greve

Le CNAPESTE gèle sa grève à Tizi Ouzou en attendant Blida : Le bout du tunnel pour les élèves ?

Après avoir autorisé les directeurs de l’éducation à recourir aux vacataires et retraités pour remplacer les enseignants grévistes depuis plusieurs semaines dans les wilayas de Blida et Tizi-Ouzou à l’appel du Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l’éducation (Cnapeste), le ministère de l’Éducation nationale semble trouver un consensus au niveau de la wilaya de Tizi-Ouzou en attendant de faire de même à Blida.

Ainsi, le feuilleton du débrayage des enseignants au niveau de Tizi Ouzou a enfin connu son épilogue. En effet, les enseignants affiliés au Cnapeste viennent de mettre fin à leur mouvement de grève au niveau de cette wilaya, et ce, à l’issue d’une rencontre ayant regroupé le président de l’Assemblée Populaire de Wilaya, le chef du cabinet du wali, le directeur de l’éducation, des représentants du Cnapeste et des parents d’élèves. Les représentants du Cnapeste se sont engagés pour la reprise des cours à partir d’aujourd’hui. «Nous sommes arrivés aujourd’hui à trouver une solution qui satisfait les différentes parties », a précisé le directeur local de l’Education, Ahmed Laalaoui, en exprimant son satisfecit que les élèves puissent retrouver dés aujourd’hui les bancs de l’école. Lancée fin novembre dernier pour réclamer le départ de deux responsables du secteur de l’Éducation, le directeur local de l’Éducation, Ahmed Laalaoui, a indiqué que cette grève a fait perdre aux élèves 24 jours de cours. Cependant, ce responsable a tenu à assurer que la situation est «encore maitrisable et la récupération des cours perdus demeure possible par la mise en place d’un programme de rattrapage». Il est à noter qu’avant cette rencontre, les négociations entre direction de l’Éducation et le syndicat n’ont pas abouti, étant donné que ce dernier revendiquait le départ de deux fonctionnaires de l’éducation, chose que l’administration, à sa tête la ministre de l’éducation nationale refusait catégoriquement. Par contre, selon une déclaration du wali de Tizi Ouzou, Mohamed Bouderbali qui s’exprimait, hier, sur les ondes de la Radio algérienne, l’un des deux responsables visés par le Syndicat va partir puisqu’ayant déposé son dossier de retraite et le second sera muté dans un autre service, a fait savoir le wali. Néanmoins, l’exécutif de la wilaya de Tizi Ouzou a affirmé que l’administration a refusé de « céder au chantage ». D’ailleurs, il notera que « Ce n’était pas un motif valable pour déclencher une grève illimitée et prendre en otage nos enfants. Quelque soit le problème, il ne mérite pas autant de temps perdu ». « C’est une grève qui n’a pas lieu d’être », a affirmé le wali en précisant qu’il a appelé à maintes reprises à la raison. Pour ce qui est des négociations, qui ont lieu avec le Syndicat, le wali a fait savoir que « nous avons été plus qu’attentifs à leurs préoccupations. C’est dans ce sens que deux réunions ont eu lieu au niveau du cabinet de la wilaya. «Nous leur avons fait les propositions qu’il fallait : commission d’enquête, mixte et interministérielle….mais ils exigeaient le départ de ces deux cadres, et est-ce un motif valable pour prendre en otage les enfants ? », a-t-il déploré. Dans tous les cas de figures, le conflit est arrivé au dénouement dans la wilaya de Tizi Ouzou, même si le Cnapeste prévoit de tenir une session de son conseil national le 20 janvier prochain. Mais hélas, ce n’est pas encore le cas à Blida où le débrayage se poursuit toujours, pour réclamer le départ pur et simple de la directrice de l’Académie. Les parents d’élèves dans cette wilaya ne cessent d’exprimer leurs craintes quant aux retards accusés dans le programme scolaire. Pour Nouria Benghebrit, le recours aux vacataires et aux retraités pour remplacer les enseignants grévistes est envisageable. Autrement dit, tous les moyens sont bons pour éviter l’année blanche, et il reste à savoir quelle sera la réaction au niveau de cette wilaya.
Lamia Boufassa