Port d'Alger

Le Gouvernement ordonne la libération des marchandises bloquées au niveau des ports : Désamorcer la bombe sociale !

Dans une directive adressée aux Banques, jeudi dernier, le ministère du Commerce, par le biais de l’Association professionnelle des banques et des établissements financiers (ABEF), a ordonné la « libération sans délais » des marchandises bloquées par les services douaniers après avoir soumis les importations au régime de licences.

Les marchandises en question, selon la note émanant de l’ABEF et dont nous détenons une copie, concernent les cargaisons se trouvant dans les ports avant l’instauration du régime des licences d’importation. « J’ai l’honneur de vous informer que l’ABEF a été rendu destinataire ce jour (10 août), d’une correspondance émanant de ministère du Commerce …ayant trait à la libération, sans délais, concernant toute cargaison, dont les documents d’importation, prouve la commande de la marchandise avant l’instauration des régimes des licences d’importation», écrit l’ABEF dans sa note signée par son délégué générale. Toutefois, l’ABEF qui reçoit régulièrement des notes du ministère du commerce sur les nouveaux produits interdit d’importation, n’a pas cité les motifs derrière cette décision. Mais, ces derniers temps des informations non officielles ont fait état de doléances soulevées aux autorités publiques par certains opérateurs économiques et importateurs, s’estimant lésés par des restrictions induites par ces licences d’importation, pour que le Gouvernement revoit ce régime.
Les craintes soulevées par quelques associations professionnelles dernièrement sur d’éventuelle disparation des étales de quelques produits nécessaires, auraient précipité le Gouvernement pour éviter au citoyen une rentrée sociale sur fond de pénuries.
Devant des listes de produits interdits d’importation qui s’allonge de plus en plus, des inquiétudes se manifestent, d’où la volonté du Gouvernement de calmer et d’apaiser la situation. Cette volonté du Gouvernement de veiller à garantir les conditions d’une bonne rentrée sociale est affichée aussi par les récentes instructions données par le ministère de l’Intérieur aux walis pour être au chevet des citoyens à travers la prise en charge de leurs préoccupations au plus vite comme les problèmes de l’alimentation en eau potable et en électricité et aussi les indemnisations aux profit des sinistrés des feux de forêts. Il n’est un secret pour personne que faire réussir les prochaines élections locales se place dans le même objectif. Mais, dans une lecture générale, on peut facilement constater que cette décision n’est pas contradictoire avec la nouvelle orientation du Gouvernement de par son caractère qui se limite à l’importation avant les licences d’importation.
Les licences d’importations, instaurées par le Gouvernement de Abdelmadjid Tebboune, sont érigées comme des barrières douanières contre une saignée des revenues en devise du pays dans une conjoncture économique difficile qui pousse les pouvoirs publics à sauvegarder les équilibres financiers à travers  la réduction de la facture des importation et aussi bannir l’endettement à l’extérieur.
Après la dénonciation faite par le ministre de l’Industrie, Mahdjoub Bedda contre les «importations déguisées», et une facture d’importation qui arrive difficilement à diminuer, des produits sont déclarés périodiquement interdits à l’importation par l’ABEF. Une situation, faut-il le rappeler, qui a poussé des représentants consulaires de certains pays, considérés premiers partenaires de l’Algérie, à opérer des visites au niveau du siège du ministère du Commerce pour s’enquérir de la situation. Le 4 juillet dernier, l’ABEF a publié, sous instructions de ministère des Finances, une note instruisant les banques de reporter toute domiciliation d’importation de « produits alimentaires ou de préparation alimentaire ». C’est ainsi que des produits tels que la mayonnaise, les sauces, les biscuits, les chocolat et autre confiserie sont interdit d’importation. La liste de l’ABEF concerne aussi des produits industriels, comme le marbre, le granit, les produits de plastique finis et les produits de robinetterie.
Hamid Mecheri