Police

Le gouvernement déploie un dispositif drastique : Un scrutin sous haute sécurité

Quelque 44 500 agents de la Sûreté nationale, appuyés par 26 000 agents de la protection civile en plus de mesures de sécurité prises par l’Armée nationale populaire (ANP) sont déployés pour sécuriser le scrutin d’aujourd’hui. Un énorme dispositif mis en place par les pouvoirs publics en vue d’assurer la sécurité dans les bureaux et centres de vote du rendez-vous électoral.
La sécurité revêt aussi un rôle important pour la réussite de ce scrutin et le gouvernement œuvre à ce que rien ne doit entraver ce rendez-vous démocratique fondamental pour le pays. Ainsi, le ministère de la Défense nationale (MDN) a annoncé depuis quelques jours déjà, que «toutes les mesures sécuritaires » ont été prises afin d’assurer les conditions nécessaires pour le bon déroulement des joutes électorales» d’aujourd’hui. «Toutes les mesures sécuritaires ont été prises à même d’assurer le bon déroulement de ces élections législatives », a affirmé Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’État-major de l’ANP, dans une allocution d’orientation prononcée dimanche après-midi lors d’une visite effectuée au commandement des Forces aériennes à Alger. Une «approche de terrain avec précaution et anticipation» est adoptée en ce sens par le ministère de la Défense nationale pour «assurer la sécurité et la stabilité à travers l’ensemble du territoire national et tout au long de nos frontières nationales», ajoute Gaïd Salah.
Qualifiant les législatives d’aujourd’hui d’un « évènement national hautement vital» pour le pays et le peuple et qui intervient après les derniers amendements de la Constitution initiés par le président de la République, le haut gradé de l’ANP a fait savoir que ses éléments militaires accompliront leur devoir électoral en dehors des casernes. Il a souligné qu’« à ce titre, le devoir de citoyenneté exige des personnels de l’ANP d’accomplir leur devoir électoral hors des casernes, et ce, conformément aux lois de la République et suivant les mesures prises en coordination avec le ministère de l’Intérieur». Il a estimé, à ce propos, que cette mesure « permettra à l’ensemble de nos personnels militaires de voter en toute liberté et transparence et de participer aux côtés de leurs concitoyens dans l’accomplissement de cet important devoir national ».
Pour sa part, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a mobilisé 44 500 agents de police au niveau national pour sécuriser les centres et bureaux de vote pour les législatives d’aujourd’hui. Le sous-directeur de la voie publique, le commissaire divisionnaire, Madjid Saadi, a précisé lors d’une conférence de presse, lundi dernier, que la mobilisation de la force de police s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du plan de sécurité initié par la DGSN depuis le début de la campagne électorale et qui se poursuivra jusqu’à la fin de l’échéance électorale. Dans cette optique, le même responsable a indiqué que ses services inspecteront toutes les structures de vote avant leur ouverture, et ce, 48 heures avant le début du scrutin, en assurant le déploiement des forces de police sur le terrain et la sécurisation du transport des urnes après la clôture du scrutin en présence des chefs de centres et bureaux de vote. Pour sa part, le sous-directeur de la prévention et de la sécurité routière, le commissaire principal Rachid Ghezli, a souligné la mobilisation de brigades spéciales pour escorter les observateurs internationaux, les journalistes étrangers chargés de la couverture des législatives et les membres de la Haute instance indépendante de surveillance des élections (Hisse) outre le renforcement des patrouilles pédestres et mobiles aux alentours des institutions officielles et des représentations diplomatiques. Ghezli a précisé, en outre, que des hélicoptères effectueront des patrouilles aériennes dans les grandes villes qui comptent un plus grand nombre de bureaux de vote, et ce, en vue d’assurer une intervention rapide en cas d’embouteillages ou de dépassements. Les services de la protection civile seront aussi concernés par la sécurisation du scrutin d’aujourd’hui à travers la mobilisation de quelques 26 000 agents, tous grades confondus, par la Direction générale de la Protection civile.
Dans un communiqué émis par cette institution hier, des « visites de prévention et de sécurité » visant l’ensemble des bureaux de vote, répartis sur les 12 130 centres de vote sont programmés durant toute cette journée. À cette occasion, 812 ambulances et 780 camions d’incendie ont été dégagés afin d’assurer la sécurité des électeurs et prendre en charge l’ensemble de leurs préoccupations au niveau des centres de vote, lit-on dans le même communiqué. Ce dispositif de sécurité est « évolutif », dans le sens où il pourrait être « renforcé par des moyens humains et matériels supplémentaires à partir des unités opérationnelles de secteurs en cas de nécessité».
Hamid Mecheri