Les présidents des clubs vont se réunir en urgence cet après-midi : enième coup de bluff ?

Les présidents des clubs de l’élite donnent l’impression de s’être réveillés de leur sommeil pour se rendre compte que le professionnalisme appliqué depuis six ans en Algérie n’a rien à voir avec le modèle planétaire.

Ils ont décidé alors de se rencontrer cet après-midi pour appeler les responsables au niveau de la FAF à revoir leur copie.En tout cas, en l’absence du président de la FAF, Mohamed Raouraoua, en vacances à l’étranger, les Hannachi and co ont prévu de se voir à l’hôtel Hilton.
A l’ordre du jour, plusieurs dossiers qio ont résulté des scandales qui continuent d’éclabousser le sport roi en Algérie seront examinés. A leur tête évidemment, le dossier des droits TV, un sujet qui a tout le temps suscité la polémique, même si ces mêmes présidents ont vu leur quote-part des revenus de ces droits TV revus à la hausse ces dernières saisons.
Mais gourmands qu’ils sont, ces présidents espèrent en avoir plus. Ils réclament d’ailleurs d’être associés aux négociations avec les responsables de l’ENTV, la chaine détentrice des droits TV du championnat de la Ligue 1.Ce n’est pas tout, puisque les mêmes présidents commencent à rouspéter les dernières décisions du président de la FAF. On pense en particulier à la limitation des licences dès cette saison. Une mesure qui, selon eux, contraste avec le système professionnel appliqué un peu partout dans le monde.
D’autres sujets seront également débattus pour l’occasion, à l’image des incidents qui se sont produits lors de la première journée du championnat, coïncidant avec le retrait des policiers des stades.Mais comme nos présidents ne pensent qu’à l’argent, leur principal souci pour rester aux commandes de leurs formations respectives, ils ne mesurent pas aujourd’hui le degré du danger qui guette le football algérien, du moment que les supporters et les joueurs sont tout simplement menacés dans leur vie. Reste à connaitre maintenant les décisions que ces présidents vont prendre lors de la réunion d’aujourd’hui, eux qui nous ont plutôt habitués à des coups de bluff au cours de chacun de leurs précédents conclaves.
Hakim S.