IFA

Les inscriptions au TCF du 5 au 9 novembre prochains

L’institut français d’Alger (IFA) a décidé de prolonger, pour la semaine du 5 au 9 novembre prochain, l’organisation des inscriptions au test de connaissance du français (TCF), annonce un communiqué de l’Institut. «L’augmentation importante, cette année, du nombre des candidats à l’inscription au TCF a conduit l’IFA à prolonger, pour la semaine du 5 au 9 novembre 2017, l’organisation des inscriptions par ordre alphabétique, afin que les candidats puissent s’inscrire dans les meilleures conditions possibles», précise la même source. L’Institut a indiqué que le calendrier fixé pour la semaine du 5 au 9 novembre a été défini en fonction des flux enregistrés cette semaine, précisant que les candidats dont les noms commencent par la lettre A peuvent s’inscrire le dimanche 5 novembre, ceux par la lettre B lundi 6 novembre, par les lettres C, D, E, F, G, H mardi 7 novembre, par les lettres I, J, K, L, M mercredi 8 novembre et enfin par les lettres N, O, P, Q, R, S, T, U, V, W, X, Y, Z jeudi 9 novembre. L’Institut français a tenu à rappeler que les inscriptions pour le TCF «pourront bien sûr se poursuivre à l’IFA au cours des semaines et mois suivants, selon des modalités qui seront précisées très prochainement».

L’ANP marque le 63e anniversaire du 1er Novembre 54
Le général de corps d’Armée, Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’État-major de l’Armée nationale populaire (ANP), a présidé mercredi au Cercle national de l’Armée à Béni-Messous (Alger), une cérémonie officielle d’échange de vœux, dans le cadre des festivités commémorant le 63e anniversaire du déclenchement de la Révolution du 1er Novembre 1954, en l’honneur des hauts cadres de l’ANP en activité et à la retraite, en présence de hauts responsables de l’état. La cérémonie, organisée sous l’égide du président de la République, Chef suprême des Forces armées, ministre de la Défense nationale, s’est déroulée en présence, notamment, du président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, du président de l’Assemblée populaire nationale (APN), Saïd Bouhadja, du Premier ministre, Ahmed Ouyahia, du ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, du secrétaire général de l’Organisation nationale des moudjahidine (ONM), Saïd Abadou, des membres du gouvernement, des personnalités nationales et des moudjahidine. Lors de cette cérémonie, qui s’inscrit dans le cadre des grandes traditions de l’ANP visant à valoriser les importantes dates de l’histoire de l’Algérie, l’assistance a écouté l’hymne national exécuté par une troupe musicale de la Garde Républicaine et visité une exposition de photographies retraçant les différentes étapes de la Révolution, depuis son déclenchement jusqu’à l’indépendance du pays. La cérémonie s’est clôturée avec un grand feu d’artifice.

Ouverture à Alger du Premier salon national de philatélie
Le 1er Salon national de la Philatélie a ouvert ses portes, mardi à Alger, sous la supervision de la ministre de la Poste, des télécommunications, des technologies et du numérique, Houda Imane Feraoun, à l’occasion de la célébration du 55e anniversaire de l’émission du premier timbre-poste algérien avec les couleurs de l’Algérie indépendante. L’inauguration du salon s’est déroulée en présence des ministres de la Culture, Azzedine Mihoubi, de la Jeunesse et des Sports, El Hadi Ould Ali, du wali d’Alger, Abdelkader Zoukh, et de l’ambassadeur de la Palestine à Alger, Louai Aissa, la Palestine étant l’invitée d’honneur de cette édition. Ce salon, le premier du genre, qui s’étalera jusqu’au 3 novembre vise à faire connaitre aux jeunes l’histoire de l’Algérie à travers les timbres, a indiqué la directrice du timbre-poste et Commissaire du salon, Siham Lakhdari qui a ajouté que le premier timbre-poste algérien avait été émis le premier novembre 1962, pour célébrer le 8eme anniversaire du déclanchement de la glorieuse guerre de libération. Ce timbre-poste qui illustre le drapeau national symbolise «la souveraineté nationale, glorifie la guerre de libération et l’unité du territoire national et illustre l’appartenance algérienne et africaine».

Amende de 10 000 euros pour un pilote de Royal Air Maroc
Un tribunal correctionnel français a condamné jeudi un pilote de la compagnie aérienne marocaine, Royal Air Maroc (RAM), à une amende de 10.000 euros pour avoir décollé en 2010 de l’aéroport d’Orly malgré une fuite de carburant dont il avait connaissance, ont rapporté des médias. Le tribunal correctionnel de Créteil, en région parisienne, a jugé ce pilote marocain de 51 ans coupable de «mise en danger de la vie d’autrui». Le Parquet réclamait cinq ans d’interdiction de vol et dix mois de prison ferme, a rapporté l’AFP. Les faits remontent à août 2010. La navette Casablanca-Paris vient d’atterrir à Orly et se ravitaille avant de repartir. Le pilote est alors prévenu d’une fuite de kérosène, qui émane d’un mini-moteur logé dans la queue de l’avion et qui sert notamment à allumer les deux gros réacteurs sous les ailes de l’aéronef. Le commandant de bord estime que la fuite était «en train de s’estomper». Il signale l’incident au service technique de sa compagnie et décide sans attendre d’allumer les deux turbines, à l’aide du petit moteur. L’allumage des turbines à l’aide d’un moteur qui fuit était «aberrant», selon une expertise judiciaire. Le parquet de Créteil reprochait au pilote de ne pas avoir choisi une autre méthode d’allumage, alors même qu’il était en train d’embarquer 80 personnes à bord de l’avion. Les réacteurs pouvaient être lancés à l’aide d’un groupe de démarrage au sol, fourni par l’aéroport.

Un premier projet algérien de numérisation de manuscrits exposé au Sila
Un centre privé de sauvegarde et de numérisation des manuscrits, premier du genre en Algérie, appelé la «Khizana algérienne du patrimoine», a organisé une exposition des catalogues numérisés de quinze bibliothèques traditionnelles au Sila (salon international du livre d’Alger) ouvert jusqu’à aujourd’hui. Créé en 2015 par le spécialiste des manuscrits, Liamine Imekraz, le centre est une entreprise à but non lucratif, dédié à la préservation du patrimoine algérien manuscrit qui se propose de numériser les documents anciens pour en limiter la manipulation manuelle, a indiqué le promoteur de ce projet, rencontré dans les allées su salon du livre. La «Khizana algérienne du patrimoine» propose les catalogues numérisés de 15 bibliothèques dont «La bibliothèque de cheikh Mohamed Ben Abderrahmane Eddissi» de Msila (15000 fichiers), «Khizanat Mohamed el Aalem Benabdelkebir El Metarfi» d’Adrar (42000 fichiers), ou encore la «khizana du cheikh Mohamed El Hassen Ben Mohamed Ben Malek» d’Adrar (60190 fichiers). La numérisation se fait, «sur place, avec un matériel léger» et après accord des propriétaires des khizanate par des universitaires, a-t-il expliqué. Les photos numériques de la khizana sont par la suite transférées au siège du centre à Alger où les images sont traitées, inventoriées et les ouvrages reconstitués en fichiers numériques pour assurer au manuscrit original une durée de vie plus longue.

Quatre cavaliers se heurtent à un véhicule de la Gendarmerie
Quatre cavaliers, blessés dans un accident survenu lors d’une course hippique, organisée mercredi à El-Menea, ont quitté jeudi l’hôpital après avoir reçu les soins nécessaires, apprend-on de source hospitalière. L’accident est survenu lorsque les quatre cavaliers ont percuté un véhicule qui traversait l’itinéraire de cette course hippique organisée à l’occasion de la célébration du 63ème anniversaire du déclenchement de la Révolution du 1er novembre 1954, selon la protection civile. Outre les quatre cavaliers blessés, l’accident a provoqué la mort de trois de leurs montures, ajoute-t-on. Les blessés légers ont été admis aux services des urgences de l’Hôpital Mohamed Chaâbani à El-Menea et ont été gardés en observation durant 24 heures avant de quitter jeudi l’hôpital, indique-t-on à la direction de la structure hospitalière d’El-Menea. L’accident est survenu lorsqu’un véhicule de la gendarmerie nationale a tenté de traverser l’itinéraire de la course hippique alors que les cavaliers avaient déjà pris le départ, signale-t-on. Selon les premiers éléments d’informations recueillis auprès des autorités locales, le manque de coordination pour l’organisation de cette fantasia serait la cause de ce malheureux accident.