncé l’Agence nationale de gestion des catastrophes (BNBP). L’intervention des pompiers a été perturbée en raison d’un accès difficile aux lieux, a précisé Sutopo Purwo Nugroho, porte-parole du BNBP. L’incident est survenu dans le port de Juwana sur le fleuve Kenongo, a-t-il ajouté en précisant que les secouristes tentaient de séparer les embarcations en flammes des autres.

350 enfants démunis bénéficient de séjours sur les côtes algéroises
Quelque 350 enfants scolarisés issus de familles nécessiteuses de la wilaya d’Illizi bénéficient cet été de séjours sur le littoral algérois, a appris l’APS, hier, de la direction locale de l’action sociale et de la solidarité (DAS). Le premier contingent, composé de 150 enfants issus des communes de Djanet et Bordj El-Haouès, a pris le départ dimanche depuis l’aéroport ‘‘Tiska’’ de Djanet à destination d’Alger où il devra profiter durant une douzaine de jours sur les plages de la capitale, a indiqué le DAS, Mohamed Ali Ouidène. Retenue au titre du programme spécial arrêté par le ministère de la solidarité nationale, de la famille et de la condition de la femme portant prise en charge des élèves scolarisés issus de familles nécessiteuses, l’opération bénéficie à ces estivants, âgés entre 8 et 14 ans, qui ont été dotés également de trousseaux d’estivants. Elle sera suivie d’autres opérations ciblant les enfants issus des communes d’Illizi, Debdeb, Bordj Omar Driss et In-Amenas, qui rejoindront à leur tour les camps d’été sur le littoral, une fois le premier contingent revenu. Des accompagnateurs et encadreurs ont été mobilisés pour veiller au confort de ces jeunes dont le transport se fera par voie aérienne, a ajouté M.Ouidène.

Une journaliste américaine enlevée en RDC retrouvée «saine et sauve»
Une journaliste américaine enlevée par des miliciens a été retrouvée «saine et sauve», hier, par l’armée congolaise en Ituri, dans le nord-est de la République démocratique du Congo (RDC), a déclaré un haut responsable régional. «La journaliste américaine Lisa Dupuy a été retrouvée saine et sauve dans la nuit de samedi à dimanche vers 03h00 (01h00 GMT) par des militaires des FARDC (Forces armées de la RDC) déployés pour la rechercher ainsi que 11 gardes du parc (animalier où ils travaillaient) qui manquaient à l’appel» depuis vendredi, a déclaré Pacifique Keta, vice-gouverneur de la province de l’Ituri, cité par l’AFP. «Le bilan de l’opération militaire n’est pas encore établi parce que l’armée poursuit son travail sur le terrain», a ajouté M. Keta. Un autre responsable a confirmé l’information, ajoutant que l’opération avait fait au moins cinq morts. «L’armée a retrouvé la journaliste américaine. Elle est bien portante, mais quatre de nos écogardes et un civil qui servait de pisteur ont trouvé la mort lors des accrochages. L’armée a tué aussi ces bandits mais je ne sais combien de Maï-Maï Simba sont morts», a déclaré un responsable de l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN).